COTE La Revue d'Azur n°184 mai 2010
COTE La Revue d'Azur n°184 mai 2010
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°184 de mai 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 180

  • Taille du fichier PDF : 35,5 Mo

  • Dans ce numéro : Harcourt.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
RENCONTRE 12 [RENCONTRE] Par Michel Franca Nathalie Rykiel L’art d’être femme -/The art of being a woman COTE : Pourquoi avoir écrit ce livre, à ce moment de votre vie ? Nathalie Rykiel : J’ai toujours écrit depuis toute petite. La lecture et l’écriture font partie de ma vie. Ce qui a été merveilleux, c’est d’être publié. J’ai eu la chance de rencontrer un éditeur qui a été intéressé par ce que j’écrivais. Lorsque vous étiez adolescente, vous n’envisagiez pas de vous orienter vers la mode, ni de prendre la succession de votre mère, comme cela s’est fait ? C’est vrai, lorsque j’étais adolescente, je me destinais plutôt à la mise en scène de cinéma. Mais les hasards de la vie en ont décidé autrement. Mon père est mort très tôt et ma mère m’a demandé de l’aider. Elle m’a d’abord fait participer à ses défilés. Je me suis ensuite consacrée à la mise en scène des défilés. J’ai trouvé ça fascinant et extraordinaire. Ça m’a paru en tout cas beaucoup moins superficiel que ce qu’on dit parfois de la mode. Je me suis aussi rendu compte que ma mère avait fait un travail extraordinaire, depuis la création de sa marque. J’ai mesuré ce qu’elle avait pu apporter à la mode et aux femmes. Avec votre mère, comment cela se passe ? Nous avons chacune notre rôle et nous nous entendons naturellement. Nous n’avons même pas besoin de nous parler pour nous comprendre. Nous sommes pourtant très différentes, mais nous nous retrouvons lorsque nous travaillons ensemble. En fait, je pense que nous partageons la même vision artistique. Nous sommes instinctivement en osmose. Vous vous reconnaissez sans doute dans l’image de la femme que donnent les créations de votre mère ? C’est certain. Je me sens une femme libre et indépendante qui a envie d’exister et de créer par ellemême. Mais, en même temps, on a le sentiment que la famille et l’amour ont joué et continuent de jouer un rôle important dans votre vie ? J’ai effectivement besoin de la famille pour me sentir équilibrée. Le sentiment familial nourrit la complicité qui existe entre ma mère et moi. Je suis ravie que ma fille Lola vienne aussi d’entrer chez Rykiel. C’est fantastique. Il y a une histoire familiale qui s’écrit et se poursuit au-delà des générations. mai 2010 www.cotemagazine.com Présidente de la Maison de couture créée par sa mère Sonia Rykiel il y a 42 ans, Nathalie Rykiel vient de publier un livre*, Tu seras une femme, ma fille, où elle parle de son itinéraire et de ses passions. Entretien. -/Now chairwoman of the couture house that her mother, Sonia Rykiel, started 42 years ago, Nathalie Rykiel has just published a book*, Tu seras une femme, ma fille (You'll be a woman, my daughter), in which she talks about her career and her passions. Interview. COTE : Why write this book at this point in your life ? Nathalie Rykiel : l've always written, ever since I was little. Reading and writing are part of my life. What's marvellous is that l've been published. When you were a teenager you didn't intend to go into fashion or take over from your mother, so how did it happen ? It's true I was heading more towards directing films but the fortunes of life decided otherwise. My father died early on and my mother asked me to help her. First she had me model in her fashion shows, then later I took over directing them. I found that fascinating and extraordinary, and certainly much less superficial than fashion is often said to be. I also realised that my mother had accomplished some extraordinary work since starting her brand. I was able to gauge what she had given to fashion and women. How do you get on with your mother ? We each have our role and we understand each other intuitively ; we don't even need to talk together to understand each other. Yet we're very different. I think that in fact we share the same artistic vision, we're instinctively symbiotic. You surely recognise yourself in the image of woman that your mother's creations express ? Absolutely. I feel l'm a free, independent woman who wants to exist and create in her own right. But at the same time you give the impression that family and love play an important role in your life. I do indeed need my family in order to feel balanced. The family feeling nourishes the complicity that exists between my mother
En vous lisant, on sent combien vous étiez fière et heureuse des premières initiatives que vous avez prises, notamment du lancement des sex-toys avec la création de Rykiel Woman ? Je n’ai pas fait tout ça pour me mettre en avant, d’aucune façon. Je l’ai fait parce que je sentais d’instinct qu’il fallait le faire. Les premiers sex-toys, dont j’ai eu l’idée et que j’ai concrétisés, ça a été quelque chose d’extraordinaire. Nous avons été pionniers dans ce domaine et l’idée a fait le tour du monde. Encore une fois, cela m’est venu naturellement. J’avais le sentiment que je devais le faire et que ça allait marcher. Vous êtes aujourd’hui Présidente de Rykiel, comment travaillez-vous, comment se fait la création, votre mère est-elle toujours présente ? Oui, bien sûr, elle participe toujours au travail de création. Mais vous savez, cela se fait aussi à travers l’équipe que j’ai mise en place. L’écriture est un travail solitaire, la mode c’est un travail collectif. Nous sommes là pour donner une vision, une pensée, un cadre et pour prendre les décisions finales. Entre les deux, il y a une maturation, une gestation collective. Vous dites dans votre livre que vous allez apporter une nouvelle jeunesse à Rykiel. Comment définiriez-vous la femme Rykiel aujourd’hui, comment la voyez-vous évoluer ? Cela était très sensible dans notre dernier défilé. La femme Rykiel reste fidèle à son histoire, nous respectons l’ADN de la marque, les codes qui font son identité, mais nous essayons de la faire évoluer en fonction de l’air du temps. De plus en plus de femmes jeunes viennent chez Rykiel, se reconnaissent dans la marque. Nous avons la chance d’avoir un style pérenne depuis 42 ans. Nous devons lui apporter ce qu’il faut d’actualité pour qu’il continue à vivre. MATTHIEU SALVAING and me. l'm thrilled that my daughter Lola has also just joined Rykiel. It's fantastic. There's a family story being written, one that's continuing down the generations. Reading your book, one senses how proud and happy you were about the first initiatives you took, particularly launching the sex toys at the start of Rykiel Woman. I didn't do all that to draw attention to myself, no way. I did it because I instinctively felt it had to be done. The first sex toys were my