COTE Genève n°32 avril 2010
COTE Genève n°32 avril 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de avril 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (245 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 11,7 Mo

  • Dans ce numéro : love, c'est le printemps.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
RENCONTRE 16 Pierre Rainero Cartier peut non seulement se prévaloir d’être le joaillier des rois et le roi des joailliers, mais également de posséder un patrimoine exceptionnel. Soucieuse de préserver cet héritage hors du commun, la marque a, entre autres, créé la Collection Cartier et Cartier Tradition qui recherchent ses créations à travers le monde. Pierre Rainero, directeur image, style et patrimoine de Cartier, nous raconte l’histoire de la Maison. avril 2010 www.cotemagazine.com Cartier is not only the jeweller of kings, and the king of jewellers – but the custodian of a cherished, exceptional heritage. Two heritage collections – Cartier and Cartier Tradition – aim to preserve and promote that tradition, researching and exhibiting the Cartier style around the world. Pierre Rainero, Cartier's director of image, style and heritage, talks to COTE about the history of a legendary house…
Cartier cherche Cartier Comment parvient-on à innover, alors que Cartier a une telle histoire ? Peut-on parler d’un style Cartier ? Cartier n’a jamais cessé d’innover. L’esthétisme a évolué, Cartier doit donc s’adapter à cette évolution pour être pertinent. Nous poursuivons la vision de Louis Cartier qui, il y a 100 ans, a ouvert le Studio de Création pour développer le style Cartier. Il existe un langage Cartier avec ses expressions, ses proportions, son sens des couleurs et cette langue évolue comme toute langue vivante ! Elle se modifie en fonction de notre clientèle et de la direction, afin d’être en adéquation avec son époque. Quel rôle pour la Collection Cartier ? La Collection Cartier existe depuis 1983, elle regroupe de nombreuses créations de la marque. Ces pièces sont les meilleurs témoins qui puissent être pour présenter l’histoire de Cartier et son savoir-faire. Elles sont le lien entre Cartier et le monde de la culture et des arts. Elles sont restaurées et mises à disposition pour des expositions à travers le monde. La Collection a ainsi été exposée aux quatre coins du monde, en voyageant, elle touche davantage de personnes qu’en étant présentée dans un seul musée. Quelques mots sur Cartier Tradition ? Cartier Tradition a toujours existé. Cette entité a pour dessein de rechercher des pièces anciennes – bijoux ou montres – de la marque, de les racheter, de les restaurer puis de les revendre. Nous avons la chance de posséder d’innombrables sources d’archives, qui nous permettent ainsi d’être le plus fidèle possible aux pièces d’origines. Une création Cartier qui vous a marqué ? La Tank Française, elle correspond à mes goûts personnels. Elle a une forme nette et précise, j’aime particulièrement cette boîte qui lie le cadran avec le bracelet. Hiquily, dont il n’existe que 12 exemplaires au monde, en est un bon exemple. N.Welsh, Collection Cartier © Cartier Cartier seeks Cartier COTE rencontre How does Cartier innovate, given the brand's weight of history and tradition ? Is there truly a Cartier style ? Cartier has never stopped innovating. Styles evolve, and Cartier has to follow and reflect that evolution to stay current and relevant. We continue to pursue Louis Cartier's vision, as expressed a century ago, when he opened the Studio de Création, with the specific aim of developing a Cartier style. There's a Cartier "language" rooted in our distinctive expressive forms, our use of proportion, our sense of colour – and that language is evolving, like any living language ! It adapts itself to our clientele, and to the mood of the moment. How do you see the Cartier Collection's role ? The Cartier Collection was created in 1983, and it incorporates many of the house's creations – the finest testimonies possible to our history and expertise. These pieces are the link between Cartier and the world of culture and the arts. They have been restored, and are offered on loan to exhibitions around the world. The Collection has been seen allaround the globe – in this way, it reaches and inspires far more people than it would if it were housed in just one museum. Tellus a little about Cartier Tradition ? N.Welsh, Collection Cartier © Cartier Cartier Tradition has always existed. It aims to trace vintage pieces by Cartier – watches or jewellery – with a view to purchasing, restoring and reselling them. We are fortunate in having a vast archive, which helps us to stay as close as possible to the design and feel of the original pieces. Which Cartier creation would you say has inspired you the most ? The French Tank watch – it reflects my personal taste, absolutely. It has a clean, precise shape, and I love the way the case connects the face to the bracelet.. avril 2010 www.cotemagazine.com RENCONTRE 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 1COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 2-3COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 4-5COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 6-7COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 8-9COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 10-11COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 12-13COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 14-15COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 16-17COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 18-19COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 20-21COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 22-23COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 24-25COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 26-27COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 28-29COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 30-31COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 32-33COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 34-35COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 36-37COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 38-39COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 40-41COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 42-43COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 44-45COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 46-47COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 48-49COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 50-51COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 52-53COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 54-55COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 56-57COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 58-59COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 60-61COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 62-63COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 64-65COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 66-67COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 68-69COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 70-71COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 72-73COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 74-75COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 76-77COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 78-79COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 80-81COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 82-83COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 84-85COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 86-87COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 88-89COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 90-91COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 92-93COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 94-95COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 96-97COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 98-99COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 100-101COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 102-103COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 104-105COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 106-107COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 108-109COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 110-111COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 112-113COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 114-115COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 116-117COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 118-119COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 120-121COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 122-123COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 124-125COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 126-127COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 128-129COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 130-131COTE Genève numéro 32 avril 2010 Page 132