COTE Genève n°28 septembre 2009
COTE Genève n°28 septembre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°28 de septembre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (240 x 300) mm

  • Nombre de pages : 180

  • Taille du fichier PDF : 11,9 Mo

  • Dans ce numéro : icônes et must have.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 94 - 95  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
94 95
ART MUST-HAVE 94 COTEART Acheter de l’art, oui, mais quoi ? septembre 2009 www.cotemagazine.com -/Buy art, yes, but what ? PAR MIREILLE SARTORE Et si c’était vous le prochain Pinault ou le futur Arnault ? En attendant, Martin Guesnet, directeur associé chez Artcurial, vous prodigue quelques conseils pour démarrer votre collection. Le coup a été brutal pour tout le monde. Et le marché de l’art, un temps insensible à la dégringolade des marchés financiers, n’a pas non plus échappé à la crise. Pour autant, la France ne subit pas les pertes records annoncées par le secteur culturel américain directement lié au système financier. C’est peut-être dans cette période de flottement que démarrer une collection d’art contemporain n’est pas une si mauvaise idée... Martin Guesnet, directeur associé chez Artcurial pour le secteur art contemporain, nous éclaire sur le sujet. La crise remet-elle les pendules à l’heure ? « En France, la crise a mis du temps à nous gagner, explique Martin Guesnet, mais ne nous voilons pas la face, nous sommes tous depuis lourdement touchés. La moitié de notre clientèle s’est éclipsée et les œuvres d’art ne se bousculent pas dans les salles de vente. Pour autant, contrairement à ce que disait ironiquement Ben, il y a peu, le marché ne s’est pas écroulé à 18h15 ! En fait, il s’est ralenti progressivement depuis une année. La situation est difficile, préoccupante, mais sans être aussi catastrophique que celle que nous avons connue dans les années 90. L’activité des ventes reste soutenue et une grande part des artistes importants a conservé sa cote. Nous sommes aujourd’hui dans l’expectative d’un rééquilibrage du marché, dans une phase de réajustement des prix. Dans les années 2007-2008, période extraordinairement faste, le « ticket d’entrée » de l’œuvre d’un artiste quasi sorti de nulle part pouvait atteindre jusqu’à 100 000 $. Le chiffre est désormais divisé par trois. Terminées, aussi, les « acquisitions désinvoltes » de pièces à 150 000 $ par échanges de mails ! » Devant la raréfaction des acheteurs, les galeries peuvent se montrer plus « avenantes », c’est le moment de faire des offres… Reste à prévoir que la spéculation et la démesure renaîtront certainement de leurs cendres dès que l’économie reprendra de la vigueur. Constituer sa propre collection Règle numéro un : acheter ce qu’on aime. « Une banalité, certes, mais l’acte de Martin Guesnet, directeur associé chez Artcurial. -/Might you be the next Pinault or the Arnault of the future ? If that's your aspiration, Artcurial's associate director Martin Guesnet has some advice for starting your art collection. It's been a rude shock for everyone, and the art market, for a time unaffected by the collapse of the financial markets, hasn't escaped the recessioneither. However, France isn't suffering from the record losses announced by the USA's cultural sector that is directly linked to the financial system. Perhaps in this present uncertain period, starting a contemporary art collection isn't such a bad idea... Martin Guesnet, Artcurial's associate director for its contemporary art department, throws some light on the subject. Is the recession resetting the clock ? "The recession took some time to reach us in France," Martin Guesnet explains, "but since it has, we've all been severely affected. Half of our clients have disappeared and there are much fewer artworks comingup for auction. However, the market hasn't collapsed, it's gradually slowed down over the last year. The situation is worrying but not as catastrophic as in the 1990s. The sale rooms are still working welland most important artists have maintained their value. We're now expecting the market to rebalance. In 2007-08, an extraordinarily prosperous time, the "entry ticket" for work by an artist who had appeared virtually out of nowhere could be anythingup to $100,000 ; that figure has now been divided by three. Given the scarcity of buyers, galleries are likely to be more "open-minded", it's the right time to make offers. But we should anticipate speculation and overpricing certainly rising from their ashes as soon as the economy strengthens again." © FAUSTINE CORNETTE DE SAINT-CYR
Marlène Mocquet, Le rideau de doigts, 2009. Techniques mixtes sur toile, 19 x 24 cm. Prix public : 2 000 € chez Alain Gutharc, à Paris, son galeriste. collectionner représente un véritable engagement personnel qui ne doit pas laisser de côté sa propre sensibilité. Si la démarche n’est pas anecdotique ou purement spéculative, l’amateur devra s’immerger dans un réseau, intégrer une communauté qu’il aura déterminée au préalable (voir règle n°2). » Laissez tomber le sommet de la pyramide de l’art contemporain, il est autant inaccessible pour la majorité des collectionneurs que pour les artistes ; ce « premier cercle » ne concerne qu’une centaine d’artistes tout au plus et quelques galeries hyper puissantes. Règle n°2 : s’informer régulièrement, aller voir des expositions, assister à des ventes aux enchères, visiter les grandes foires qui sont censées offrir ce qui se fait de mieux dans le monde en matière de création, aller au devant de l’information pour