COTE Genève n°25 avr/mai 2009
COTE Genève n°25 avr/mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de avr/mai 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (268 x 320) mm

  • Nombre de pages : 156

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : les grandes icônes suisses.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 88 - 89  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
88 89
SO SWEET ZERLAND 88 USM les aménagements qu’on aime. QUE REMARQUE-T-ON QUAND ON PÉNÈTRE DANS LES BUREAUX D’UNE ENTREPRISE OU D’UNE ADMINISTRATION SUISSES ? -/WHAT DO YOU NOTICE WHEN YOU ENTER THE OFFICES OF A SWISS COMPANY OR PUBLIC SERVICE ? Serait-ce cette ambiance joviale ponctuée par le bruissement des feuilles tournées perturbant ainsi la douce mélodie de la climatisation ? Mais non ! Je fais référence aux meubles de bureau USM ! Ils sont partout ! Petits ou grands, carrés ou rectangulaires, noirs ou rouges (11 coloris en tout), une structure en métal chromé brillant : avec les aménagements USM, le design vous tend les bras. Mais USM, ça veut dire quoi ? C’est en 1885 que Ulrich Schärer crée un atelier de serrurerie dans une quincaillerie tenue par sa femme, à Münsingen près de Berne. En 1926, un de ses fils, Alfred, construit de nouveaux ateliers sur la place de la gare et crée avec ses 3 autres frères une usine d’espagnolettes et de ferrures de bâtiment florissante. Mais l’entreprise va vivre un moment décisif avec l’arrivée en 1961 de Paul Schärer junior, ingénieur diplômé de l’École polytechnique fédérale de Zurich. Il décide de transférer la société au 55 de la Thunstrasse à Münsingen, puis de construire un nouveau complexe de production et d’administration confié à l’architecte suisse Fritz Haller. Ce dernier dessine alors des bâtiments flexibles ; une architecture innovante très vite remarquée dans la presse destinée aux architectes. En 1964, un pavillon de bureaux est fabriqué sur le site de production ; mais aucun meuble ne semble adapté. Les deux hommes décident alors de s’inspirer du système de construction de l’usine et d’adapter son système d’aménagement à la modularité des meubles de bureau, c’est-àdire de « passer du domaine macro des bâtiments au domaine micro des meubles » (P. Schärer). En 1969, la Banque Rothschid avril-mai 2009 www.cotemagazine.com à Paris commande 600 postes de travail, ce sera le début d’une incroyable aventure. En 2001, le système USM Haller rentre ainsi dans la collection permanente du MoMA de New York. Vous me direz : entre une visite au musée et 1 heure dans un bureau suisse, il y a autant de bruit. Alors silence, et admirons les aménagements USM. -/Could it be that jovial atmosphere and the sweet murmur of air conditioning, punctuated only by the rustling of papers ? No ! I’m referring to the USM office furniture ! It’s everywhere ! Large or small, square or rectangular, black or red (a total of 11 colours are available) with a structure in shiny chromedmetal. With USM furniture, design is everywhere. But what exactly is USM ? In 1885, Ulrich Schärer setup a locksmith’s workshop in a hardware shop run by his wife in Münsingen, near Bern. In 1926, Alfred, one of his sons, built new workshops near the station. With his three other brothers, he founded a Comme ça, vous le savez. Le sigle USM qui date des années 60 veut dire Ulrich Schärer Münsingen : le nom du fondateur associé à sa ville d’origine. Au début de la fabrication des modules USM, on calculait le prix de vente des modules d’une manière très simple : le prix au kilo d’une coccinelle VW servait de référence ! Just so you know: The abbreviation USM dates from the 1960s, and stands for Ulrich Schärer Münsingen - the name of the founder and his town of origin. When the USM modules were first produced, the price of each module was calculated in a very simple way - the price per kilo of a VW Beetle was used as the point of reference ! successful factory producing metal window fittings and hinges. But the arrival in 1961 of Paul Schärer junior, who had qualified in engineering at the Swiss Federal Institute of Technology (Zurich), was an important turning-point for the company. He decided to transfer the company to 55, Thunstrasse in Münsingen, then built a new production and administration complex commissioned from the Swiss architect Fritz Haller. Fritz Haller designed flexible modular buildings, an innovation which was soon noted by the architectural press. In 1964, an office wing was built on the production site, but no furniture seemedsuitable for it. The two men therefore decided to take design inspiration from Haller’s system of building. They adapted the modular system used in the construction and fitting out of the factory to creating modular office furniture. In other words, « Passing from the macro domain of building to the micro domain of furniture », as P.Schärer put it. In 1969, the Rothschild Bank in Paris ordered 600 work stations. This was the beginning of an extraordinary success story. In 2001, the USM Haller system became part of the Museum of Modern Art’s permanent collection in New York. You’ll tell me that there’s no difference, noise wise, between a trip to a museum and an hour in a Swiss office. So... Silence ! Let’s admire the USM furniture and fittings. © Cyrille Girardet
© Cyrille Girardet ZAI SPADA le ski qui tranche -/ZAI. WHEN SKIS GET THEIR GROOVE ON. S’il y a bien une chose que je déteste à la montagne, c’est que l’on piétine mes skis avant de prendre un télésiège ! Quel manque de respect ! Mes lattes sont-elles si moches que ça ? Je rêve qu’un jour, mes skis soient tellement beaux que tous les regardent avec envie et restent à distance respectable afin de les admirer… Je rêve d’avoir des skis sublimes, des skis spada de zai : une épée de 1.60 m avec un coeur en granit combiné à des fibres de carbone. Tout commence au monastère bénédictin du village de Disentis dans l’Oberland grison. Un ancien élève, Simon Jacomet, y apprend que la montagne est avant tout une expérience humaine. Il devient moniteur de ski, puis part faire les Beaux-Arts de Florence ! A son retour, il se dit que le ski doit évoluer. Metteur au point pour de grandes marques, il est à l’origine de nombreux bouleversements dans l’industrie du ski. L’avènement et le succès en coupe du monde des skis courts et du carving lui donnent raison. Il créé zai en 2003 avec une philosophie « notre but n’est pas de faire un ski de luxe, mais le meilleur ski. » Il fait tester ses premiers skis autant par des professionnels que par des débutants ! Les premières ventes débutent dans les stations de St-Moritz, Davos et Zermatt. Les modèles spada sont nés avec l’idée d’utiliser un nouveau matériau, naturel et disponible en grande quantité : il suffisait de lever la tête et de scruter les montagnes ! Avec la société TechnoCarbon Technologies de Munich, zai découvre qu’une pierre ayant déjà subi une pression gigantesque pendant des millions d’années, combinée à des fibres de carbone, donne des résultats étonnants : la pierre résiste à la pression et permet une flexibilité étonnante ! Résultat : un ski vif, maniable, parfaitement stable, des changements de carre rapides et précis, tout en beauté… Mais le rêve est terminé, je suis enfin monté sur mon télésiège, je regarde mes pauvres skis labourés par tous les surfeurs de la station et je me dis qu’un jour, moi aussi, j’aurai mes zai. A CHF 5.900.- la paire de spada, on peut rêver non ? -/If there is one thing I hate during the ski season, it’s that people carelessly trample my skis before taking the ski lift ! How rude ! Are my blades really that ugly ? I dream that one day, my TOUT SCHUSS ! « zai » veut dire résistant en romanche. Tous leurs modèles portent des noms romanches comme : « siegiu » de haut en bas, « vieneu » va et vient, « tila » tire ou « laisa » sillon. La pierre utilisée est du « gneiss grison ». Malgré son noyau en granit, ces skis ne pèsent que 150 g de plus qu’un ski normal. 900 paires de skis dont 222 zai spada sont produites par an. Numéroté, le ski est garanti avec un label de qualité original : un médaillon gravé du logo zai, en stéatite, une pierre qui s’est formée il y a environ 300 mio d’années ! Did you know ? « zai » means « resistant » in Romansh (Switzerland’s fourth language.) Each model has a Romansh name, such as « siegiu » meaning « over and under », « vieneu » to « come and go » « tila » for « pull » and « laisa », meaning « track ». The stone used is « Grison gneiss ». Despite the granite inlay, the skis only weigh 150 grams more than normal skis. 900 pairs of skis, of which 222 spada, are produced each year. Each one is numbered and comes with an original quality seal in the formof the zai logo on a medallion made from soapstone, which is a stone created around 300 million years ago. skis will be so beautiful that everyone will stare at them jealously and will remain at a respectable distance in order to better admire them. I dream of owning sublime skis - Spada de zai skis to be exact, with blades of 1m 60 and a small heart of granite that nestles in their carbon fibres... ! The story of Spada de zai begins in a Benedictine monastery located in the village of Disentis in the Grisons Oberland. Here, a former student called Simon Jacomet discovered that the mountains were above all human experience leaving. He became a skiing instructor before leaving to study fine art in Florence. Upon his return, he felt that skiing needed to evolve. A director for big brands, Jacomet was at the source of several key changes within the ski industry. The advent and success of short skis and the technique of carving during World Cups confirmedhis beliefs. In 2003 he created zai with the philosophy that « our aim is not to create luxury skis, but the best skis ». The early skis were tested on professionals and beginners alike. The first sales were seen in the ski stations of St-Moritz, Davos and Zermatt. The Spada models from zai were born from the idea of using a new material - one which was natural and available in large quantities. As Jacomet surveyed the mountains around him, inspiration struck. Together with the Munich-based company TechnoCarbon Technologies, zai discovered that the marriage of stone that had been subjected to massive pressure over millions of years when combined with carbon fibres produced amazing results: the stone was both resistant to pressure and amazingly flexible ! The resulting skis were snappy, flexible, and pe fectly stable and gave quick and precise edge changes - all beautifully executed. But my reverie is over... I am back in the ski lift, looking down at my skis battered by the resort’s snowboarders and hope that one day I too shall own a pair of zai skis. Anyway, there’s no harmin dreaming and at a cost of 5 900 Swiss Francs the pair, one has to ! avril-mail 2009 www.cotemagazine.com SO SWEET ZERLAND 89



