COTE La Revue d'Azur n°209 novembre 2012
COTE La Revue d'Azur n°209 novembre 2012
  • Prix facial : 6 €

  • Parution : n°209 de novembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 13,3 Mo

  • Dans ce numéro : design, la nouvelle vague française.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
LES DESIGNERS

CAROLINE ZIEGLER & PIERRE BRICHET

«  À DEUX, ON EST PLUS FORT. »

I

© Baptiste Heller - www.baptisteheller.com

ls se sont rencontrés au sein du collectif de design Dito. Puis se sont associés en 2010 en commençant par initier leurs propres projets, sans commande. Surtout des meubles, ce qu’ils préfèrent. Mais ce qui est généralement difficile à atteindre pour de jeunes designers, à qui les maisons d’édition confient plutôt de petits objets, histoire de limiter les risques. Mais l’éditeur de mobilier Oxyo leur a fait confiancetout de suite. «  Quand on dessine un objet, on sait dans quelle matière il sera fait : on la pousse alors dans ses limites. Nous tenons particulièrement au dessin et aux formes, avec un vocabulaire de forme plus généreux que minimaliste. »

-/ "YOU'RE STRONGER AS A PAIR"
They met in the Dito design collective and went into partnership in 2010, starting to initiatetheir own projects without waiting for orders. Especially furniture, which they love. Young designers rarely get a chanceto do furniture becausethe design houses givethem small stuff to design : the risks are less. But furniture design house Oxyo trusted the pair straight away. "When you design an object, you know what material it will be made of so you push the limits of that material. We're particularly keen on pattern and form, with a vocabulary of form that's more generous than minimalist."

Caroline Ziegler et Pierre Brichet La collection Week-End est une gamme de mobilier outdoor complète. Elle comprend une chaise, un bridge, un fauteuil bas, un banc, unetable bistrot, une grandetable 10 personnes, unetable basse et un sunbed.

eur travail ? Ils ne souhaitent pas particulièrement le mettre en avant. En revanche, ce pour quoi ils vibrent, c’est leur galerie Artisan Social Designer. Au croisement de l’artisanat et de l’art contemporain, cette structure est destinée à mettre en valeur les pratiques d’atelier. «  Nous avons sélectionné unetrentaine de jeunes designers, qui peuvent ainsi avoir une certaine visibilité. Tous les objets sont faits à la main, avec parfois le concours d’artisans. L’objectif est de privilégier des savoir-faire spécifiques ou de nouvellestechniques. »

L

NAÏS CALMETTES & RÉMI DUPEYRAT

EN TOUTE DISCRÉTION

© Gary Lafargue

-/ DISCREET
They don't particularly want to talk about their work. What they really live for is their gallery, Artisan Social Designer, which sets out to spotlight studio work at the junction between craft and contemporary art. "We've selected some 30 young designers. It givesthem a degree of visibility. All the objects here are hand made, sometimes with the help of artisans. The ideais to privilege specific skills or new techniques."

Naïs Calmettes et Rémi Dupeyrat Arnault-Efoé-Al-Série.

62 | NOVEMBRE 2012 - www.cotemagazine.com

© D.R.

[Designers]

POOL – LÉA PADOVANI & SÉBASTIEN KIEFFER

L’IMAGE AVANT TOUT
’est en travaillant aux côtés de Noé Duchaufour-Lawrance qu’ils se sont rencontrés. Avec une idée en tête : se jeter à l’eau avec leur propre studio avant leurs trente ans. C’est ainsi que Pool est né, non sans avoir longuement réfléchi à leur identité, en avril 2011 lors de l’exposition «  Nouvelle Vague » à Milan. Leur premier succès ? La chaise «  Souviens-toi quetu vas mourir », version «  vanité » de la banale chaise en plastique de jardin. Leur philosophie ? Parler d’abord de l’image d’un objet, que les deux jeunes designers souhaitent immédiate. Chacun d’eux aune histoire, qui perdure dans letemps, comme l’objet luimême. Ou comment réinventer le «  DD », le design durable.

C

© Virgili Jubero

-/ IMAGE ABOVE ALL
When they were working for Noé Duchaufour-Lawrancethey were both determined to set up their own studio beforethey reached 30. So in April 2011, after much reflection about identity, they created Pool for the New Wave exhibition in Milan. Their first success was the chair called Souviens-toi quetu
© Nocc

Studio Nocc Radiation Collection, à Tchernobyl, est une collection basée sur la réflexion de l’évolution des objets. Cette expérimentation a créé des adaptations comparables à celles observées.

vas mourir ("remember that you will die"), a vanity version of the ordinary plastic garden chair. Their approach is to talk about the image of the object first of all ; they want this to be immediate. Each of them has a history in time, likethe object itself. A reinvention of sustainable design.

STUDIO NOCC

ÉVOLUTION ET MUTATIONS
’un, Jean-Christophe Orthlieb, vient de l’univers de la physique, l’autre, Juan Pablo Naranjo, de l’ingénierie industrielle. «  Notre démarche scientifique de résolution de problèmes a pris forme : c’est le darwinisme des objets. Nous avons imaginé un scénario dans lequel des piècestraditionnelles du mobilier (une chaise et unetable d’appoint) auraient subi une sorte de rayonnement, où leurs gènes ont muté », expliquent-ils. Pour eux, les objets vivent dans l’environnement que les humains fabriquent. Un changement dans leurs habitudes et c’est unespace qui se crée pour de nouveaux objets. À travers l’observation des archétypes, ils rattachent leur travail à ce que les gens connaissent. Si l’usage reste le plus important, la poésie y trouve également sa place.

L

-/ EVOLUTION AND MUTATION
Jean-Christophe Orthlieb cameto design from physics, Juan Pablo Naranjo from industrial engineering. "Our scientific approach to problem-solving took shape. It's the Darwinism of objects. In our imagined scenario, traditional items like a chair or a sidetable have been hit by some kind of radiation and their genes have mutated," they say. For them, objects live in the environment humans make ; when habits changethis creates a space for new objects. By observing archetypes, the duo givetheir objects a certain familiar Jeel. Although usability is important, poetry also has a place.

Pool - Léa Padovani et Sébastien Kieffer Miroir «  L’Idéal du moi », en métal plié et cadre en bois.

© Benjamin Le Du

www.cotemagazine.com - NOVEMBRE 2012 | 63




Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 1COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 2-3COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 4-5COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 6-7COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 8-9COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 10-11COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 12-13COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 14-15COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 16-17COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 18-19COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 20-21COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 22-23COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 24-25COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 26-27COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 28-29COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 30-31COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 32-33COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 34-35COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 36-37COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 38-39COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 40-41COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 42-43COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 44-45COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 46-47COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 48-49COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 50-51COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 52-53COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 54-55COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 56-57COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 58-59COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 60-61COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 62-63COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 64-65COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 66-67COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 68-69COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 70-71COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 72-73COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 74-75COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 76-77COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 78-79COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 80-81COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 82-83COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 84-85COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 86-87COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 88-89COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 90-91COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 92-93COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 94-95COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 96-97COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 98-99COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 100-101COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 102-103COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 104-105COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 106-107COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 108-109COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 110-111COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 112-113COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 114-115COTE La Revue d'Azur numéro 209 novembre 2012 Page 116