tenter de déceler des courants, s’approcher des galeristes, des experts qui peuvent guider le collectionneur dans ses premières acquisitions. « Ils nous arrivent d’anticiper les tendances mais généralement, nous nous inscrivons simplement dans l’air du temps. » Règle n°3 : incontournable, l’Internet avec son flux d’informations continu, qui garantit aujourd’hui une véritable transparence du marché. « On peut y dénicher des références jusqu’alors inaccessibles aux non professionnels, établir des cotes, vérifier des estimations, etc. » Les voies à suivre, les valeurs sûres… Cette première étape franchie, « le collectionneur peut tout aussi bien miser sur une jeune star montante comme Sterling Ruby, cite Martin Guesnet, dont tout le monde parle – jeune artiste touche-à-tout de 37 ans d’origine allemande installé à Los Angeles,ndlr – que d’investir sur un jeune inconnu, après enquête. » Il convient de privilégier des mouvements artistiques plutôt que des individualités… recommande également Martin Guesnet. Exemples : le Nouveau Réalisme et la Figuration Narrative dont la plupart des artistes sont relativement « abordables ». Parmi les affichistes, « je pense notamment à Raymond Hains, artiste majeur du XX e siècle, dont on peut encore acheter des œuvres d’extrême qualité pour 25 000 €. Jacques Villeglé me paraît représenter aussi un très bon placement. Idem pour César, largement pénalisé pendant dix ans par des histoires d’héritage, dont certaines pièces restent très « achetables ». L’œuvre de Vasarely (art cinétique,ndlr), enlisée dans des problèmes de succession, trouve également un large écho sur le marché. » Sinon, la tendance se porte déjà vers d’autres scènes artistiques, le Moyen-Orient, l’Amérique latine, ou le Sud-Est asiatique. » « Plus proche de nous, parmi les artistes talentueux et confirmés, Mathieu Mercier, Xavier Veilhan et, plus récemment, Tatiana Trouvé (Villa Arson et Prix Marcel Duchamp l’an passé) me paraissent d’excellents placements, indique M. Guesnet. Dans les jeunes générations, les noms de Camille Henrot, Anne Molinaro et Marlène Mocquet (voir photo ci-dessus) reviennent régulièrement sur toutes les lèvres. » Cette dernière, née en 1979 à Maison-Alfort, connaît un succès croissant depuis sa sortie des Beaux-Arts il y a trois ans. Représentée par la galerie Alain Gutharc à Paris, la jeune peintre conçoit de parfaits mondes oniriques peuplés de personnages étranges et fantastiques – de 2 000 à 50 000 €. © D.R. COURTESY GALERIE ALAIN GUTHARC Buildingup your own collection Rule number one: buy what you like. "A platitude indeed, but the act of collecting constitutes a real personal commitment that shouldn't overlook one's own sensitivities. If the processisn't anecdotal or purely speculative, the amateur collector should immerse themselves in a previously identified network (see rule n°2)." Leave the top strata of the contemporary-art pyramid alone, it's as inaccessible for the majority of collectors as it is for artists themselves. Rule number two: keep yourself regularly informedby going to exhibitions and auctions, visiting the big art fairs that are supposed to offer the best to be found in the world, and talk to gallerists and experts. "We do sometimes anticipate trends but generally speaking we're simply tuned in to what people want." Rule number three: explore the web, which today guarantees real market transparency. "You can find previously unobtainable references, establish value ratings, check valuations etc." Paths to explore, blue-chip values After that first stage, Martin Guesnet suggests: "A collector can just as well go for anup-and-coming young star such as Sterling Rub (a 37-year-old German-born all-round artist working in Los Angeles), whom everyone's talking about, as invest in a young unknown." Prefer art movements over individual artists, Martin Guesnet recommends, examples being Nouveau Réalisme and Figuration Narrative. Among the poster artists: "I think in particular of Raymond Hains, a major 20th-century artist, some of whose extremely high quality pieces can still be bought for € 25,000. Jacques Villeglé also seems tome to be a very good investment. Likewise César, who was considerably penalised for 10 years because of inheritance squabbles. Vasarely's oeuvre, also bogged down in inheritance problems, is becoming very popular in the market." Otherwise the trend is already moving towards other art scenes such as the Middle East, Latin America and Southeast Asia. Closer to home: "Among talented established n CHEZ ARTCURIAL… -/AT ARTCURIAL Le 24 octobre, durant la Fiac, la maison Artcurial Briest-Poulain-F.Tajan, installée dans l’hôtel Marcel Dassault des Champs-Elysées, proposera la vente de la collection de photographie contemporaine constituée sur dix ans par Lionel & Florence Guerlain. Parmi les 98 tirages, certains sont signés de grands maîtres, d’autres par des photographes dont on découvrira le travail pour la première fois – à partir de 1 500-2 000 € ) -/On 24 October, during the FIAC art fair, auctioneers Artcurial Briest- Poulain-F Tajan will be auctioning Lionel and Florence Guerlain's collection of contemporary photographs. The 98 prints include some by great masters and others by photographers whose work we will be discovering for the first time (starting prices: € 1500-2000). Proposé dans la collection Guerlain mise en vente chez Artcurial le 24 octobre prochain, Yuki Onodera, « Portrait de fripes n°5 », 1994, estimé 2 500-3 000 €. septembre 2009 www.cotemagazine.com ART MUST-HAVE 95



