COTE Genève n°25 avr/mai 2009
COTE Genève n°25 avr/mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de avr/mai 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (268 x 320) mm

  • Nombre de pages : 156

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : les grandes icônes suisses.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
SO SWEET ZERLAND 76 SWATCH. Tu me la montres ? BANZAÏ ! FIN 70, DES ESCADRILLES JAPONAISES BOMBARDENT LE PAYS DE BREGUET ET DE PATEK PHILIPPE DE MONTRES À QUARTZ ÉLECTRONIQUES. AUX ARMES ! -/BANZAI ! TOWARDS THE END OF 1970, JAPANESE SQUADRONS WERE BOMBARDING THE LAND OF BREGUET AND PATEK PHILIPPE WITH ELECTRONIC QUARTZ WATCHES. TO ARMS ! La patrie des horlogers est en danger ! Les ventes stagnent et les exportations diminuent ! Cette fois Guillaume Tell et son arbalète n’y peuvent rien. L’Helvétie a besoin d’un nouvel héros : ce sera Nicolas Hayek armé de sa SWATCH. 1979. Tout part d’un délire. Ou plutôt d’une « Delirium Tremens », une montre-bracelet créée en Suisse, la plus plate du monde, d’une épaisseur de 1,98 mm. Pourquoi ne pas adapter cette prouesse technologique à un produit tendance, de qualité et pas cher ? Aussitôt dit, aussitôt fait ! Une équipe d’ingénieurs en plastiques, de spécialistes en mouvements horlogers et de designers se mettent au travail. Résultat : un modèle au mécanisme simplifié : 51 pièces au lieu des 91 traditionnelles, un boîtier et un bracelet en plastique, pour un coût de revient ultra compétitif. Trois ans plus tard, la « Delirium Vulgare » voit le jour. Hayek organise des tests en soumettant trois montres à l’aveugle : une japonaise, une française et une suisse. Dans 80% des cas, la montre helvétique en plastique arrive en tête. La première collection comprenant le modèle noir avec cadran blanc, devenu icône de la marque, est née. 300 000 modèles sont lancés aux Etats-Unis en 1982. Consultant stratégique et génie en marketing, Nicolas Hayek la lance à Zurich le 1er mars 1983 : la légende commence. 25 ans après son lancement, 400 millions de modèles ont été produits ! Disponible à partir de CHF 50.-, SWATCH est à ce jour la montre la plus vendue au monde. Pour en revenir à nos amis asiatiques, sachez qu’ils ne nous en veulent pas d’avoir atomisé leurs montres. Ils se ruent chaque année dans les corners shops de la marque et sont devenus de véritables SWATCH addicts ! Aligato ! avril-mai 2009 www.cotemagazine.com Soyez à l’heure ! SWATCH est soit une contraction de « Swiss WATCH » ou de « Second WATCH ». Vous avez le choix ! SWATCH Group est basé à Bienne et représente en valeur environ 25% des ventes mondiales en horlogerie. SWATCH Group, la société mère de SWATCH S.A., est né de la fusion en 1983 des 2 plus grands groupes horlogers suisses : ASUAG (Longines, Rado,...) et SSIH (Omega, Tissot,...). Son nom SMH pour Société de Microélectronique et d’Horlogerie a été changé en SWATCH Group en 1998. Nicolas Hayek porte toujours sur lui la première SWATCH « C’est un talisman ! » dit-il. Just so you know: SWATCH is a contraction of « Swiss WATCH » or of « Second WATCH ». You have the choice ! SWATCH Group is based in Bienne and represents approximately 25% of the value of world watchmaking sales. SWATCH Group, the parent company of SWATCH SA, was created in 1983 from the merger of the two largest Swiss watchmakers, ASUAG (Longines, Rado) and SSIH (Omega, Tissot...). Its name was changed from SMH (Société de Microélectronique et d’Horlogerie) to the SWATCH Group in 1998. Nicolas Hayek always wears the very first SWATCH. « It’s my talisman », he says. -/The watchmakers’fatherland was in danger ! Sales were at a stand-stilland exports were falling. This time, William Telland his cross-bow could do nothing about it. Helvetia needed a new hero, who appeared in the formof Nicolas Hayek, armedwith his SWATCH. It all began with a crazy idea, or rather a « Delirium Tremens ». This was the name given to the flattest wristwatch in the world, with a thickness of 1.98 mm, made in Switzerland. Why not adapt this technological progress to make a product that was fashionable, good quality and affordable ? No sooner said than done ! Teams