idea, I made them happen and that was really fantastic. We were pioneers in the field and the idea has spread allaround the world. Once again, it came tome naturally. I felt I had to do it and that it would work. You're now chairwoman of Rykiel ; how do you work, how is the designing done, is your mother still involved ? Yes of course she's still involved in the creative side. But you know the designing is also down to the team l've put together. Writing is solitary work, fashion is collective work. We're there to provide a vision, a thought process, a framework, and then to take the final decisions. Between the two there's a maturing, a collective gestation. In your book you say you're going to breathe new life into Rykiel. How would you define the Rykiel woman of today ? That was very evident in our last show. The Rykiel woman stays loyal to her history ; we respect the brand's genetic makeup, what gives it its identity, but we try to make her evolve in tune with the times. More and more young women are buying Rykiel, identifying with the brand. We're lucky in that we have a style that has endured for 42 years ; we have to give it an of-today feel so it can live on. * Editions Calmann-Lévy. mai 2010 www.cotemagazine.com MEET 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 1COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 2-3COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 4-5COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 6-7COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 8-9COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 10-11COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 12-13COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 14-15COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 16-17COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 18-19COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 20-21COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 22-23COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 24-25COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 26-27COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 28-29COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 30-31COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 32-33COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 34-35COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 36-37COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 38-39COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 40-41COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 42-43COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 44-45COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 46-47COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 48-49COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 50-51COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 52-53COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 54-55COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 56-57COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 58-59COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 60-61COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 62-63COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 64-65COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 66-67COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 68-69COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 70-71COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 72-73COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 74-75COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 76-77COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 78-79COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 80-81COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 82-83COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 84-85COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 86-87COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 88-89COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 90-91COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 92-93COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 94-95COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 96-97COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 98-99COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 100-101COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 102-103COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 104-105COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 106-107COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 108-109COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 110-111COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 112-113COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 114-115COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 116-117COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 118-119COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 120-121COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 122-123COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 124-125COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 126-127COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 128-129COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 130-131COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 132-133COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 134-135COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 136-137COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 138-139COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 140-141COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 142-143COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 144-145COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 146-147COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 148-149COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 150-151COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 152-153COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 154-155COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 156-157COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 158-159COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 160-161COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 162-163COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 164-165COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 166-167COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 168-169COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 170-171COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 172-173COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 174-175COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 176-177COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 178-179COTE La Revue d'Azur numéro 184 mai 2010 Page 180