COTE For Paris Visitors n°17 septembre 2010
COTE For Paris Visitors n°17 septembre 2010
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°17 de septembre 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 102

  • Taille du fichier PDF : 13,6 Mo

  • Dans ce numéro : Galliano le magnifique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
RENCONTRE 4 Les nouveaux territoires du son, et les nouveaux rapports au public qu’ils supposent, voilà le terrain de jeu de Luc Martinez. Artiste musicien accompli (il a notamment dirigé le Centre National de Création Musicale, CIRM de Nice, entre 1989 et 1999), il a franchi en pionnier, dès les années 80, le pas qui séparait la composition musicale du design sonore. Travaillant avec les arts numériques dans toute leur diversité, il observe que, grâce aux nouvelles technologies, la musique sort des sillons et des salles de concert pour investir d’autres espaces. Les musées, les expositions, les murs… Luc Martinez habille de ses créations sonores des lieux culturels pour apporter une scénographie bien à lui, faite d’images sonores où l’interactivité est reine. « Trop de muséographies sont basées sur un seul sens : la vue, déplore-t-il. Un « sens unique » qui finit par être saturé. » Ouvrir ses oreilles devient donc salutaire. Un jeu de l’espace que le public apprend à apprivoiser… Un exemple simple : au lieu d’indiquer une direction avec une énorme flèche qui ne sera pas forcément vue au milieu d’une multitude d’autres informations visuelles, il est possible de diriger les visiteurs vers la gauche en diffusant un son venant… de la gauche ! Bien souvent, aussi, dans ses créations, c’est le visiteur lui-même qui déclenche les sons. Ou les poissons, comme dans cet aquarium musical qu’il a créé à Montréal ! En passant d’un état sonore à l’autre, il écrit sa propre partition en puisant dans les petites touches distillées par l’artiste, tel un peintre impressionniste. Finies les vidéos qui tournent en boucle dans les salles d’exposition et que plus personne ne regarde ! Capteurs de présence et diffusion parfaitement localisée, voilà le secret. Une technologie que l’on retrouve dans la réalisation « Le Mur d’Alice », sur le parvis de la Cité des Sciences et de l’Industrie de la Villette, à Paris. Le principe ? Le public traverse un véritable rideau sonore rectiligne dont les matières sonores évoluent de l’aube au crépuscule. Des sons qui évoquent l’univers scientifique et technologique exploré par la Cité des Sciences mais qui répondent également à la présence de l’eau, souhaitée en abondance par l’architecte tout autour de son édifice. Prises de son en situation A la Cité des Sciences, Luc Martinez y sera également au printemps 2011 : il prépare en effet une grande exposition sur les Gaulois, un thème qui véhicule de nombreuses idées reçues. « Pourtant, aujourd’hui, on sait beaucoup de choses sur cette civilisation, précise-t-il, et ce grâce aux nombreuses fouilles qui ont été menées. L’objectif de cette exposition est de reconstituer, sur un grand plateau, un chantier de fouilles archéologiques. » Et quand il dit identique, il parle bien évidemment aussi des sons. Il est allé enregistrer des bruits de tamis, pioches et autres pinceaux creusant la terre sur de véritables chantiers de fouilles en cours. « Le visiteur pourra se promener sur des passerelles entre les objets mis au jour par les archéologues. » Plus près de nous, en septembre, l’artiste investit le Muséum d’histoire naturelle de Paris où, non loin de la Grande galerie de l’évolution, il ouvre un espace enfants permanent sur deux étages. Trois milieux sont présentés : le milieu urbain, celui autour de l’eau et celui de la forêt amazonienne, pour lequel une grande forêt primaire, avec animaux et membres de la tribu Kayapo, a été reconstituée. Avec, bien sûr, tous les sons qui l’accompagnent. Au deuxième étage, à la canopée, se trouve un globe terrestre de 3 mètres de diamètre où sont représentés ces trois milieux. Le message ? C’est de ça qu’est composée notre Terre et nous devons la respecter, la gérer au mieux, car nous avons une grande responsabilité vis-à-vis d’elle. Nul doute que les gamins y seront réceptifs ! Toujours à Paris, Luc Martinez a réalisé la muséographie de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (12 e arrondissement) qui raconte comment la France s’est enrichie de l’apport des différents flux migratoires depuis 200 ans. L’Espace Electra (7 e arrondissement), géré par la fondation EDF, accueille quant à lui, jusqu’au mois d’octobre, une exposition sur la Chine réalisée par le conservateur en chef du Musée Guimet, sur la relation de ce pays à la terre. On y trouve des objets pour la culture, des céramiques, des norias… Le tout mis « en musique » par le designer sonore. Mais ce dernier officie aussi à la Société des arts technologiques à Montréal, à Colombey-les-Deux- Eglises (Haute-Marne) au Mémorial Charles de Gaulle, dans le Musée des fonderies de la Haute- Marne ou encore au Musée de la Grande Guerre à Meaux, qui ouvrira ses portes le 11 novembre 2011 à 11h11… Imaginez la plus grande collection d’objets de la période de 14-18 assemblée depuis 40 ans par Jean-Pierre Vernet, exposée aux yeux (et aux oreilles !) de tous. Ainsi, des objets pittoresques comme ce casque-violon et cette gamelle-mandoline, retrouvent une deuxième vie… août-septembre 2010 www.cotemagazine.com Luc Martinez'playground is the new territories of sound and the newly emerging relationship between sound and the public. An accomplished musician (he headed the Centre National de Création Musicale, CIRM, in Nice, from 1989 to 1999), in the 1980s he was one of the first to move from musical composition to sound design. Working with the digital arts in every shape and form, he saw that the new technologies made it possible for music to move out of the concert halls and off the turntables into other spaces. Museums, exhibitions, walls : Luc Martinez dresses cultural venues in his sound creations to give then a scenography that is all his own, built from sound images in which interactivity reigns supreme. "Too many exhibitions and museums are designed with input only for sight, the visual sense, and that sense becomes saturated," he complains. Opening one's ears is a salutary experience. In his work sound and space play together in a way that the public quickly grasps. As a simple example, instead of pointing out a direction with a huge arrow that may not be seen in the welter of visual information around it, you can guide visitors leftwards simply by broadcasting a sound coming from the