COTE Genève n°32 avril 2010
COTE Genève n°32 avril 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de avril 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (245 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 11,7 Mo

  • Dans ce numéro : love, c'est le printemps.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
HOTEL EVASION 22 SIBUET,IlL’ART DE RECEVOIR THE ART OF FINE HOSPITALITY L’histoire commence en 1981 à Megève. Jocelyne et Jean- Louis Sibuet achètent l’hôtel "Au Coin du Feu" et le rénovent dans un style typiquement savoyard mêlant vieux bois et édredons joufflus. De cette première étape va naître le concept innovant de l’art de recevoir à la montagne : un luxe non ostentatoire qui propose un cadre authentique et une ambiance chaleureuse. C’est dans cet esprit que vont être créées, en 1989, les célèbres Fermes de Marie. Véritable hameau au centre de Megève, cet hôtel ne ressemble à aucun autre établissement hôtelier existant. Des matériaux régionaux et authentiques, une décoration raffinée et un accueil chaleureux font vivre une parenthèse enchantée aux clients. Le couple Sibuet va étendre cet art de vivre aux différents hôtels et restaurants qu’il acquiert au fil du temps à Megève. Puis, à l’orée du 21ème siècle, la famille Sibuet décide de quitter ses terres savoyardes pour ouvrir des établissements à Lyon, Ménerbes dans le Luberon et Ramatuelle. Soumis aux mêmes critères d’exigence et de qualité qui ont fait la renommée des Fermes de Marie, ces établissements offrent à leurs clients une décoration unique et personnalisée, une situation exceptionnelle ainsi qu'une restauration qui joue sur les saveurs traditionnelles et la gastronomie. Chaque hôtel décline ainsi l’art de recevoir selon son histoire, tissant un lien subtil entre tradition et design contemporain. Depuis 20 ans, Jocelyn Sibuet a, parallèlement, créé le concept de la « zen attitude à la montagne » en développant les « Spa Pure Altitude ». C’est, en effet, pour satisfaire pleinement ses clients que Madame Sibuet a eu la volonté de proposer des soins à base de produits de la marque maison, Pure Altitude. Dernier né de cette odyssée familiale, les Enfants Terribles à Paris. La métamorphose de ce restaurant est cette fois due à Nicolas, le fils de Jocelyne et Jean-Louis Sibuet, qui suit avec tout autant de passion et de talent les dignes traces de ses parents. Dans une atmosphère feutrée qui mélange décor traditionnel et contemporain, la carte propose une cuisine française qui accorde une place de choix à la rôtisserie. avril 2010 www.cotemagazine.com Les Enfants Terribles 8, rue Lord Byron - 75008 Paris www.enfantsterribles-paris.com tendance/trends PAR AUDE MULLER © Sibuet hotels and spa/DR © Sibuet hotels and spa/DR © Sibuet hotels and spa/DR Our story begins in 1981, in Megève, when Jocelyne and Jean-Louis Sibuet bought and renovated a traditional hotel, Au Coin du Feu, allantique woodwork and snug, puffed-upeiderdowns. A first stage on their journey to an innovative concept in the art of alpine hospitality: unostentatious luxury in an authentic setting, with a warm, friendly atmosphere. Next came the celebrated Fermes de Marie, opened in 1989: a self-contained hamlet at the heart of Megève, a hotel like no other, focusing on locally-sourced, authentic materials, refined decor and a genuine welcome that has enchanted guests ever since. The Sibuet have extended their distinctive art de vivre to a collection of hotels and restaurants acquired over the years in Mégève. Now, at the dawn of the 21st century, the family has decided to leave the Savoy region for new ventures in Lyon, the Luberon village of Ménerbes, and Ramatuelle. Offering the same rigourous standards and quality that have been the bedrock of the Fermes de Marie, the new venues offer guests a unique, personalised decor, exceptional settings and gourmet food based on traditional local dishes. Each hotel offers its own distinctive history, a subtle combination of tradition and contemporary design. Over the past 20 years, Jocelyn Sibuet has also developed a parallel concept: the Spa Pure Altitude, offering a taste of "Zen in the mountains", and now featuring Jocelyn's own range of Pure Altitude treatment products. The latest addition to the Sibuet family is in Paris – Les Enfants Terribles is a restaurant transformedby Jocelyne and Jean- Louis's son Nicolas, in the finest family tradition. The cossetted decor mixes traditional and contemporary styling, with a French menu showcasing superb rôtisserie specials.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 1COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 2-3COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 4-5COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 6-7COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 8-9COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 10-11COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 12-13COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 14-15COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 16-17COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 18-19COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 20-21COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 22-23COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 24-25COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 26-27COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 28-29COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 30-31COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 32-33COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 34-35COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 36-37COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 38-39COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 40-41COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 42-43COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 44-45COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 46-47COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 48-49COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 50-51COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 52-53COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 54-55COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 56-57COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 58-59COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 60-61COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 62-63COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 64-65COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 66-67COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 68-69COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 70-71COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 72-73COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 74-75COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 76-77COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 78-79COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 80-81COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 82-83COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 84-85COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 86-87COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 88-89COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 90-91COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 92-93COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 94-95COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 96-97COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 98-99COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 100-101COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 102-103COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 104-105COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 106-107COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 108-109COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 110-111COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 112-113COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 114-115COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 116-117COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 118-119COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 120-121COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 122-123COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 124-125COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 126-127COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 128-129COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 130-131COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 132