COTE For Paris Visitors n°15 avr/mai 2010
COTE For Paris Visitors n°15 avr/mai 2010
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°15 de avr/mai 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 31,2 Mo

  • Dans ce numéro : made in China.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
ART MADE IN CHINA 64 avril-mai 2010 www.cotemagazine.com RÉSOLUMENT HYPE, CARRÉ- MENT JOLIE, CETTE VIDÉASTE ET PLASTICIENNE CHINOISE A CHOISI DE NE PAS CHOISIR : ENTRE L’OCCIDENT ET L’ASIE, SON CŒUR BALANCE. DISTINCTLY HIP, INDISPUTABLY ATTRACTIVE, THIS CHINESE VIDEO AND MULTIMEDIA AR- TIST HAS CHOSEN NOT TO CHOOSE BUT TO DIVIDE HER LIFE BETWEEN EAST AND WEST. 0 U PAR MIREILLE SARTORE CRÉATURE ARTY ? -/YI ZHOU, ARTY CREATURE Mixant vidéos et nouvelles technologies, l’avant-garde des artistes chinois s’ouvre aux préoccupations d’un monde en pleine mutation avec une remarquable acuité, quand l’Occident semble dor mir sur ses lauriers... Voici Yi Zhou, vidéaste et plasticienne, le parfait « compromis » entre le monde de là-bas – elle est née en 1978 à Shanghai – et celui d’ici – elle vit à Paris – où elle a décidé d’étudier et vivr e de son art. « It girl de l’art contemporain ou plasticienne chinoise prometteuse ? », s’interrogeait dernièrement Libération, livrant toutefois quelques éléments de réponse en faisant poser cette sexy girl sous l’objectif de Jean-Baptiste Mondino, en fourrure Nina Ricci et robe Rick Owens… À dire vrai, Yi Zhou s’en fout… du moment qu’on parle d’elle. « Si je suis une ar tiste à la mode ? Tant mieux. Peu importe le regard complaisant que les médias portent sur moi, car je suis sûre de durer dans le temps ! Mon travail est cohér ent, pertinent, ouvert sur mon époque que j’interroge sans répit au travers de mes créations. Je suis tout sauf une météorite, je vous assure. » Dépourvue de cynisme et débor dante d’énergie, Yi déconcerte, en effet. Et semble avoir tout compris des codes de l’art contemporain dont elle joue avec malice depuis ses débuts à Paris. Avant ça ? Elle a pas mal bourlingué… À 9 ans, ses parents quittent la Chine pour Rome, où elle suit les cours libres à l’Ecole des Beaux-Arts. À Londres, elle s’inscrit à Sciences Politiques puis se pose finalement dans la capitale française où elle pratique les arts plastiques et devient l’assistante de plusieurs artistes. SHANGHAI, LA FÉERIQUE, L’ÉLECTRIQUE Ancrée dans son temps mais sans attache véritable, Yi a donc choisi le virtuel comme langage universel dans ses créations. « Mon art n’est ni à proprement parlé chinois, français, anglais ou italien » (les langues qu’elle parle couramment avec l’espagnol) mais la conséquence de son passé itinérant, de ses influences multiples. L’immatériel lui colle au corps et à l’esprit, parce que facile d’accès, commode à transporter et simple à montrer (« un ordinateur ou un téléphone portable font très bien l’affaire ! ») Son œuvre se traduit par « une synthèse complexe de nouvelles technologies, de référ ences littérair es et imaginair es », explique son galeriste parisien Jérôme de Noirmont, le premier à lui avoir consacré sa première exposition personnelle en 2002. Son plus gros « coup » ? Sa vidéo The Ear, présentée à la Fiac 2009, mettant en scène Pharrell Williams, le rappeur producteur américain le plus hype du moment, dans une libre adaptation d’une nouvelle de Gogol. Le compositeur italien légendaire Ennio Morricone signait la musique originale de la pièce, dont Yi Zhou présentera bientôt une variation, The Greatness, inspirée cette fois de la Divine Comédie de Dante, avec le même casting classieux. Charlotte Gainsbourg et le groupe Air figurent aussi à son « palmarès ». Porte-drapeau de l’electro french touch, le célèbre tandem versaillais, présentera d’ailleurs salle Pleyel, le 3 juin, une création spéciale, The Dream of Yi, que mettra en scène la jeune Chinoise. Qui s’enflamme dès qu’elle évoque son pays d’origine, et notamment « Shanghai, la féerique, l’électrique » où elle retourne régulièrement. Flattée de son succès en Asie, où semble s’opérer une meilleure compréhension de sa démarche – « parce que j’aborde les thèmes de la métamorphose, du changement » – Yi Zhou sera bien sûr présente à l’Exposition Universelle de Shanghai, « mais impossible de vous dir e encore sous quelle bannière ! » En juin, en collaboration avec sa galerie chinoise Contrasts, elle exposera ses dernières œuvres à la Y Plastic Factory Studios, une ancienne usine de plastique reconvertie pour l’occasion. Entre temps, Yi vient de créer sa maison de production, filiale de Première Heure, boîte de prod française. www.yi-yo.net - www.denoirmont.com
PHOTO FAUSTINE CORNETTE DE SAINT CYR L’artiste Yi Zhou, représentée en France par la galerie Jérôme de Noirmont, à Paris. -/Mixing video with new technologies, Chinese ar t's avantgarde is taking on the concerns of our rapidly changing world with remarkable acuteness. Her e we have Y i Zhou, video, multimedia and installation ar tist ; the per fect'compr omise'between over there – she was born in Shanghai in 1978 – and over here – she lives in Paris – where she decided to study and live off her art. "Contemporary art's it girl or a pr omising Chinese artist ? " wondered Libération recently, offering nevertheless some hints at an answer by having this sexy lady pose for Jean-Baptiste Mondino's lens, in a Nina Ricci fur and a Rick Owens dress. Actually Yi Zhou doesn't give a damn as long as people talk about her. "l'm a fashionable ar tist ? Jolly good ! I don't care how much the media gossip about me because l'm sure l'm going to be ar ound a long time ! My work is coher ent, pertinent, involved in my era which I question without r espite through my artworks. l'm anything but a flash in the pan, I assure you." Devoid of cynicism and over flowing with energy, Yi is