COTE For Paris Visitors n°12 octobre 2009
COTE For Paris Visitors n°12 octobre 2009
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°12 de octobre 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 303) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 38,2 Mo

  • Dans ce numéro : Jean Dujardin, self-made man.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Dominique Hervieu José Montalvo chorégraphes sur la place -/two choreographers on the scene octobre-novembre 2009 www.cotemagazine.com PAR MIREILLE SARTORE – PHOTO LAURENT PHILIPPE Une pensée nouvelle dans un théâtre dédié prioritairement à la danse, c’est le projet des deux nouveaux directeurs du Théâtre national de Chaillot, qui affectionnent les décalages et les mosaïques. Avec Chaillot, Dominique Hervieu et José Montalvo sont entrés dans la cour des grands ! Le duo de chorégraphes célèbre à l’inter national pour avoir mis au point un nouveau genre de « théâtre audiovisuel » au début des années 90 a pris les rênes, en juin 2008, de l’imposant Théâtr e national de Chaillot, bien décidés à en fair e « un lieu de vie, de plaisir, d’énergie et de réflexion. ». De prestigieux directeurs, pour la plupart des hommes de théâtre, s’y sont succédé depuis cinquante ans, mais c’est la pr emière fois que la tâche incombe à deux chorégraphes. Pour autant, Dominique et José ne débarquent pas à l’improviste dans l’emblématique « Maison de Jean Vilar », ils y exerçaient depuis 2000 les fonctions respectives de directeur de la danse et directrice de Mission auprès des publics. Hétérogénéité des styles et des techniques C’est en 1982 que le tandem se forme pour créer rapidement ce « corps Montalvo-Hervieu (1) qui se veut inédit et entièr e- ment repensé dans sa mécanique et ses possibilités kaléidoscopiques. » Tous les deux sont passés par la danse classique. José a mis en scène son pr emier spectacle à 16 ans, étudié l’architecture tout en étant un fervent cinéphile. Elle est une danseuse émérite. Après dix années passées à élaborer méticuleusement les fondements de leur œuvre, les deux comparses parviennent à mettr e en for me « les contours de cet ar t populaire du bonheur que doit êtr e la danse. » (2) De par sa formation, Dominique se positionne au plus près des danseurs, tandis que José « le cochorégraphe » conçoit le décor et les scénarios vidéo qu’il réalise par luimême. Leurs influences ? Principalement les extra-vagants dadaïstes mais aussi le bar oque, Rabelais, La Fontaine, James Joyce, le hip-hop… Leur leitmotiv ? « Hétérogénéité des styles et des techniques ». Dans leurs fantaisies chorégraphiques exaltées et exaltantes, ils s’interrogent sans cesse sur le « rapport au corps réels/corps virtuels via des incrustations d’images vidéo » (3). De Rameau à Gershwin, une pièce pour l’Opéra de Paris, une autre pour le Festival de Cannes, un par cours dansé dans les salles du Louvre, leurs créations portées par une gestuelle fragmentée et « marionnettique sans excès » (4) ont conquis tous les publics.
Un lieu où la vie circule À contre-pied de la sinistrose ambiante, José Montalvo et Dominique Hervieu ont conçu une première saison « traversée par le thème du merveilleux » à laquelle sont conviés Nasser Martin-Gousset, Angelin Preljocaj, Béatrice Massin, Frédéric Flamand… et Odile Azagury qui a proposé à une douzaine de chorégraphes de créer un solo autour du thème « Princesses et monstr es » … Ce spectacle déambulatoir e présenté en novembre prochain dans les espaces publics de Chaillot se clôturera par un grand bal qu’ouvrira Carolyn Carlson dans le Grand Foyer du Théâtr e… Sur le parvis du Trocadéro tout près, des invitations à la danse pourraient également surprendre les touristes de passage… « Nous assistons au début de ce XXI e siècle à une reconfiguration du paysage chorégraphique français et mondial. Le théâtre actuel passe aussi bien par le texte que par le son, le corps et l’image. Nous espérons attirer ainsi un public inter national, plus enclin d’ordinaire à se r endre à l’Opéra. » explique D. Hervieu qui présentera en mars 2010 un autre « temps fort » consacré aux virtuoses du hip-hop. « Ce lieu non dogmatique où la vie circule » décrit par José Montalvo, redevient également un théâtre de création, avec huit pr oductions-maison, dont leur dernière pièce, inspirée du mythe d’Orphée, prévue en clôture de saison. L’art du mélange, le choix d’un « théâtre élargi » (5) cher au couple Montalvo-Hervieu semble également intéresser Alain Chamfor t qui a appr oché les deux chorégraphes dans le cadre d’un projet de spectacle autour de Yves Saint Laurent dont la première serait envisageable, été 2011, au Château de Versailles. « C’est sans conteste le rapport au corps qui nous unit à ce génial créateur de son époque, commente José Montalvo. Si le projet se concrétise, nous aimerions rendre un hommage poétique et décalé à la sensibilité et à l’inventivité de cet homme qui a sans cesse réfléchi au statut du corps dans la société. » (1) à (5) Rosita Boisseau et Louis-José Lestocar t dans le très beau livre consacré aux deux chorégraphes, paru cette année chez Textuel. -/A new way of thinking in a theatre primarily dedicated to dance : this is the plan of the two juxtaposition- and mosaicloving directors of the Théâtre National de Chaillot. With Chaillot, Dominique Hervieu and José Montalvo have entered the big league ! The choreographer duo, famous for having developed a new genre of ‘audiovisual theatre’at the start of the 1990s, took the reins of the imposing Théâtre National de Chaillot in June 2008 with the firmintention of making it « a space for living, pleasure, energy and reflection ». Prestigious directors have succeeded one another there over the past 50 years, but it’s the first time that the task has fallen to two choreographers. Heterogeneity of styles and techniques The pair for medin 1982 and quickly cr eated their ‘Montalvo-Hervieu body’. Both have come via classical dance. He directed his first show at the age of 16 and studied architecture. She is an out-standing dancer. After 10 years spent developing the foundations of their