COTE For Paris Visitors n°24 oct/nov 2011
COTE For Paris Visitors n°24 oct/nov 2011
  • Prix facial : 6 €

  • Parution : n°24 de oct/nov 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (239 x 302) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 13,2 Mo

  • Dans ce numéro : alerte rouge.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
« J’ai créé ma première chaussure en travaillant pour mon père, lui-même fabricant de souliers, à l’âge de 18 ans. À ce moment-là, j’ai réalisé que ce serait ma passion pour la vie, cherchant à satisfaire le client le plus discret comme le plus exposé » nous confie Stuart Weitzman. Depuis 25 ans, ce designer impose ses luxueux escarpins sur les tapis rouges. Ses souliers sont aujourd’hui vendus dans 60 pays différents et dans plus de 55 boutiques indépendantes. Un savoir-faire qui lui a valu le surnom de « sultan du talon aiguille ». Chaque collection se compose de modèles pour le moins éclectiques : des talons vertigineux comme des semelles plates, des escarpins de soirée ou des bottines plus décontractées. Stuart Weitzman accompagne nos pas en toutes circonstances. La collection Pavé est une aubaine pour son esprit créatif : à partir d’un modèle existant ou inventé, les chaussures sont personnalisées et serties à la main de cristaux Swarovski. Et comment voit-il l’hiver 2011 ? « Cette saison est la reconnaissance de deux élans dans le désir des femmes : l’esprit pratique, avec des bottes ou des chaussures modernes à petits talons, et le désir de se sentir sexy, perchée sur de très hauts escarpins, élégants et décolletés. » STUART WEITZMAN LE SULTAN DU TALON AIGUILLE Quel est le point commun entre Kate Moss, Madonna ou Dita von Teese ? Elles sont toutes folles de Christian Louboutin ! Et que dire de Jennifer Lopez qui a été jusqu’à sortir une chanson titrée Louboutins ? Aucun doute, la célèbre marque d’escarpins à semelle rouge a conquis le cœur des fashionistas. Passez devant les boutiques parisiennes : ces véritables temples pour fétichistes ne désemplissent jamais. Mais comment est donc née la légende ? « Ma vie est une succession de hasards heureux » se plaît à répondre Christian Louboutin, qui fêtera les 20 ans de sa maison d’ici la fin de l’année. Mais est-ce réellement un hasard si ses chaussures obsèdent les femmes – et les hommes – de la planète mode ? Tout jeune, le Parisien baigne dans un univers très féminin, grandissant auprès de sa mère et de ses trois sœurs. Une découverte va alors bouleverser sa vie. Sur les murs d’un musée, il est fasciné par un étrange dessin : un soulier de femme au talon pointu, barré d’un trait rouge. Cette image, datant des années 50 et destinée à protéger le parquet du musée, ne le quittera plus. À la fin de l’adolescence, le Paris nocturne et les créatures qui hantent Le Palace lui donnent envie de créer des souliers pour les danseuses. À 16 ans, il fait un stage aux Folies Bergère, puis apprend la technique chez Charles Jourdan. Il travaille ensuite en free lance pour de nombreuses maisons prestigieuses, avant de fonder sa propre marque en 1992. Quatre mois après l’ouverture de sa boutique, Passage Véro-Dodat, une journaliste américaine rédige un article. Le succès est immédiat ! Depuis, il collabore avec les plus grands noms de la mode. Ses sources d’inspiration sont l’Orient, les matières, l’art ou encore les objets chinés qu’il ramène de ses voyages… Aujourd’hui, ses créations à talons sont diffusées dans ses propres boutiques ainsi que dans de multiples enseignes de luxe, dans une quarantaine de pays. Dans son atelier laboratoire parisien, le maestro esquisse à la main ses modèles à la semelle rouge emblématique, fabriqués en Italie et en France. Son nouveau défi ? Devenir l’obsession de ces messieurs ! Il vient d’ailleurs d’ouvrir une boutique exclusivement masculine, rue Jean-Jacques-Rousseau.
CHRISTIAN LOUBOUTIN, MAN WITH A RED SOLE -/What do Kate Moss, Madonna, Dita von Teese and Jennifer Lopez have in common ? They're all crazy about Christian Louboutin ! The famous make of red-soled heels has unquestionably won fashionistas'hearts. Walk past its Paris shops, these fetishist temples are never less than packed out. So how was the legend born ? "My life has been a succession of lucky breaks," Christian Louboutin likes to say ; at the end of this year he'll be celebrating 20 years in business. He grewup in Paris, in a feminine world comprised of his mother and three sisters. One day the course of his life changed. On a museum wall he saw a strange drawing that fascinated him : a high-heeled women's shoe with a red line through it. The Fifties signage for protecting the museum's parquet flooring stayed with him. As a young man, Paris nightlife and the fabulous females who haunted Le Palace made him want to create dancers'shoes. At 16 he did a work placement at the Folies Bergère, then learnt the technical side at Charles Jourdan. He worked for numerous prestigious names before founding his own brand in 1992. Four months after opening his shop in Passage Véro-Dodat he was a success ! Since then he has worked with the biggest names in fashion, drawing his inspiration from the East, materials, art and items he brings back from his travels. Today his creations are sold in his own shops and many luxury retail outlets, in some 40 countries. In his Paris studio the maestro sketches his models by hand. His latest challenge ? To make men obsess about him too ! He has just opened a men-only shop on Rue Jean-Jacques-Rousseau. STUART WEITZMAN, STILETTO SULTAN -/"I designed my first shoe when I was working for my father, a shoe manufacturer ; I was 18. Right then I realised it would be my life's passion, seeking to satisfy clients, the most discreet and those most in the public eye," Stuart Weitzman explains. For 25 years the designer's luxurious heels have figured on the red carpets. His shoes are now sold in 60 countries and more than 55 independent shops. His knowhow has earned him the nickname Stiletto Sultan. Each collection comprises the most eclectic models : vertiginous heels, flatties, evening shoes, casual boots. The Pavé collection is a godsend for his creativity : starting from an existing or newly created model, the shoes are customised and hand set with Swarovski crystals. How does he see winter 2011 ? "The season is marked by two fundamental female desires : practical, with boots and low-heeled modern court shoes, and sexy, perched on very high, elegant, décolleté heels." I CHRISTIAN LOUBOUTIN COLOUR ME RED 100 POUR SANG 77 L’HOMME AUX SEMELLES ROUGES



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 1COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 2-3COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 4-5COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 6-7COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 8-9COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 10-11COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 12-13COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 14-15COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 16-17COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 18-19COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 20-21COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 22-23COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 24-25COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 26-27COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 28-29COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 30-31COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 32-33COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 34-35COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 36-37COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 38-39COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 40-41COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 42-43COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 44-45COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 46-47COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 48-49COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 50-51COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 52-53COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 54-55COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 56-57COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 58-59COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 60-61COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 62-63COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 64-65COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 66-67COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 68-69COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 70-71COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 72-73COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 74-75COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 76-77COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 78-79COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 80-81COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 82-83COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 84-85COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 86-87COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 88-89COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 90-91COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 92-93COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 94-95COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 96-97COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 98-99COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 100-101COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 102-103COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 104-105COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 106-107COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 108-109COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 110-111COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 112-113COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 114-115COTE For Paris Visitors numéro 24 oct/nov 2011 Page 116