COTE La Revue d'Azur n°171 novembre 2008
COTE La Revue d'Azur n°171 novembre 2008
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°171 de novembre 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 180

  • Taille du fichier PDF : 34 Mo

  • Dans ce numéro : urbanisme, perspectives d'avenir

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
PORTRAIT HABITAT 58 portrait Par Alexandre Benoist Maison de vacances transportée par câbles pour éviter le mitage définitif du paysage, 1965. novembre 2008 www.cotemagazine.com « L’architecture doit être gaie ! » Pont flûte, 1990. GUY ROTTIER « J’ai toujours voulu changer le monde » » -/ « I’VE ALWAYS WANTED TO CHANGE THE WORLD » » Guy Rottier et Antti Lovag, l’architecte du Palais Bulles. GUY ROTTIER A CONSACRÉ SA VIE À LA MODERNITÉ. UNE VISION POUR CASSER LES HABITUDES MAIS AUSSI ET SURTOUT MIEUX VIVRE L’HABITAT. -/GUY ROTTIER HAS DEVOTED HIS LIFE TO MODERNITY. A VISION INTENDED TO BREAK HABITS BUT MORE IMPORTANTLY MAKE HOUSING MORE LIVEABLE. En 1980, Guy Rottier expose à Rabat une série de travaux illustrés par son ami, l’humoriste Reiser.
« Pourquoi avez-vous voulu me voir ? Mon architecture est pourtant dépassée. » L’entretien commence comme ça. Guy Rottier, du haut de ses 86 ans, est étonné. Curieux de ce rendez-vous qu’il considère ne pas être pour lui. Alors on lui explique. Dépassé ? En 1972, il conçoit un système de tube, le Lumiduc, capable de transporter la lumière solaire vers les zones sombres d’une habitation. Aujourd’hui, ces puits de lumière naturelle sont utilisés dans tout projet HQE. En 1979, il propose une maison pivotante grâce à la force du vent qui permet à l’habitant de découvrir le paysage sur 360°. David Fisher vient de terminer à Dubaï sa première tour éolienne, basée sur un concept similaire. En 1982, il a l’idée de construire des maisons de lumière enveloppées de vitres à thermoconductibilité et opacité variables. C’est désormais l’un des axes de recherche pour l’habitat de demain. Et que dire de ces pièces annexes conçues comme des soufflets d’accordéon que l’on déploie en fonction des besoins ? La notion d’espace modulable n’est-elle pas maintenant au cœur des préoccupations ? Dépassé Rottier ? Plutôt visionnaire ! « C’est vrai que j’ai toujours eu envie de faire mieux et de travailler contre les habitudes en utilisant des matériaux nouveaux. » On y vient enfin… Guy Rottier a mis sa vie d’architecte au service d’une cause, la modernité. Pourtant, au départ, la chose n’était pas acquise. « À l’école des Beaux-Arts on apprend que l’architecture est la seule chose importante. » Mais, dès 1947, sa rencontre avec Le Corbusier, avec qui il collabore sur l’Unité d’Habitation de Marseille, va lui ouvrir les yeux. « Le bien-être de l’habitant est au centre de chaque projet. L’enveloppe du bâtiment n’est qu’une résultante car une maison n’est pas faite que pour se loger mais pour s’épanouir en répondant à différentes fonctions, dormir, travailler, se cultiver le corps et l’esprit… » « Il faut des fous comme vous en France » Viendront ensuite d’autres collaborations, Jean Prouvé, Vladimir Bodiansky, André Sive, Marcel Lods… Il participe au CIAM, Congrès International d’Architecture Moderne dont l’objectif est de promouvoir une architecture et un urbanisme fonctionnels et intègre le GIAP, Groupement International d’Architecture Prospective, créé par Michel Ragon. Mais cette liberté d’expression architecturale n’est pas du goût de tout le monde. En 1958, il décide de développer un concept de petite maison de vacances préfabriquée, et donc peu chère pour donner à tous accès aux loisirs. Le projet est tué dans l’œuf. « Les architectes des bâtiments de France ont interdit son implantation sur la Côte d’Azur ! » L’homme prend acte et expose quelques années plus tard une maison manifeste à l’exposition des Arts ménagers de Paris. Un coup de gueule. « J’ai proposé la maquette d’une maison équipée d’une hélice sur le toit. Comme cela on peut s’envoler et emmerder tout le monde car plus besoin de permis de construire ! » Le Corbusier dira alors : « Il faut des fous comme vous en France ». Hommage. Suivront des maisons enterrées pour se fondre dans le paysage ou perchées dans les nuages, en forme de serpent ou d’escargot, des ponts flûtes, des façades parlantes, des maisons cibles pour dictateur, qui font de l’œuvre théorique de Guy Rottier – certaines réalisations, peut-être plus politiquement correctes, sont classées Patrimoine du XX e siècle – un univers insolite, poétique et humoristique. « Je trouve idiot de construire des maisons qui se ressemblent. Les architectes sont des gens tristes alors qu’au contraire l’architecture doit être gaie ». Un pied de nez au carcan et à la ville musée. « Exiger d’un architecte qu’il copie le passé, c’est demander à un constructeur de voitures de concevoir des automobiles comme on le faisait en 1920 ! » Aujourd’hui Guy Rottier s’est retiré des affaires ou presque. Avec le mouvement Conspiratifs créé en 1996 à Nice, qui rassemble entre autres, Antti Lovag et Jacques Rougerie, il tente toujours de porter la bonne parole. « Faut-il nourrir les maisons aux farines provençales ? », demande-t-il ? La question posée aux autorités compétentes reste toujours sans réponse… La maison volante, projet manifeste, propose une vision de l’architecture affranchie de la propriété foncière, 1964. « Why did you want to see me ? My architecture is out of date now. » The interview begins like that. Guy Rottier, now 86 years old, is astonished and curious about this interview he feels doesn’t concern him. So we explain. Out of date ? In 1972 he designed the Lumiduc tube system that takes sunlight into the darker parts of a house ; today these wells of natural light are used in every HQE (high environmental quality) project. In 1979 he proposed a house that pivots with the wind so its inhabitants benefit from a 360° panorama of the landscape ; in Dubai David Fisher has just completed his first wind tower based on a similar concept. In 1982 Rottier had the idea of building light-filled houses wrapped in glazing that varied in transparency and heat conduction ; this is presently one of the research fields for housing of the future. And what about his annex rooms designed like accordion bellows that you open out as required ? Isn’t the idea of modular space at the heart of present-day concerns ? Out of date, Rottier ? Visionary more like ! « It’s true that I’ve always wanted to do better and to work against habits by using new materials. » We’re getting there... Guy Rottier has lived his life as an architect serving one cause : modernity. Yet initially that wasn’t obvious. « At the school of fine arts we were taught that architecture was the only important thing. » Then in 1947 a meeting with Le Corbusier, with whom he worked on the Unité d’Habitation in Marseille, opened his eyes. « The inhabitants’wellbeing is at the heart of every project. The building’s envelope is only a result of this since a home isn’t simply a roof over one’s head, it’s a place that has to fulfil a variety of functions : sleeping, working, looking after body and mind etc. » « We need madmen like you in France » Further collaborations followed, with Jean Prouvé, Vladimir Bodiansky, André Sive, Marcel Lods and others. Rottier took part in the international modern