COTE Genève n°31 fév/mar 2010
COTE Genève n°31 fév/mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de fév/mar 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 180

  • Taille du fichier PDF : 29,9 Mo

  • Dans ce numéro : les Amazones.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
FEMMES PAR MICHEL FRANCADE POUVOIR février - mars 2010 www.cotemagazine.com
Fantasme ou réalité ? Les Grecs en voyaient partout. C’était l’envers du mâle triomphant, capable de venir les défier sur un terrain qu’ils se réservaient jalousement : la guerre. Ils les appelaient « Amazones », ce qui se traduit par « celles qui n’ont pas de sein », car, diton, ces furies n’hésitaient pas à se couper un sein pour mieux tirer à l’arc. Pour faire bonne mesure ou démesure, les Grecs les ont investies d’un érotisme auxquels leurs héros mythiques ne purent s’empêcher de goûter avant de les occire, comme on conjure un démon : Achille succombe à la farouche Penthésilée, puis la tue. Héraclès, le puissant Hercule, s’efforce de ravir la ceinture d’Hyppolite avant de la trucider… À l’évidence, nos amis Grecs entretenaient un fébrile fantasme de castration. Et pourtant, les Amazones, les femmes guerrières, ont, selon les historiens et les archéologues, bel et bien existé, du côté de la Cappadoce (l’actuelle Turquie), chez les Scythes et Sautomates. Leur nom voudrait ainsi dire plus prosaïquement : « les Peuplades des Steppes ». Mais c’est une autre histoire sur laquelle planchent les spécialistes… inconcevables et merveilleuses. La femme-mec était née. Elle parcourt l’histoire avec la même constance que le pouvoir mâle ou phallocratique. Selon l’historien Richard Le Menn, dès le XVIIe siècle, les chroniqueurs déplorent « la liberté des femmes » qui « est si grande dans tout le Royaume que les maris y sont presque sans pouvoir, et que les femmes y sont souveraines » (abbé Michel de Pure, La Prétieuse ou le mystère DOUCE, OUI, CERTAINEMENT, MAIS ATTENTION, LA FEMME EST REBELLE, AUSSI, ET GUERRIÈRE ET CONQUÉRANTE… ELLE SAIT SE FAIRE AMAZONE POUR VENIR CHASSER EN TERRES MÂLES ET MARQUER SON TERRITOIRE. -/GENTLE THEY CERTAINLY ARE BUT MAKE NO MISTAKE, WOMEN ARE REBELS TOO, AND FIGHTERS, WINNERS, PERFECTLY CAPABLE OF BECOMING AMAZONS SO AS TO HUNT IN MALE PRESERVES AND MARK THEIR TERRITORY. des ruelles, 1656-1658). Certains appellent déjà ces femmes « trop libres » Amazones. Elles s’habillent et se comportent comme des hommes. Dans le Tableau de Paris (1781), un chroniqueur (Louis-Sébastien Mercier) note qu’elles « ont pris nos redingotes, nos catogans, nos baguettes, nos souliers, boivent de l’eau-de-vie… » Shocking ! Comme le sera au XIXe siècle le comportement de certaines femmes indépendantes, telles George Sand, qui s’octroient la même liberté que les hommes et en affectent l’allure… suFFragettes et garçonnes. Au XXe siècle, c’est l’avènement des suffragettes qui revendiquent le droit de vote pour les femmes. Elles finiront par avoir gain de cause. Mais ce ne fut pas facile : en France, il fallut attendre 1944 ! Avec les Années Folles, les Amazones se réincarnent en garçonnes : cheveux courts, pantalons d’homme ou jupettes au-dessus du genou, elles affichent une silhouette masculine. C’est l’avènement du masculin/féminin qui devient une tendance récurrente de la mode. Féministes et Femmes libres. Dans les années 60 et 70, l’Amazone se réincarne dans la peau des féministes pures et dures qui partent à l’assaut des citadelles du machisme. C’est la version hard de l’Amazone moderne. Les évolutions s’accélèrent. La femme accède aux pouvoirs, politique, économique, culturel. Dans le même temps, elles revendiquent un style plus féminin. L’autorité, oui, mais sous une forme plaisante et agréable, comme, si, ayant atteint son objectif, la femme n’avait plus besoin d’en rajouter pour exister pleinement. Et librement. Fantasy or reality ? The Greeks saw them everywhere, the counterpart of the triumphant male, even capable of challenging him in a sphere he jealously believed to be his: war. The Greeks called them Amazons, meaning "breastless ones", since it was said these furies went so far as to cut off one breast, the better to wield bow and arrow. For good (or bad) measure, the Greeks also invested Amazons with an eroticism that their mythical heroes couldn't resist sampling before slaying them, as if to exorcise a demon. Achilles was entranced by the fierce Penthesilea whom he killed ; Heracles, the powerful Hercules, strove to seize Hippolyte's girdle before putting her to death. It would seem our Greek friends suffered from an advanced castration complex. But historians and archaeologists believethat a race of warrior women called Amazons did indeed exist among the Scythians and Sarmatians in Cappadocia (modern Turkey), their name more prosaically meaning "people of the steppes". But that's another story for the experts to investigate. unthinkable and merveilleuse. The male-challenging woman was born, and throughout history figured just as consistently as male or chauvinistic power. The historian Richard Le Menntells us that as early as the 17th century, chroniclers were already deploring "the freedom of women [...], so great in all the Kingdom that husbands are almost without power and women sovereign in it" (Abbot Michel de Pure, La Prétieuse ou le mystère des ruelles, 1656-58). Some were already calling these "too free" women Amazons. They dressed and behaved like men ; one writer (Louis-Sébastien Mercier) in the Tableau de Paris (1781) noted that they "have adopted our frock coats, our hair styles, our canes, our shoes, they drink brandy..." Shocking ! As in the 19th century would be the behaviour of independent women such as George Sand, women who permitted themselves the same freedom as men and assumedtheir outward appearance. suFFragettes and Flappers. With the 20th century came the suffragettes demanding the right to vote for women. It was won in the end but not without a struggle – and in France not until 1944 ! The Roaring Twenties brought Amazons reincarnated as flappers, who with their cropped hair, men's trousers and skirts above the knee looked distinctly masculine to contemporary eyes. The first hint of the masculine-feminine look that