COTE La Revue d'Azur n°184 mai 2010
COTE La Revue d'Azur n°184 mai 2010
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°184 de mai 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 180

  • Taille du fichier PDF : 35,5 Mo

  • Dans ce numéro : Harcourt.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
MUSQIUE MADE IN CHINA 76 JULIAN DE HAUTECLOCQUE HOWE
Beileia grandi dans une famille originaire de Wenzhou installée en France, ce qui n’est pas forcément un avantage quand on ressent, dès le plus jeune âge, une vocation profonde pour la musique et le chant : « J’ai été élevée dans la tradition chinoise qui implique une dévotion totale à ses parents ! Pour les miens, la musique était considérée comme un divertissement et certainement pas comme un métier « sérieux » envisageable… » La pratique d’un instrument lui est même défendue. Elle devra attendre de se payer elle-même des cours de chant… Ce qu’elle fait très vite auprès de pointures du genre, comme Richard Cross ou Armande Altaï ! ETRE ASIATIQUE ET FAIRE DE LA BLACK MUSIC… Fan de la musique des années 60-70, Beileiconfesse un penchant marqué pour des artistes aussi variés que Stevie Wonder, Edith Piaf, Aretha Franklin, Theresa Tang, Serge Gainsbourg, ou Mariah Carey… Des goûts qui la conduiront d’ailleurs à ne pas entrer dans la case où les gourous du marketing musical auraient bien aimé la mettre : « Etre Asiatique et vouloir faire de la black music représente un grand challenge en Occident ! Je me bats contre les idées préconçues des soi-disants experts de l’industrie musicale qui, à chaque écoute de mes morceaux, me reproche immanquablement l’absence d’une « asian touch » ! Ma musique sonne très « production américaine » et c’est comme ça ! » Beilein’hésite pas à parler de « blocage avec les Asiatiques » tant les maisons de disque semblent avoir de réels problèmes à « marketer » ce genre de produit. Les exemples de réussite sont en effet plutôt rares, mais Beileiaime rappeler que le premier single d’Anggun, La neige au Sahara, n’avait rien de typiquement indonésien. UNE TOURNÉE EN CHINE CET ÉTÉ… LE PARCOURS DE CETTE JEUNE CHI- NOISE EST UN PIED DE NEZ À TOUS LES STÉRÉOTYPES : À FORCE D’ACHARNEMENT, ELLE EST PARVENUE À S’IMPOSER DANS L’UNIVERS DE LA MUSIQUE POP « À L’OCCIDENTALE » … On l’a compris Beileine changera pas de style pour « entrer dans le cadre ». Elle a donc décidé d’imposer son propre style mêlant pop, soul, RnB et funk… Au gré de son inspiration, elle met en avant les langues et les cultures qu’elle pratique et côtoie : « Je suis une vraie cosmopolite, parlant français, anglais et chinois ! Quand je compose une chanson, je démarre généralement par un « beat » de mon producteur puis j’écris dans la langue qui me convient le mieux. Mes chansons sont majoritairement composées en anglais même si je trouve que le français et le chinois conviennent aussi très bien à la soul ou au RnB… Voyez mon titre My One & Only qui, bien qu’il soit en langue chinoise, a concouru jusqu’en demi-finale lors d’une compétition internationale d’auteurs compositeurs de Nashville ! » Le message de Beileiest simple : « Ne faisons plus de distinction entre les styles et les langues et laissons juste la musique parler d’elle-même ! » Aujourd’hui, cette jeune trentenaire vit entre Paris et Shanghai. C’est une de ses chansons qui a été retenue pour accompagner les « mariages romantiques » qui se dérouleront au pavillon de la France durant l’Exposition Universelle 2010. En mai, toujours, Beileiprésentera son nouvel album avant d’entamer une tournée en Chine qui va durer tout l’été. Toujours débordante d’activités, elle travaille aussi sur un projet de télé réalité pour une chaîne de Shanghai et travaille sur le scénario d’un film qu’elle compte produire avec un réalisateur français en 2011, ayant pour sujet la condition des immigrés chinois de Wenzhou… La boucle est bouclée ? www.myspace.com/beileiofficial - www.beileimusic.com Le miracle PAR RÉMI DECHAMBRE -/THE BEILEI MIRACLE -/THIS YOUNG CHINESE WO- MAN'S CAREER COCKS A SNOOT AT ALL THE STEREO- TYPES AS THROUGH SHEER DETERMINATION SHE HAS MADE A NAME FOR HERSELF ON THE WESTERN POP SCENE. -/Beileigrewup in a family from Wenzhou that lived in France, not exactly an advantage for someone who from earliest childhood felt a strong vocation for music and singing : "My parents saw music as just entertainment, certainly to be seriously envisaged as a profession." So she had to wait until she herself could pay for singing lessons, which she lost no time in taking with experts such as Richard Cross and Armande Altaï ! BEING ASIAN AND MAKING BLACK MUSIC A real fan of 1960s-70s music, Beileiadmits to a penchant for such diverse musicians as Stevie Wonder, Edith Piaf, Aretha Franklin, Teresa Tang, Serge Gainsbourg and Mariah Carey. Musical tastes that indeed have meant she hasn't gone down the road the music marketing gurus would have liked her to. "Being Asian and wanting to make black music is a huge challenge in the West ! I have to fight the preconceived ideas of the music industry's so-called experts, who every time they listen to my songs inevitably reproach me for lacking an "Asian touch" ! Beileigoes so far as to talk about an "Asian blockage", such a real problem do the record labels seem to have in marketing this type of product. Examples of success are indeed rare but Beileilikes to remind people that Anggun's first single, La neige au Sahara (Snow in the Sahara), had nothing typically Indonesian about it ! TOURING CHINA THIS SUMMER So she decided to impose her own style that mixes pop, soul, R & B and funk, moving between the languages and cultures she knows and practises as the inspiration takes her. "When I compose a song I generally start with a beat my producer suggests then write in the language that suits me best. I mainly write my songs in English even though I think French and Chinese also work very well for soul and R & B. Look at My One & Only ; although I sing it in Chinese it reached the semi-finals in an international singersongwriter competition in Nashville ! " Beilei's message is simple : "No more distinctions between styles or languages, let's just let the music speak for itself ! " Today this young