COTE For Paris Visitors n°15 avr/mai 2010
COTE For Paris Visitors n°15 avr/mai 2010
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°15 de avr/mai 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 31,2 Mo

  • Dans ce numéro : made in China.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
I CINEMA MADE IN CHINA 68 CHINAWOOD VS HOLLYWOOD… Situé dans la province de Zhejiang, à 400 km de Shanghai, Hengdian est considéré comme l’un des plus importants studios au monde, avec sa reconstitution de la Cité interdite et de palais ancestraux dans les moindres détails… En 2002, Zhang Yimou, maître-d’œuvre des cérémonies des JO et des 60 ans de la Chine, a tour né dans ce « Chinawood » démesuré son célèbr e Hero, une épopé e flamboyante sur la vie de l’emper eur Qin. Réalisateur chouchou du Festival de Berlin, il y réalisera probablement cette année son adaptation très personnelle du premier polar des frèr es Coen, Sang pour Sang... Le cinéma d’Hollywood est certes le bienvenu en terre de Chine, mais un accord limite à vingt le nombre annuel de films étrangers distribués en par tage des recettes ! Dix-neuf de ces longs-métrages sont certes américains, mais ils ne sont jamais proposés pendant l’été ou les vacances. On appelle cela du pr otectionnisme. L’Occident a véritablement découver t le cinéma chinois dans les années quatr e-vingt-dix et des metteurs en scène comme John W oo (Les trois royaumes), Hou Hsiao- Hsien (Three Times), Zhang Yimou (Epouses et concubines), Chen Kaige (Adieu ma concubine) ou Jia Zhangke (Still Life) ont depuis acquis une réputation internationale. L’Amérique et même l’Eur ope convoitent quelques grands comédiens qui n’hésitent plus à tourner hors des frontières de la Chine... Voici quatre actrices chinoises incontournables. GONG LI, L’AMBASSADRICE Née en 1965 à Shenyang dans une famille d’enseignants, Gong Li est la grande ambassadrice du cinéma chinois – et de la marque L’Oréal, par la même occasion. Après avoir abandonné le rêve d’être chanteuse, la jeune fille intègre l’Académie dramatique de Pékin en 1985, et rencontre trois ans plus tard le réalisateur Zhang Yimou, qui ne tarde pas à en faire son égérie et son épouse. Le Sorgho Rouge, qu’ils tournent ensemble en 1988, obtient l’Ours d’Or à Berlin. Mais c’est son très beau rôle de Songlian dans Epouses et concubines qui fait prendre à sa carrière un envol international. Avant de se séparer, le couple produit Qiu Ju, une femme chinoise (1992), Vivre (1994) et Shanghai Triad (1995). Hollywood lui fait depuis longtemps les yeux doux mais l’actrice privilégie le cinéma de ses compatriotes tels Chen Kaige, Wong Kar-Wai ou Wayne Wang. En 2005, la première femme chinoise en couver ture du Times accepte enfin son pr emier film américain : Mémoires d’une geisha (Rob Marshall), où elle joue le rôle d’une… Japonaise. Ambassadrice de l’Unesco, tour à tour présidente des jurys des Festivals de Berlin et V enise, Gong Li a depu is enchaîné les rôles dans plusieurs productions US qu’on verra bientôt sur nos écrans. Elle y sera notamment la partenaire de Mickey Rourke, John Cusack et Jim Carrey. Elle sera aussi à l’affiche de The Grand Master qu’a terminé ce mois-ci Wong Kar-Wai, d’après l’histoire de Ip Man, pionnier du Kung-fu et maître de Bruce Lee. ZHOU XUN, LA STAR ABSOLUE Connue surtout en Europe pour son rôle dans Balzac et la petite tailleuse chinoise, film franco-chinois tourné en 2001 par Dai Sijie, Zhou Xun est née en 1976 dans une famille modeste de la province de Zhejiang. Actrice et chanteuse, elle est considérée aujourd’hui comme une star absolue dans son pays. Qui l’a véritablement consacrée en 2000 avec Suzhou River de Lou Ye, pour lequel elle obtient le prix de la meilleur e actrice au Festival du Film de Paris. L’Europe l’aime aussi p our s es prestations dans Beijing Bicycle et l’Empereur et l’Assassin qu’elle tourne en 2001, sous la dir ection de Wang Xiaoshuai et de Cheng Kaige. Ambassadrice de la mar que Lancel et des Nations Unies, la très jolie Zhou Xun devenue récemment citoyenne hongkongaise – « pour des raisons professionnelles » – multiplie les rôles (et les récompenses) aussi bien pour la télévision que pour le cinéma. Cette année, on la découvrira dans Confucius, le biopic tour né par Hu Mei dans les studios de Hengdian (voir ci-dessus). avril-mai 2010 www.cotemagazine.com LANCEL SHU QI, L’INSATIABLE « Une fois que vous pointez la caméra sur elle, c’est Shu Qi qui vous dirige. Son travail était très émouvant, érotique et sensible – tout ce que j’aime dans les films chinois » se justifie Fatih Akin, dont on pourra découvrir la « participation » au film choral New York I Love You, le 14 avril pr ochain. N’ayant pu collaborer au premier opus – Paris, je t’aime (2006) – le réalisateur allemand d’origine tur que (Head-on, De l’autre côté) s’est fait une joie de tourner son court-métrage du côté de Chinatown avec, dans le rôle-titre, la sublime Shu Qi, star adulée du monde asiatique. Née à T aïwan en 1976, la jeune fille de tempérament r ebelle quitte sa famille dès l’âge de 17 ans pour Hong Kong, où elle démarr e dès les années 90 une carrière de mannequin… de charme. Après quelques passages remarqués dans des films « roses », Shu Qi rencontre