became a recurrent fashion trend. Feminists and liberated women. In the 1960s and'70s the Amazons again reincarnated, this time as hard and fast feminists out to stormthe citadels of male chauvinism. The extreme version of the modern Amazon. Things began to move faster: women achieved political, economic and cultural power. But at the same time they asserted their right to be more feminine in style. Authority, yes please, but in a pleasant and agreeable formas if, having attained their goal, women no longer need to overdo things in order to exist, fully and freely. février - mars 2010 www.cotemagazine.com AMAZONS AMAZONES 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 1COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 2-3COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 4-5COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 6-7COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 8-9COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 10-11COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 12-13COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 14-15COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 16-17COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 18-19COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 20-21COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 22-23COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 24-25COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 26-27COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 28-29COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 30-31COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 32-33COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 34-35COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 36-37COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 38-39COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 40-41COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 42-43COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 44-45COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 46-47COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 48-49COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 50-51COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 52-53COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 54-55COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 56-57COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 58-59COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 60-61COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 62-63COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 64-65COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 66-67COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 68-69COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 70-71COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 72-73COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 74-75COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 76-77COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 78-79COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 80-81COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 82-83COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 84-85COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 86-87COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 88-89COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 90-91COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 92-93COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 94-95COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 96-97COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 98-99COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 100-101COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 102-103COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 104-105COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 106-107COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 108-109COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 110-111COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 112-113COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 114-115COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 116-117COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 118-119COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 120-121COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 122-123COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 124-125COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 126-127COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 128-129COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 130-131COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 132-133COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 134-135COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 136-137COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 138-139COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 140-141COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 142-143COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 144-145COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 146-147COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 148-149COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 150-151COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 152-153COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 154-155COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 156-157COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 158-159COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 160-161COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 162-163COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 164-165COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 166-167COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 168-169COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 170-171COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 172-173COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 174-175COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 176-177COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 178-179COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 180