lady in her thirties divides her time between Paris and Shanghai. It's one of her songs that has been chosen for the "romantic weddings" being held in the French Pavilion during the 2010 World Expo. In May too, Beileireleases her new album before setting off on a tour of China that will last all summer. She's also work-ing on a reality TV project for a Shanghai channel and on the screenplay for a film she intends to produce with a French director in 2011, its subject being the condition of Chinese immigrants from Wenzhou. The wheel has come full circle ? mai 2010 www.cotemagazine.com MUSIC MADE IN CHINA 77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 1COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 2-3COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 4-5COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 6-7COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 8-9COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 10-11COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 12-13COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 14-15COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 16-17COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 18-19COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 20-21COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 22-23COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 24-25COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 26-27COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 28-29COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 30-31COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 32-33COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 34-35COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 36-37COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 38-39COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 40-41COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 42-43COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 44-45COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 46-47COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 48-49COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 50-51COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 52-53COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 54-55COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 56-57COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 58-59COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 60-61COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 62-63COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 64-65COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 66-67COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 68-69COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 70-71COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 72-73COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 74-75COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 76-77COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 78-79COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 80-81COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 82-83COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 84-85COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 86-87COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 88-89COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 90-91COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 92-93COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 94-95COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 96-97COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 98-99COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 100-101COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 102-103COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 104-105COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 106-107COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 108-109COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 110-111COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 112-113COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 114-115COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 116-117COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 118-119COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 120-121COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 122-123COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 124-125COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 126-127COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 128-129COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 130-131COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 132-133COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 134-135COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 136-137COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 138-139COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 140-141COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 142-143COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 144-145COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 146-147COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 148-149COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 150-151COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 152-153COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 154-155COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 156-157COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 158-159COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 160-161COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 162-163COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 164-165COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 166-167COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 168-169COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 170-171COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 172-173COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 174-175COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 176-177COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 178-179COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 180