Andy Lau qui lui offre le rôle principal dans cinq films d’action. Sa carrièr e est lancée à cent à l’heur e : elle joue dans pas moins de dix longs-métrages en 1998 ! C’est avec sa par tition dans le très « Jules-et-Jim » Millennium Mambo (2001) de Hou Hsiao Hsien qu’elle donne la véritable mesur e de son talent. Un réalisateur qu’elle r etrouve quatre ans plus tard pour Three Times, un joli conte sentimental très remarqué au Festival de Cannes 2005. Qui l’accueillait d’ailleurs comme membr e du jury l’an passé… ZHANG ZIYI, LA GUERRIÈRE Née à Pékin en 1979 dans une famille modeste, Zhang Ziyi – sur nommée la « petite Gong Li » – a démarré sa carrièr e par la danse qu’elle pratique jusqu’à un haut niveau, avant d’intégrer la très respectable Ecole centre d’art dramatique de Pékin. C’est en 2000 que le monde entier découvre son joli minois et sa force athlétique dans Tigre et Dragon d’Ang Lee, dans lequel elle incarne une intrépide guerrière. Un an plus tar d, elle rejoint son compatriote Jackie Chan sur le tour - nage de Rush Hour 2 qui lui ouvre véritablement les por tes d’Hollywood. Dans Hero de Zhang Yimou, cité aux Oscars, elle interprète avec brio une valeureuse servante de la Chine ancestrale. Son aura devient véritablement inter nationale grâce à ses prestations remarquées dans 2046 de Wong Kar-Wai et Mémoires d’une geisha de Rob Marshall. On la verra bientôt aux côtés d’Hugh Jackman dans Snow Flower and the Secr et Fan réalisé par le cinéaste chinois W ayne Wang. Zhou Xun, star absolue dans son pays, prête aussi ses talents à la griffe Lancel.
Ci-contre : Dernière participation américaine pour Zhang Ziyi, dans Les Cavaliers de l’Apocalypse, sorti en avril 2009. En haut : Shu Qi dirigée par Fatih Akin, dans New York I Love You, sur les écrans le 14 avril. METROPOLITAN FILMEXPORT METROPOLITAN FILMEXPORT CHINAWOOD VS HOLLYWOOD… Hengdian in the province of Zhejiang, 400km from Shanghai, is thought to be one of the biggest studios in the world, with recreations down to the smallest details of the Forbidden City and ancient palaces. In 2002 Zhang Yimou, master of works for the Olympic Games and China's 60th anniversar y celebrations, made his famous Hero, a flamboyant saga about the life of Emperor Qin, in this huge'Chinawood'and here the Berlin Festival's darling is probably shooting his very personal adaptation of the Coen brothers'first crime movie, Blood Simple. Hollywood movies are certainly welcome in China but an accord limits the number of foreign films distributed each year to 20 ! The West didn't really discover Chinese cinema until the 1990s but since then directors such as John Woo (Red Cliff), Hou Hsiao-Hsien (Three Times), Zhang Yimou (Raise the Red Lantern), Chen Kaige (Farewell My Concubine) and Jia Zhangke (Still Life) have become internationally renowned. America and even Europe are making eyes at some great actors who are now happy to film outside China. Let's introduce four leading Chinese actresses. GONG LI, AMBASSADRESS Born in 1965 into a family of teachers in Shenyang, Gong Li is Chinese cinema's gr eat ambassadress, and a face of L’Oréal into the bargain. In 1985 she bega n studying at Beijing's academy of drama then three years later met the director Zhang Yimou, who lost no time in making her his muse and wife. Red Sorghum (1988) won the Golden Bear in Berlin but it was her very fine performance as Songlian in Raise the Red Lantern that gave her career an international boost. Before separating, the couple made The Story of Qiu Ju (1992), To Live (1994) and Shanghai Triad (1995). In 2005 the first Chinese woman to make the Times cover finally accepted her first American film, Memoirs of a Geisha (Rob Marshall) in which she plays… a Japanese woman ! Gong Li is a Unesco goodwillambassador and has chair ed the jury at both the Berlin and Venice festivals. She has recently played in several US movies soon to be released in France, with Mickey Rourke, John Cusack and Jim Carr ey. She's also in The Grand Master, which Wong Kar -Wai finished this month, based on the story of Ip Man, the Kung Fu pioneer who was Bruce Lee's master. ZHOU XUN, TOTAL STAR Known in Europe essentially for her r ole in Balzac and the Little Chinese Seamstr ess, a Franco-Chinese film directed by Dai Sijie in 2001, Zhou Xun was born in 1976 into a modest family in the province of Zhejiang. Today she is a huge star in her own country, which really took her to its heart in 2000 for Lou Ye's Suzhou River, which also won her the best actress prize at the Paris film festival. Europe loves her too for her performances in Beijing Bicycle and The Emperor and the Assassin, directed by Wang Xiaoshuai and Cheng Kaige respectively. A UN goodwillambassador and a Lancel face, the ver y lovely Zhou Xun, now a Hong Kong citizen, just never stops working. This year we'll see her in Confucius, the biopic directed by Hu Mei and filmedin the Hengdian studios (see above). SHU QI, INSATIABLE "Once you point the camera at her, it's Shu Qi who directs you. Her work was very moving, erotic and sensitive – everything I love in Chinese films," says Fatih Akin, whose contribution to the anthology movie New York I Love You we'll be able to see from 14 April. Not having