left. Often in Luc Martinez'work, it's the visitor themself who triggers the sound (or the fish, in the case of the musical fish tank he created in Montreal !) Moving from one sound state to another the visitor writes his own score, taking little touches from the artist's palette, like an Impressionist painter. Gone are those video loops playing endlessly in exhibition halls, watched by nobody ! Thanks to presence sensors, sound can be provided in exactly the right place. Luc Martinez used the same technology to produce Le Mur d’Alice (Alice's wall) outside the Cité des Sciences et de l’Industrie (Paris 19). Here the public walks through a veritable curtain of sound, the fabric of the sound changing gradually from dawn to dusk, with sounds that evoke the museum's world of science and technology, but also sounds that echo the presence of water, which the architect wanted in abundance around his building. Live recordings Luc Martinez will be back at the Cité des Sciences in the spring of 2011 ; he's preparing for a major exhibition on the Gauls, a theme that summonsup numerous stereotypes. "And yet today we know a lot about that civilization," says
Luc Martinez, "from all the digging archaeologists have done. The exhibition will reproduce a whole archaeological dig, just as it was, on a large area." Just as it was including the sounds. Luc Martinez went to archaeological field sites to record the sounds of pick, sieveand brush working the earth. "Visitors will walk along gangways between the objects uncovered by the archaeologists." This year, in September you can discover Luc Martinez's work at the Muséum d’Histoire Naturelle in Paris. Near the impressive evolution gallery a permanent two-storey children's area is opening. It presents three reconstituted environments : an urban one, one based on water and an Amazonian environment with primary forest, animals and members of the Kayapo tribe. With all the accompanying sounds, of course. On the second floor, in the forest canopy, is a globe three metres across showing the three locations. The message : this is what our planet consists of ; we should respect it and manage it as best we can because we have a big responsibility towards it. That must surely go down well with the kids ! Until October Espace Electra (Paris 7), run by the Fondation EDF, is showing an exhibition on China and its relationship with the Earth, curated by the head conservator at the Musée Guimet. It includes farmtools, ceramics, norias etc., with all the right sounds provided by Luc Martinez. Also in Paris, Luc Martinez created the museography for the Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration (Pairs 12), which tells how France has been enriched by the inputs of different migrant inflows over the past 200 years. Further afield, he officiates at the Society for the Arts and Technology in Montreal, the Charles de Gaulle Memorial in Colombey-les- Deux-Eglises (Haute-Marne department), the Musée des Fonderies de la Haute-Marne (foundry museum) and the Musée de la Grande Guerre (First World War museum) in Meaux. This latter is due to open at 11.11am on 11 November 2011, with a huge collection of objects from the period 1914-1918, collected over forty years by Jean-Pierre Vernet and on show to the public for the first time. Picturesque objects such as this violin-helmet and mandolin-mess tin come to life once more. août-septembre 2010 www.cotemagazine.com MEET 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 1COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 2-3COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 4-5COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 6-7COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 8-9COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 10-11COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 12-13COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 14-15COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 16-17COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 18-19COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 20-21COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 22-23COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 24-25COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 26-27COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 28-29COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 30-31COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 32-33COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 34-35COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 36-37COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 38-39COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 40-41COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 42-43COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 44-45COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 46-47COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 48-49COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 50-51COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 52-53COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 54-55COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 56-57COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 58-59COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 60-61COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 62-63COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 64-65COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 66-67COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 68-69COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 70-71COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 72-73COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 74-75COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 76-77COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 78-79COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 80-81COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 82-83COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 84-85COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 86-87COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 88-89COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 90-91COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 92-93COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 94-95COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 96-97COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 98-99COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 100-101COTE For Paris Visitors numéro 17 septembre 2010 Page 102