architecture congress (CIAM), the aim of which was to promote functional architecture and urban planning, and joined the international future architecture group (GIAP) setup by Michel Ragon. But such freedom of architectural expression wasn’t to everyone’s taste. In 1958 Rottier decided to develop a concept of small prefabricated, and therefore cheap, holiday homes so everyone could enjoy their leisure time. The project never got off the ground because « France’s governmental architects wouldn’t allow them to be built on the Côte d’Azur ! » He took note and a few years later exhibited a manifesto house at the Paris home and interiors exhibition. A taunt : « I showed a model of a house with a propeller on the roof so you could fly away and wind everyoneup because you wouldn’t need a building permit ! » Le Corbusier’s comment was : « We need madmen like you in France ! » A tribute. Then came houses buried so as to blend into the landscape or perched in the clouds, in the shape of serpents and snails, flute bridges, talking façades, target houses for dictators... turning Guy Rottier’s theoretical work into an unusual, poetic, humorous world. « I think it’s daft to build houses that all look alike. Architects are sad people but on the contrary architecture should be cheerful. » Cocking a snook at straightjackets and museum-piece cities. Today Guy Rottier is retired, or almost. Through the Conspiratifs movement setup in 1996 in Nice and which includes Antti Lovag and Jacques Rougerie, he’s still trying to spread the good word. « Should we feed houses on Provençal by-products ? » he asks. Put to the competent authorities, this question has not yet been answered... novembre 2008 www.cotemagazine.com PORTRAIT HABITAT 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 1COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 2-3COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 4-5COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 6-7COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 8-9COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 10-11COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 12-13COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 14-15COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 16-17COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 18-19COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 20-21COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 22-23COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 24-25COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 26-27COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 28-29COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 30-31COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 32-33COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 34-35COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 36-37COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 38-39COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 40-41COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 42-43COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 44-45COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 46-47COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 48-49COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 50-51COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 52-53COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 54-55COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 56-57COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 58-59COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 60-61COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 62-63COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 64-65COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 66-67COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 68-69COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 70-71COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 72-73COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 74-75COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 76-77COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 78-79COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 80-81COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 82-83COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 84-85COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 86-87COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 88-89COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 90-91COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 92-93COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 94-95COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 96-97COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 98-99COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 100-101COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 102-103COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 104-105COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 106-107COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 108-109COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 110-111COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 112-113COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 114-115COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 116-117COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 118-119COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 120-121COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 122-123COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 124-125COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 126-127COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 128-129COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 130-131COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 132-133COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 134-135COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 136-137COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 138-139COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 140-141COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 142-143COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 144-145COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 146-147COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 148-149COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 150-151COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 152-153COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 154-155COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 156-157COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 158-159COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 160-161COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 162-163COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 164-165COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 166-167COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 168-169COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 170-171COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 172-173COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 174-175COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 176-177COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 178-179COTE La Revue d'Azur numéro 171 novembre 2008 Page 180