COTE Genève n°31 fév/mar 2010
COTE Genève n°31 fév/mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de fév/mar 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 180

  • Taille du fichier PDF : 29,9 Mo

  • Dans ce numéro : les Amazones.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
RENCONTRE 22 février - mars 2010 www.cotemagazine.com Une dynastie en marche ? A dynasty on the move ?
Patrick & Derek Cremers A l’Emeraude, horlogerie-bijouterie lausannoise est devenue en quelques années un rendez-vous incontournable des passionnés de garde-temps de prestige. Depuis 2004, Patrick Cremers et sa femme Marina ne vous vendent pas seulement des montres, ils vous font vivre des moments chargés d’émotions. Entouré d’une équipe de passionnés d’horlogerie, le couple Cremers vous fait découvrir les multiples facettes des plus grandes marques triées sur le volet. Quand on rencontre Patrick Cremers, on sent immédiatement la passion du métier et l’amour des montres couler dans ses veines. « L’horlogerie m’a toujours attiré. Adolescent, je dessinais des montres, j’achetais des revues spécialisées et j’économisais pour pouvoir m’en offrir. Ma première montre a été un cadeau ; une montre calculatrice de Casio, un must à l’époque ! Aujourd’hui, mes goûts ont, heureusement, changé, je préfère la haute horlogerie mécanique ! » L’horlogerie est, pour lui, une question de rencontres, qu’il s’agisse de personnalités du milieu ou des clients. « Le rapport humain est très important dans ce métier, il faut travailler avec son cœur. » Aujourd’hui, Patrick le passionné a accepté, avec beaucoup de fierté, la proposition de Philippe et Thierry Stern de travailler pour Patek Philippe en tant que directeur des Salons de la marque à Genève, mais aussi de siéger au sein du Comité Produits et Création. Ce rêve n’aurait pu se réaliser sans son frère Derek. En effet, Patrick n’aurait pas accepté de quitter A l’Emeraude sans que Derek ne prenne certaines responsabilités au sein de la chronométrie familiale. Derek Cremers, moins connu que son aîné, a donc quitté ses fonctions de responsable des ventes asiatiques chez Girard-Perregaux pour travailler dans la boutique familiale. Derek peut, lui aussi, se prévaloir d’une grande expérience de l’horlogerie, ayant exercé les fonctions de délégué commercial pour la Suisse pour la Manufacture Jaeger- LeCoultre, de responsable des ventes pour l’Europe Occidentale, puis pour l’Asie chez Girard-Perregaux. Derek a confié à COTE Magazine réaliser lui aussi un rêve grâce à son frère. « J’étais frustré de ne pas avoir de contact avec le client final, je souhaitais pouvoir davantage me consacrer à l’aspect émotionnel d’une vente plutôt que de me limiter au strict caractère « business ». Deux rêves exaucés pour les frères Cremers, mais aussi deux challenges. La dynastie Cremers serait-elle en marche ? COTe rencontre Lausanne's watch and jewellery boutique A l’Emeraude has quickly established a reputation as an essential address for lovers of prestige timepieces. Since 2004, Patrick Cremers and his wife Marina have not only sold watches but also shared their passion for the unique, emotional appeal of a fine timepiece. Backed by their team of devoted watch experts, the Cremers delight in revealing the secrets of their select range. Anyone meeting Patrick Cremers for the first time cannot fail to see that this is a man whose passion for fine watches runs in his blood. "I have always been attracted by fine watches. As a teenager I used to design watches, I bought specialist watch magazines, and I savedup to buy watches of my own. My first watch was a present – a Casio calculator watch, an absolute must in its day ! Today, my tastes have grownup – I prefer fine mechanical watches." For Cremers, watchmaking is allabout meeting people – top industry personalities, and clients. "The human aspect of the profession is very important for me. You have to work with your heart." Today, Patrick has proudly accepted an invitation from Philippe and Thierry Stern to work for Patek Philippe as director of their Geneva Salons, with a seat on the brand's "new creations and products" executive committee – an impossible dream without his brother Derek. Because Patrick would never have agreed to leave A l’Emeraude without Derek taking over a number of responsibilities in the family firm. Less well known than his brother, Derek left his post with Girard-Perregaux to work in the family store, building on his extensive experience in the world of watchmaking, including roles as Swiss Commercial Director for the Manufacture Jaeger-LeCoultre, and Sales Director for Western Europe and subsequently Asia at Girard- Perregaux. As Derek explains, taking over at the boutique was a dream come true for him, too – thanks to his brother. "I was frustrated not to have any contact with the end users, I wanted to devote myself to the emotional aspect of selling fine watches, rather than focusing solely on the purely'business'side of things." Two wishes granted, and two significant new challenges for the Cremer brothers. A dynasty on the move… février - mars 2010 www.cotemagazine.com RENCONTRE 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 1COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 2-3COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 4-5COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 6-7COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 8-9COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 10-11COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 12-13COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 14-15COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 16-17COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 18-19COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 20-21COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 22-23COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 24-25COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 26-27COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 28-29COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 30-31COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 32-33COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 34-35COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 36-37COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 38-39COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 40-41COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 42-43COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 44-45COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 46-47COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 48-49COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 50-51COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 52-53COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 54-55COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 56-57COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 58-59COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 60-61COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 62-63COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 64-65COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 66-67COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 68-69COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 70-71COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 72-73COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 74-75COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 76-77COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 78-79COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 80-81COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 82-83COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 84-85COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 86-87COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 88-89COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 90-91COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 92-93COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 94-95COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 96-97COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 98-99COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 100-101COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 102-103COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 104-105COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 106-107COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 108-109COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 110-111COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 112-113COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 114-115COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 116-117COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 118-119COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 120-121COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 122-123COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 124-125COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 126-127COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 128-129COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 130-131COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 132-133COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 134-135COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 136-137COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 138-139COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 140-141COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 142-143COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 144-145COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 146-147COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 148-149COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 150-151COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 152-153COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 154-155COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 156-157COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 158-159COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 160-161COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 162-163COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 164-165COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 166-167COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 168-169COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 170-171COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 172-173COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 174-175COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 176-177COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 178-179COTE Genève numéro 31 fév/mar 2010 Page 180