COTE For Paris Visitors n°21 avr/mai 2011
COTE For Paris Visitors n°21 avr/mai 2011
  • Prix facial : 6 €

  • Parution : n°21 de avr/mai 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 302) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : Arielle Dombasle, l'inclassable.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
RENCONTRE 4 Le choix de vos collaborateurs est toujours très important. Est-ce aussi le cas ici ? Absolument. Autour d’excellents musiciens afro-cubains, colombiens, des guitaristes d’exception et des percussions « up beat » incroyables, le réalisateur Dave Clark a fait une merveille d’album ! C’est un très grand musicien, un véritable geek toujours caché derrière ses ordinateurs qui sait conjuguer le symphonique, le live, le swing avec une touche d’electro qui apporte « la modern touch ». Ce disque vous replonge-t-il dans votre pays d’origine, le Mexique ? Disons que c’est plutôt une cohérence dans le déploiement d’une existence… Vous savez, la vie est marquée de rendez-vous affectifs autour de chansons, de mélodies… Je me suis replongée dans la substance de ce qui m’avait ému à certains moments de ma vie et je l’ai restitué à ma manière. Votre album réalisé avec Philippe Katerine n’a pas rencontré le succès escompté. Était-il trop élitiste ? Avez-vous des regrets ? Glamour à mort a dérouté tout le monde, c’était fait pour ça ! (rires) mais c’est un album rare, élitiste, de variété pop un peu mystique, avec le talentueux Philippe Katerine, qui est pour moi le Gainsbourg du XXI e siècle, un mélodiste hors pair mais aussi un homme secret et marginal, donc toujours provocant. Ce sont les rencontres qui guident ma vie. Cet opus, si tendance et si spécial, où je chantais pour la première fois en français, a connu en fait le parcours qui lui convenait, deux concerts surbookés conçus comme de véritables shows brillants et uniques… Le plus important c’est d’être en coïncidence avec soi-même, de suivre un parcours fidèle à ce que l’on désire, ce que l’on est. Entre le cinéma et la chanson, votre cœur balance-t-il ? Non je suis une interprète et je suis mes passions comme elles viennent. Quand je suis arrivée à Paris, à 18 ans, je suis entrée au Conservatoire de Musique pour me consacrer à un apprentissage du chant qui fut laborieux, intense, passionnant. Simultanément, j’ai débuté au cinéma… Je n’éprouve aucune préférence pour l’un ou l’autre domaine et mes choix s’opèrent dans l’alternance d’un art à un autre, voire dans l’expectative. Ce sont avant tout les voyages créatifs qui m’intéressent, certains légers, d’autres plus intenses, dissidents, mais qui sont, à chaque fois, de nouveaux voyages sur des planètes différentes. Quand je tourne Un Indien dans la ville, je ne suis pas dans la même posture que lorsque j’accompagne Alain Robbe-Grillet dans un projet… Etre actrice, c’est pouvoir se plier à des désirs de metteurs en scène antagonistes. Le succès ne provient pas forcément de ce que l’on fait de plus remarquable… Et il n’est pas non plus synonyme de bonheur ! C’est une chose qu’il faut savoir. Etre un artiste, c’est si particulier. Renouvellerez-vous votre expérience de danseuse au Crazy Horse ? C’était une performance ponctuelle autour du chant. Je chantais en live tous les soirs. J’y ai pris beaucoup de plaisir même si la performance y était risquée et difficile ! Heureusement, j’ai fait beaucoup de danse classique et je suis très sportive. Êtes-vous toujours attachée au Mexique ? Je suis née aux États-Unis, dans le Connecticut, et arrivée au Mexique à l’âge de trois mois. C’est un pays qui m’a véritablement forgée, sculptée, car j’y ai passé les dix-huit premières années de la vie. La polémique autour de l’année du Mexique me déçoit évidemment beaucoup. C’est un pays très dangereux à cause des cartels de la drogue, un véritable fléau dont le gouvernement essaye de se débarrasser comme il le peut. Il est délicat de leur donner des leçons de conduite ! Où vous sentez-vous le mieux en Europe ? C’est à Paris, incontestablement, où je me sens le mieux, et que j’aime par-dessus tout. Étant artiste, on a la chance en plus de l’aborder de la plus agréable manière, de pénétrer les plus beaux lieux dédiés aux arts… Paris offre ce qui a de plus scintillant au monde ! Et puis, c’est ma ville d’adoption… D’autres capitales européennes ont-elles votre préférence ? J’adore Rome... L’Italie en général… mais aussi les montagnes suisses et l’Espagne. Pour moi, la découverte d’une ville passe avant tout par sa richesse artistique même si j’aime bien comme tout le monde traîner dans un café, et vagabonder le nez en l’air… La figure historique à laquelle vous auriez aimé ressembler ? La Vierge Marie, la madone, la figure la plus douce, la plus mystérieuse… Votre dernier fou rire ? Tout le temps ! Votre dernier coup de colère ? Je ne suis pas quelqu’un qui se met en colère. Je peux éprouver de véritables tempêtes intérieures mais je ne montre jamais rien, je n’aime pas la modalité de la colère, de sa violence gratuite, de ses cris. Votre devise ? Never explain, never complain. avril-mai 2011 www.cotemagazine.com album a real marvel ! He's a great musician, a real geek, always hidden behind his computers. He knows how to combine symphonic, live, swing and a touch of electro that adds a modern touch." Does this album take you back to your Mexican homeland ? Let's say it's more a coherence in the unfolding of my life. You know, life is marked by emotional meetings accompanied by tunes, songs. I immersed myself in the substance of things that had moved me at particular moments in my life and I reproduced them in my own way. The album produced with Philippe Katerine hasn't been as successful as expected. Is it too elitist ? Do you have any regrets ? Glamour à mort disconcerted everyone ; it was meant to (laughs). It's a rare album, elitist, slightly mystical pop-variété, produced with the talented Philippe Katerine, who tome is the Gainsbourg of the 21st century. He's a peerless melodist but also a secretive man, on the fringe of things, so he's always provocative. Encounters like that have guided my life. That opus, so trendy and so special, where I sang in French for the first time, had the career that was right for it : two concerts that sold out, presented as unique, brilliant stage shows. The most important thing is to