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 1COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 2-3COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 4-5COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 6-7COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 8-9COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 10-11COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 12-13COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 14-15COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 16-17COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 18-19COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 20-21COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 22-23COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 24-25COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 26-27COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 28-29COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 30-31COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 32-33COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 34-35COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 36-37COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 38-39COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 40-41COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 42-43COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 44-45COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 46-47COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 48-49COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 50-51COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 52-53COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 54-55COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 56-57COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 58-59COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 60-61COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 62-63COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 64-65COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 66-67COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 68-69COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 70-71COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 72-73COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 74-75COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 76-77COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 78-79COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 80-81COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 82-83COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 84-85COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 86-87COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 88-89COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 90-91COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 92-93COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 94-95COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 96-97COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 98-99COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 100-101COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 102-103COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 104-105COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 106-107COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 108-109COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 110-111COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 112-113COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 114-115COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 116-117COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 118-119COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 120-121COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 122-123COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 124-125COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 126-127COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 128-129COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 130-131COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 132-133COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 134-135COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 136-137COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 138-139COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 140-141COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 142-143COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 144-145COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 146-147COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 148-149COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 150-151COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 152-153COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 154-155COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 156