been able to work on the first opus, Paris, je t’aime (2006), the Turkish-German director of Head-On and The Edge of Heaven took great pleasure in shooting his episode in Chinatown with the sublime Shu Qi in the title r ole. Born in Taiwan in 1976, this young lady with a r ebellious temperament star ted her career in the 1990s as a model… of a par ticular kind ! After a few noted appearances in soft-porn films, Shu Qi met Andy Lau who gave her the leading role in five action films. Her acting career took off at top speed and her performance in Hou Hsiao Hsien's very Jules-et-Jim Millennium Mambo (2001) really proved just how talented she is. Four years later she worked with the same director on Three Times, which made quite an impact at the 2005 Cannes Festival ; last year she was on the Cannes jury. ZHANG ZIYI, WARRIOR Born in a modest Beijing family in 1979, Zhang Ziyi started as a dancer before studying at the highly respected Beijing drama school. In 2000 the entire world discovered her pretty face and athletic prowessin Ang Lee's Crouching Tiger, Hidden Dragon, in which she plays an intrepid warrior. A year later she joined her compatriot Jackie Chan in Rush Hour 2. In Zhang Yimou's Oscar-nominated Hero she gives a brilliant performance as a valorous servant in old China. Her aura has taken on a truly inter national shine thanks to her excellent performances in Wong Kar-Wai's 2046 and Rob Marshall's Memoirs of a Geisha. We'll soon be seeing her alongside Hugh Jackman in Snow Flower and the Secret Fan by Chinese director Wayne Wang. avril-mai 2010 www.cotemagazine.com HARRY KAM- I CINEMA MADE IN CHINA 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 1COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 2-3COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 4-5COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 6-7COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 8-9COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 10-11COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 12-13COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 14-15COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 16-17COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 18-19COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 20-21COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 22-23COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 24-25COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 26-27COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 28-29COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 30-31COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 32-33COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 34-35COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 36-37COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 38-39COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 40-41COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 42-43COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 44-45COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 46-47COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 48-49COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 50-51COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 52-53COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 54-55COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 56-57COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 58-59COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 60-61COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 62-63COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 64-65COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 66-67COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 68-69COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 70-71COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 72-73COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 74-75COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 76-77COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 78-79COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 80-81COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 82-83COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 84-85COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 86-87COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 88-89COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 90-91COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 92-93COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 94-95COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 96-97COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 98-99COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 100-101COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 102-103COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 104-105COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 106-107COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 108-109COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 110-111COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 112-113COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 114-115COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 116