COTE Genève n°39 avril 2011
COTE Genève n°39 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de avril 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 146

  • Taille du fichier PDF : 13,6 Mo

  • Dans ce numéro : A. Norbert de Patek, voyageur malgré lui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
PORTFOLIO PHOTOGRAPHY 64 avril - mai 2011 www.cotemagazine.com tendance/trends PAR VIRGINIE LA MARCA Débordant de sensibilité et discret tout à la fois, David Wertheimer nous livre, à travers sa série de photographies » Androgyne », ses sentiments et sa vision de la beauté qui nous entoure. Des mains, des visages, des corps qui envahissent l’espace, et à chaque fois un univers onirique, empreint de poésie. -/David Wertheimer’s wonderfully sensitive, understated photography series Androgyne presents his personal vision of the beauty surrounding us: hands, faces and bodies intrudeupon his dreamlike settings, creating a fascinating, poetic atmosphere. Issu d'une famille française, David Wertheimer est né à Londres dans les années 80. Sa scolarité le mène à Genève et au Royaume Uni, et sa formation à Madrid, où il travaille une année durant dans la musique et la mode. De retour à Genève, il étudie les medias et la communication. De ses voyages, David garde le goût de la diversité culturelle et un œil artistique particulièrement aiguisé. Dès sa plus tendre enfance, il dessine et son souci du détail lui fait passer des heures à retoucher ses esquisses. Mais la grande révélation arrive il y a six mois à peine, quand il se découvre une intimité de tous les instants avec la photographie. Une rencontre qui change la couleur de son regard. « Chacun d'entre nous s’est au moins une fois dans sa vie demandé ce qu’il ressentirait dans le corps d’une personne du sexe opposé. C’est une question qui touche à l’essence même de l’humanité. J'aimerais pouvoir, ne serait-ce qu’un instant, me glisser dans la peau, dans l’esprit d’une femme, pour comprendre cet être fascinant qui donne la vie. Je tente de montrer, au fil de ce parcours photographique d'un homme et d'une femme, leur réincarnation mutuelle dans le corps du sexe opposé. Chacun renait dans l’univers de l’autre, en commençant par le plus simple appareil, puis progressivement se pare des atours vestimentaires de son opposé, jusqu’à s’y confondre et s’y perdre. Ce projet est aussi une marque de respect envers ceux qui ne se retrouvent entièrement dans aucun de ces deux mondes, et qui préfèrent le flou des contours aux lignes de démarcation abruptes. La beauté est partout, il suffit de trouver le bon angle, la bonne distance pour la percevoir ».
-/David Wertheimer was born in London, to a French family, in the 1980s. He attended school in Geneva and Britain, and trained in Madrid where he spent a year working in the fashion and music industries, before returning to Geneva, where he studied media and communications. He has travelled widely, retaining a fascination for cultural diversity, and a keen artistic eye. He was a prolific draftsman from early childhood, often spending hours reworking tiny details in his drawings. But just six months ago, his discovery of the ‘everyday intimacy’of the art of photography came as a revelation: ‘We’ve all wondered, at least once in our lives, what it would feel like to inhabit the body of someone of the opposite sex. It’s a question that touches the very heart of what it is to be human. I would love to experience the feeling of being and thinking like a woman, even for a moment – to try and understand the fascinating creatures who bring life into the world. This series of photographs of one man and one woman aims to chart their mutual reincarnation in a body of the opposite sex. Each is reborn in the other’s world, starting very simply, then gradually arraying themselves in the clothes and accessories of their opposite number, until they blend into them, and lose their identity.’‘The project is also a mark of respect for people who don’t feel they can find themselves completely ineither world, and who prefer blurred contours rather than clearly demarcated lines.’Beauty is everywhere, you just have to catch it at the right angle, the right distance, to perceive it.’avril - mai 2011 www.cotemagazine.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 1COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 2-3COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 4-5COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 6-7COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 8-9COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 10-11COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 12-13COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 14-15COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 16-17COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 18-19COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 20-21COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 22-23COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 24-25COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 26-27COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 28-29COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 30-31COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 32-33COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 34-35COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 36-37COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 38-39COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 40-41COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 42-43COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 44-45COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 46-47COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 48-49COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 50-51COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 52-53COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 54-55COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 56-57COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 58-59COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 60-61COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 62-63COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 64-65COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 66-67COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 68-69COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 70-71COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 72-73COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 74-75COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 76-77COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 78-79COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 80-81COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 82-83COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 84-85COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 86-87COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 88-89COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 90-91COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 92-93COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 94-95COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 96-97COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 98-99COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 100-101COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 102-103COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 104-105COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 106-107COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 108-109COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 110-111COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 112-113COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 114-115COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 116-117COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 118-119COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 120-121COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 122-123COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 124-125COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 126-127COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 128-129COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 130-131COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 132-133COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 134-135COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 136-137COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 138-139COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 140-141COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 142-143COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 144-145COTE Genève numéro 39 avril 2011 Page 146