indeed disconcerting. And she seems to have fully understood the tenets of contemporar y art, which she has been mischievously playing with since she arrived in Paris. Before that ? She moved around an awful lot. When she was nine her parents left China for Rome wher e she attended fr ee ar t classes at the school of fine arts. In London she studied political science. Finally she settled in the French capital where she began creating artworks and worked as an assistant to several artists. SHANGHAI, BEWITCHING, ELECTRIC Grounded in her era but with no real roots, Yi has therefore chosen the virtual as the universal language for her creations. Her work is "a complex synthesis of new technologies and literar y and imaginary references," explains Jérôme de Noirmont, her Paris gallerist and the first to have given her a solo exhibition, in 2002. Her biggest'coup' ? Her video The Ear shown at the 2009 Fiac art fair, featuring Pharrell Williams, America's hippest rapper/producer right now, in a free adaptation of a short story by Gogol ; legendar y Italian composer Ennio Morricone wr ote the music for it. Yi Zhou is soon to present a variation on it titled The Greatness, this time inspir ed by Dante's Divine Comedy, with the same classy cast. She has also worked with Charlotte Gainsbourg and with Air, the famous pair of Versailles musicians in the forefront of the Fr ench electro scene. On 3 June, Air is performing a special composition at Salle Pleyel, The Dream of Yi in which our young Chinese lady is taking part. Yi Zhou waxes l y r i c a l whenever she talks about the land of her birth, particularly Shanghai to which she r eturns r egularly. Flatter ed by her successin Asia, wher e people seem to understand her approach better, Yi Zhou will naturally be attending the Shanghai World Expo, "but it's impossible to tell you in what guise yet ! " In June, in partnership with her Chinese galler y Contrasts, she's showing her latest work at Y Plastic Factory Studios, an old plastics factory converted for the event. In the meantime Yi has just setup her own production company, a subsidiary of the French production company Première Heure. avril-mai 2010 www.cotemagazine.com I ART MADE IN CHINA 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 1COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 2-3COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 4-5COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 6-7COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 8-9COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 10-11COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 12-13COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 14-15COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 16-17COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 18-19COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 20-21COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 22-23COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 24-25COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 26-27COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 28-29COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 30-31COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 32-33COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 34-35COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 36-37COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 38-39COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 40-41COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 42-43COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 44-45COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 46-47COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 48-49COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 50-51COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 52-53COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 54-55COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 56-57COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 58-59COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 60-61COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 62-63COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 64-65COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 66-67COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 68-69COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 70-71COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 72-73COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 74-75COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 76-77COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 78-79COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 80-81COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 82-83COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 84-85COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 86-87COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 88-89COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 90-91COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 92-93COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 94-95COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 96-97COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 98-99COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 100-101COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 102-103COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 104-105COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 106-107COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 108-109COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 110-111COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 112-113COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 114-115COTE For Paris Visitors numéro 15 avr/mai 2010 Page 116