work, the two sidekicks successfully shaped « the contours of this popular art of happiness that dance has to be ». As a result of her training, Hervieu positions herself very closely to the dancers, while Montalvo designs the scenery and the film sequences. Their influences ? The Dadaists mainly, but others include the Baroque, Hip Hop, Rabelais, La Fontaine and James Joyce. Their leitmotiv ? « Heterogeneity of styles and techniques. » In their choreographic fantasies, they constantly wonder about the « relationship between real bodies and virtual bodies through superimposing video images ». From Rameau to Gershwin, a piece for the Paris Opera, another for the Cannes Film Festival and a dance performedthrough the rooms of the Louvre, their creations featuring fragmented, « unexaggerated puppet-like » movements have won over audiences everywhere. A space where life circulates In contrast to the prevailing doom and gloom, Montalvo and Hervieu have devised a first season with a fantasy theme running through. For one of the pieces, choreographer Odile Azagury asked a dozen choreographers to create a solo around the theme of princesses and monsters. This walkabout show being performedin November will close with a great ball opened by Carolyn Carlson in the main foyer of the theatre. On the Trocadéro esplanade, invitations to dance could also surprise passing tourists. « At the beginning of this 21st century, we are witnessing a reconfiguration of the choreographic landscape. Contemporary theatre involves texts just as much as it does sound, body and image. For that reason, we hope to attract an international audience normally more likely to go to the Opera », explains Hervieu. « This non-dogmatic place where life circulates », as Montalvo has described, is also becoming a theatre of creativity again, witheight in-house pr oductions, including their latest piece inspir ed by the myth of Orpheus, which is scheduled to close the season. The ar t of mixing, which is so dear to the couple, also seems to interest Alain Chamfort who has approached the two choreographers in connection with a proposed show on the subject of Yves Saint Laurent. « It’s unquestionably the relationship with the body that binds us to this brilliant designer », comments Montalvo. If the project materialises, we would like to pay a poetic and offbeat tribute to the sensitivity and inventiveness of this man who constantly thought about the body’s status in society ». octobre-novembre 2009 www.cotemagazine.com PORTRAIT 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 1COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 2-3COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 4-5COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 6-7COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 8-9COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 10-11COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 12-13COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 14-15COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 16-17COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 18-19COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 20-21COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 22-23COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 24-25COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 26-27COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 28-29COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 30-31COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 32-33COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 34-35COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 36-37COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 38-39COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 40-41COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 42-43COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 44-45COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 46-47COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 48-49COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 50-51COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 52-53COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 54-55COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 56-57COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 58-59COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 60-61COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 62-63COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 64-65COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 66-67COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 68-69COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 70-71COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 72-73COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 74-75COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 76-77COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 78-79COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 80-81COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 82-83COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 84-85COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 86-87COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 88-89COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 90-91COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 92-93COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 94-95COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 96-97COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 98-99COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 100-101COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 102-103COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 104-105COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 106-107COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 108-109COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 110-111COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 112-113COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 114-115COTE For Paris Visitors numéro 12 octobre 2009 Page 116