be in congruence with oneself, to follow a path consistent with one's desires, with what one is." Does your heart's desire veer between cinema and singing ? No, l'm a performer and I follow my passions as they come. When I arrived in Paris at the age of 18 I went to the Conservatoire de Musique to study singing. That was intensive training, hard going but fascinating. For a long time I focused on singing in a confidential way, in classical or bel canto style. And at the same time I was starting in films. I feel no preference for one or the other field and I tend to alternate, but I wait and see before deciding. What really interests me is creative journeys, some of them light, others intense, dissident, but each time a new journey to another different planet. When I filmedUn Indien dans la ville (An Indian in the City) I wasn't in the same mindset as when I do a project with Alain Robbe-Grillet for example. To be an actress you must lend yourself to the desires of sharply different film-makers. Success doesn't necessarily come from the most remarkable things one does. Nor is it synonymous with happiness ! That's a thing one has to know. Being a performer is a very particular thing. Will you go back to dance at the Crazy Horse ? That was a one-off thing centred on singing. I sang live every evening. I really enjoyed it, although the performance was difficult and daring ! Luckily l've done a lot of classical dance and l'm a sporty person. Are you stillattached to Mexico, your country of origin ? Disappointed by this polemic with France ? I was born in the United States and we moved to Mexico when I was three months old. Mexico is really the country that forged me, shaped me, because I spent the first 18 years of my life there. Obviously, the polemic over the Mexican year is most disappointing. It's a very dangerous country because of the drug cartels, a real scourge that the government is trying to get rid of as best it can. It's a delicate business to try to give them lessons ! Where do you feel best in Europe ? In Paris, unquestionably. It's Paris I love most of all. And as a performer one has the good fortune to enjoy it in the nicest way, with access to the best arts venues. Paris offers all that's most scintillating in the world ! And it's my adopted home town. Are there other European capitals you like ? I adore Rome, and Italy in general. But also the Swiss Alps and Spain. My way of discovering a city is through its artistic wealth although like everyone else I enjoy dawdling in a café or ambling dreamily about. Which historic figure would you most like to have been like ? The Virgin Mary, the Madonna, the gentlest, most mysterious figure of all.
[RENCONTRE] avril-mai 2011 www.cotemagazine.com MEET 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 1COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 2-3COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 4-5COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 6-7COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 8-9COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 10-11COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 12-13COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 14-15COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 16-17COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 18-19COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 20-21COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 22-23COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 24-25COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 26-27COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 28-29COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 30-31COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 32-33COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 34-35COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 36-37COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 38-39COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 40-41COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 42-43COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 44-45COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 46-47COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 48-49COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 50-51COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 52-53COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 54-55COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 56-57COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 58-59COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 60-61COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 62-63COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 64-65COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 66-67COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 68-69COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 70-71COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 72-73COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 74-75COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 76-77COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 78-79COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 80-81COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 82-83COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 84-85COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 86-87COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 88-89COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 90-91COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 92-93COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 94-95COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 96-97COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 98-99COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 100-101COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 102-103COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 104-105COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 106-107COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 108-109COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 110-111COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 112-113COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 114-115COTE For Paris Visitors numéro 21 avr/mai 2011 Page 116