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 1COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 2-3COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 4-5COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 6-7COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 8-9COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 10-11COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 12-13COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 14-15COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 16-17COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 18-19COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 20-21COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 22-23COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 24-25COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 26-27COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 28-29COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 30-31COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 32-33COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 34-35COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 36-37COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 38-39COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 40-41COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 42-43COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 44-45COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 46-47COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 48-49COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 50-51COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 52-53COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 54-55COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 56-57COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 58-59COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 60-61COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 62-63COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 64-65COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 66-67COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 68-69COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 70-71COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 72-73COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 74-75COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 76-77COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 78-79COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 80-81COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 82-83COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 84-85COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 86-87COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 88-89COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 90-91COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 92-93COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 94-95COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 96-97COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 98-99COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 100-101COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 102-103COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 104-105COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 106-107COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 108-109COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 110-111COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 112-113COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 114-115COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 116-117COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 118-119COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 120-121COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 122-123COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 124-125COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 126-127COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 128-129COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 130-131COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 132-133COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 134-135COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 136-137COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 138-139COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 140-141COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 142-143COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 144-145COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 146-147COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 148-149COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 150-151COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 152-153COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 154-155COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 156-157COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 158-159COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 160-161COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 162-163COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 164-165COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 166-167COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 168-169COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 170-171COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 172-173COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 174-175COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 176-177COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 178-179COTE Genève numéro 28 septembre 2009 Page 180