COTE Genève n°32 avril 2010
COTE Genève n°32 avril 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de avril 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (245 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 11,7 Mo

  • Dans ce numéro : love, c'est le printemps.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
BIJOUX JEWELS 32 tendance/trends LES DIAMANTSIlLorsqu’on pense Haute Joaillerie, on imagine tout de suite un monde merveilleux et serti de mille pierres précieuses, des rivières de diamants et des prix qui s’envolent vers des sommets. Tout cela est, bien entendu, véridique mais, comme j’ai pu le découvrir, cet univers est un univers de passionnés, que la vente d’un bijou implique bien au-delà du seul aspect contractuel. Rencontre un après-midi pluvieux avec Melissa Wolfgang, membre de la sixième génération à travailler pour l’entreprise familiale, pour parler de pierres précieuses, de liens qui se tissent avec les clients et de Golay Fils & Stahl, joailliers diamantaires depuis 1837. Golay Fils & Stahl offre différents services liés à l’univers des gemmes. « Nous proposons notre savoir-faire pour expertiser des pierres, pour l’achat et la vente de gemmes non montés. Concernant les bijoux, nous avons, bien entendu, nos propres collections mais réalisons également des pièces sur-commande. Nous proposons aussi des pièces anciennes et d’époque que nous acquérons à travers le monde. » L’émotion, le bonheur et la satisfaction du client sont au centre de la philosophie de Golay Fils & Stahl. Au fil des rencontres, il se tisse une amitié entre le vendeur et l’acheteur, « surtout quand il s’agit de bague de fiançailles, car c’est un acte intime ! N’ayant pas de magasin, nous recevons nos clients dans nos salons privés, ce qui favorise le début d’une relation et permet de créer un sentiment de confiance. Grâce à ce lien, nous voyons souvent revenir des clients ». Les questions de prix sont abordées, « c’est la partie qui me plaît le moins, c’est toujours difficile de parler d’argent ». avril 2010 www.cotemagazine.com © Studio Photo Gérard, Genève PAR AUDE MULLER 1. Bague or gris noirci sertie d’un saphir cabochon naturel. Monture sertie de saphirs rose cabochon et brillants 2. Bague fleur sertie de diamants taille ancienne. Monture argent sur or, circa 1830 SONT ÉTERNELS 3. Bague améthyste cabochon pesant 29.27 carats, entourage pavé brillants 1. 2. 3. DIAMONDS ARE FOREVER When we think of high-end jewellery, we immediately imagine a wondrous world bejeweled with thousands of precious stones, diamond necklaces, and sky high prices. Of course all of this is true, yet I also discovered it to be a universe full of passionate people, that the sale of a jewel involves much more than its simple commercial aspect. A rainy afternoon spent with Melissa Wolfgang, the sixth generation to work within the family business, to talk about stones, relationships, and Golay Fils & Stahl, jewelers since 1837. © Studio Photo Gérard, Genève Golay Fils & Stahl offers different services in the gemstone arena. « We provide our expertise for appraisals, purchase, and sale of loose precious stones. We manufacture our own jewellery collections and create custom pieces. We also offer antique and period pieces that we acquire around the world. » Golay Fils & Stahl’s philosophy revolves around the happiness and satisfaction of the client. A relationship builds between the buyer and the seller, « especially with engagement rings, it’s an intimate experience ! Not having a storefront, we receive clients in our offices, which facilitates intimacy and trust, a combination that often has clients coming back. » When the issue of price comesup, « this is the part I like least, discussing money is always difficult ». © Studio Photo Gérard, Genève
© Studio Photo Gérard, Genève © Studio Photo Gérard, Genève Golay Fils & Stahl a, au fil des années, su devenir une référence, sur la place de Genève pour l’acquisition de collections privées ou dans le cadre de succession. En effet, leur expertise, transmise de génération en génération depuis plus 170 ans, a permis au joaillier d’être une alternative vis-à-vis des maisons de vente habituelles. Lorsqu’on parle d’avenir, Golay Fils & Stahl souhaitent, bien entendu, se développer, mais en demeurant une petite structure familiale qui offre à ses clients ce service personnalisé qui fait la différence. « Nous ne souhaitons pas faire plus de branding. On veut rester fidèle à ce qu’on sait faire, à savoir proposer un service personnalisé et créer une relation avec nos clients, notre équipe marche parfaitement. » Est-ce que Melissa se voit reprendre bientôt les rênes de l’entreprise familiale ? « Pas tout de suite car mon père n’as pas l’intention d’arrêter de travailler, par ailleurs on ne prend rarement sa retraite dans ce métier ! On ne choisit pas d’être joaillier, c’est le métier qui nous choisit ! On est joaillier par passion. » Lorsque je lui demande quelle pierre elle rêverait de porter, Melissa hésite pour finalement me répondre. « Une démantoïde de grande taille et ancienne. Cette pierre de la famille des grenats est d’un vert acidulé. Elle est brillante comme un diamant et reflète la lumière de la même manière. » info@golayfils.ch - www.golayfils.ch Sur rendez-vous uniquement - on appointment only. 4. 5. 4. Bague diamant marquise taille ancienne pesant 7.10 carats. Monture sertie de brillants. Clous d’oreilles sertis de diamants coeur, entourage pavé brillants. Pendentif diamant cœur, entourage pavé brillants 5. Solitaires diamant Golay Fils & Stahl has, over the years, become a reference in Geneva’s market in acquiring private collections and estates. Indeed, their expertise, passed on from generation to generation for more than 170 years, has enabled them to become an alternative to auction houses. When discussing the future, Golay Fils & Stahl would like, of course, to develop, yet remain within the small, familial structure that offers the personalised service which differentiates them. « We are not looking to brand. We would like to stay faithful to what we know, which is offering personalised service and creating lasting relationships with our clients, our team works perfectly. » Does Melissa see herself taking over the family business any time soon ? « Not in the near future, as my father does not intend to stop working, furthermore, one rarely retires from this business ! We don’t choose the jewellery business, it chooses us ! We are jewellers by passion. » When I ask her about the stone of her dreams, Melissa hesitates before ultimately answering. « A large, antique demantoid. A stone from the garnet family, of an acidic green colour. It shines like a diamond, and reflects light in the same way. » 6. Collier serti de diamants poire et brilliants, poids total 52.20 carats - Bague diamant ovale pesant 5.11cts, entourage pavé brillants © Studio Photo Gérard, Genève avril 2010 www.cotemagazine.com BIJOUX JEWELS 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 1COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 2-3COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 4-5COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 6-7COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 8-9COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 10-11COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 12-13COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 14-15COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 16-17COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 18-19COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 20-21COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 22-23COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 24-25COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 26-27COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 28-29COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 30-31COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 32-33COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 34-35COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 36-37COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 38-39COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 40-41COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 42-43COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 44-45COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 46-47COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 48-49COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 50-51COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 52-53COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 54-55COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 56-57COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 58-59COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 60-61COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 62-63COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 64-65COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 66-67COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 68-69COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 70-71COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 72-73COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 74-75COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 76-77COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 78-79COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 80-81COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 82-83COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 84-85COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 86-87COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 88-89COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 90-91COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 92-93COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 94-95COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 96-97COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 98-99COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 100-101COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 102-103COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 104-105COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 106-107COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 108-109COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 110-111COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 112-113COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 114-115COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 116-117COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 118-119COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 120-121COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 122-123COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 124-125COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 126-127COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 128-129COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 130-131COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 132