COTE La Revue d'Azur n°263 oct/nov 2018
COTE La Revue d'Azur n°263 oct/nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°263 de oct/nov 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 23,5 Mo

  • Dans ce numéro : les tendances de demain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Ptitsyn Vasiliy Vincent Grégoire "Shaping the future through alternative solutions" Avec le thème Virtuous présenté au dernier salon Maison & Objet, le tendanceur nous interroge sur les nouveaux modes de consommation qui construiront l’avenir. The trend forecaster's Virtuous theme for the last Maison & Objet design fair explored how the way we consume will build the future. D É C O R A T I O N & D E S I G N Interview « Dessiner le futur avec des solutions alternatives » L’objet de consommation devient support de revendication. 28 Octobre-Novembre 2018 - www.cotemagazine.com La philosophie de la Maison Popineau repose sur sa volonté de travailler des modèles uniques, à forte valeur ajoutée créative et au design très graphique. Ici, la méridienne « Belle de jour » et coussins de la collection Suite Aléatoire. COTE  : Pourquoi avoir choisi le thème Virtuous ? Vincent Grégoire  : Notre environnement de vie est tellement chahuté qu’il est urgent de changer les choses à tous les niveaux. Il faut arrêter la surchauffe généralisée… Il ne s’agit pas de prospective mais d'un constat. C'est à la fois le sujet le plus aigu aujourd'hui et le plus structurant pour les années à venir. Il est au cœur des attentes des consommateurs, des préoccupations des distributeurs, des réalisations des créateurs et de la réflexion des leaders d'opinion. Que recouvre ce terme aujourd'hui ? V. G.  : C'est un acte de volonté et une prise de conscience des problématiques environ nementales, sociales, éthiques qui ont émergé ces dernières années. Elles sont partout maintenant, véhiculées par la presse et les réseaux sociaux. Les crises sanitaires, la menace climatique, la maltraitance animale… font qu'on ne peut plus ignorer la nécessité d'un changement. D.R.
Sommes-nous prêts à changer ? V. G.  : Il y a peu, renoncer à certaines habitudes de consommation était ressenti comme une punition. Maintenant, manger mieux, prendre soin de soi, prendre le temps apportent du bien-être et même du plaisir. Ces comportements sont attachés à des valeurs positives. Ce que j'appelle les quatre « B »  : bio, bon, beau et bien-être. Le durable devient désirable. Ces nouvelles attitudes sont souvent liées à des motivations très personnelles. Chez les baby-boomers, qui ont vécu l'avènement de la société de consommation, un pépin de santé change la donne, pousse à ralentir. Chez les plus jeunes, l'arrivée d'un enfant provoque une remise en cause de leur mode de vie. Quant aux 15-25 ans, les millennials qui n'ont connu que la crise, la consommation doit avoir du sens, même s'ils sont parfois dans le paradoxe. Ces derniers sont passionnés et ont des convictions fortes qu’ils veulent défendre de manière parfois agressive et activiste. Tous sont en quête de sens. Comment ces nouveaux comportements se manifestent-ils ? V. G.  : Il y a d'abord la production. Ce sont les makers, les artisans, qui réinvestissent les villes, l’éclosion des fablab. On fait soi-même, on recycle, on répare aussi parce que l'on est attentif à l'environnement. C'est là qu'on parle de développement durable, de matériaux alternatifs, de traçabilité. Le local est une vertu et le made in France, un label recherché. On veut savoir d'où ça vient, avec quoi c'est fait et comment. L'humain, l'éthique sont au cœur de ces questionnements. Cela se manifeste d'abord par des initiatives individuelles. On agit dans son périmètre, on recycle, on lit les étiquettes, on achète moins mais mieux. Les attentes envers les marques sont fortes. Les nouvelles entreprises pensent biosourcé, équitable, recyclable. C'est compliqué mais c'est aussi passionnant de dessiner le futur avec des solutions alternatives. Depuis 2013, le designer hollandais Dave Hakkens développe la communauté « Precious Plastic », pour lutter contre la pollution plastique grâce au recyclage et montre ce que l'on peut créer avec ce matériau  : bijoux, lampadaires, pots de fleurs… Jacques Gavard Architecte d’intérieur et designer de formation, Vincent Grégoire est chasseur de tendances depuis plus de 25 ans chez NellyRodi. COTE  : Why did you choose Virtuous as the theme ? Vincent Grégoire  : Our day-today living environments are so challenged that we urgently need to change things on all levels, we have to halt the generalised overstimulation. That isn't a forecast, it's an assessment. This is both the most acute problem today and the most important structurally for the years to come ; it is at the heart of consumers'expectations, distributors'preoccupations, creators'realisations and opinion leaders'considerations. What does the word imply today ? VG  : A deliberate choice of action and an awareness of the environmental, social and ethical issues that have emerged in recent years. These are omnipresent and communicated by the press and social media  : health crises, climate change, animal mistreatment, etc. etc. We can no longer ignore the necessity for change. Are we ready to change ? VG  : Up until recently, givingup certain habits was seen as a punishment. Now, eating D.R. better, taking care of yourself and taking your time produce wellbeing and pleasure. They are considered positive values and sustainability has become desirable. These new attitudes often grow out of personal motivations. For baby-boomers who experienced the advent of consumerism, a health problem changes the landscape, obliges them to slow down. With young adults, the arrival of a child makes them question their lifestyle. And for the millennials aged 15 to 25, who have known nothing but global problems, consumption needs to be meaningful, even if they do sometimes act paradoxically. They are passionate people with strong convictions they want to defend, sometimes proactively, aggressively even. They're all seeking meaningfulness. How do these new behaviours manifest ? VG  : First there's responsible production, with makers and artisans moving back to the cities and opening fablabs. This is about doing it yourself, recycling,upcycling and repairing too, because they care about the environment, which is where sustainable development, alternative materials and traceability come in. Local is virtuous, "Made in France" a sought-after label. These young people want to know where their purchases comes from, how and with what they are made ; their focus is on the human and ethical. Initially this manifests in personal initiatives  : acting locally, recycling, reading labelling, buying less but better. They have high expectations of brands, and modern businesses think organic sourcing, fair trade and recyclable. Shaping the future through alternative solutions is complicated but exciting. www.cotemagazine.com – Octobre-Novembre 2018 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 1COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 2-3COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 4-5COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 6-7COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 8-9COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 10-11COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 12-13COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 14-15COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 16-17COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 18-19COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 20-21COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 22-23COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 24-25COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 26-27COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 28-29COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 30-31COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 32-33COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 34-35COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 36-37COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 38-39COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 40-41COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 42-43COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 44-45COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 46-47COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 48-49COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 50-51COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 52-53COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 54-55COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 56-57COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 58-59COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 60-61COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 62-63COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 64-65COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 66-67COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 68-69COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 70-71COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 72-73COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 74-75COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 76-77COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 78-79COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 80-81COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 82-83COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 84-85COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 86-87COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 88-89COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 90-91COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 92-93COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 94-95COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 96-97COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 98-99COTE La Revue d'Azur numéro 263 oct/nov 2018 Page 100