of plastics engineers, specialists in watch movements and designers set to work. The result ? A model with a simplified mechanism, with 51 parts instead of the traditional 91 and a plastic case and strap, at a highly competitive price. Three years later, the « Delirium Vulgare » was created. Hayek organised tests involving three unlabelled watches - one Japanese, one French and one Swiss. The plastic Swiss watch came first in 80% of cases. The first collection that included the black watch with the white face, which has become the icon of the brand, was then created. In 1982, 300 000 models were launched in the United States. Nicolas Hayek, an expert in strategy and a marketing genius, launched the model in Zurich on 1 March 1983. A legend was born. 400 million models have been produced since its launch 25 years ago ! Starting at 50 Swiss Francs, SWATCH is now the world’s best-selling watch. To return for a moment to our Asian friends, it seems they’re not annoyed with us for blasting their watches to bits. Each year they pour into the local Swatch shops and have become real Swatch addicts ! © Cyrille Girardet
Si le « product placement » avait existé à l’époque de Walt Disney, voilà un dialogue qui aurait pu changer la face de ce film, qui n’a pourtant pas pris une ride ! Pour cela, il aurait fallu qu’il se passe au bord du lac Léman. En effet, les soins des Laboratoires La Prairie tiennent leur origine de la prestigieuse Clinique La Prairie, à Montreux dans le canton de Vaud (fondée en 1931 par le professeur Paul Niehans). Ce pionnier de la thérapie cellulaire antiâge trouva l’idée géniale d’injecter à ses patients des cellules fraîches prélevées sur des foetus de moutons ! Et ça marche ! Mais revenons à nos crèmes des Laboratoires La Prairie, indépendants de la Clinique depuis 1982. Formulés à partir d’un complexe cellulaire exclusif, leurs soins anti-âge apportent aux femmes un sacré réconfort. Et comme rien n’est jamais trop beau pour ces dames, La Prairie a créé la collection caviar luxe pour le visage. So chic. Sa formule magique ? Des extraits de caviar ultra-performants, alliés à des protéines marines uniques pour transformer votre visage. Quand on voit la tête d’un esturgeon on a du mal à l’imaginer ! Et pourtant... Votre peau est terne et fatiguée ? Eh bien après une application, les adjectifs vont pleuvoir : lumineuse, satinée, lissée, hydratée, raffermie, éclatante, etc. N’en jetez plus surtout vu son prix ! Mais vous économiserez sur le lifting. Aujourd’hui les dessins animés ont été remplacés par les séries TV à succès comme « Sex in the city » ou « Nip/Tuck ». Des histoires où le paraître a pris la place de l’être. Des scenarii où la vie des actrices de plus de 35 ans devient un champ de bataille... médiatique. 2 solutions s’offrent à elles : 1. Un contrat à vie avec un retoucheur photoshop. 2. La gamme Caviar La Prairie. Elles devraient facilement opter pour la deuxième. En plus, la crème sent très bon ! La PRAIRIE Votre pot a du pot ! « MIROIR, MIROIR, SUIS-JE LA PLUS BELLE DU ROYAUME ? » « ASSURÉMENT MA REINE... GRÂCE À VOTRE CRÈME CAVIAR LUXE LA PRAIRIE OF SWITZERLAND ! » « MIRROR, MIRROR ON THE WALL, WHO IS THE FAIREST OF THEM ALL ? » « YOU ARE, MY DEAR, THANKS TO YOUR LUXURY CAVIAR CREAM MADE BY LA PRAIRIE OF SWITZERLAND ! » Le saviez-vous ? « La Prairie » doit son nom au fait que la clinique se trouvait... dans une prairie lors de sa création ! Depuis, bien des constructions se sont élevées sur cette prairie. Le traitement administré au Pape Pie XII par le Professeur Niehans en 1953 a fait connaître la Clinique La Prairie dans le monde entier. Did you know ? « La Prairie » owes its name to the fact that the clinic was situated in a prairie when it was built. The treatment administered to Pope Pius XII by Professor Niehans in 1953 brought worldwide recognition to the La Prairie Clinic. -/If the concept of product placement had existed at the time of Walt Disney, this is a piece of dialogue that would have changed the outcome of the film, which, as it goes, has aged very well ! But for that to have happened, the film would have had to have been set on the shores of Lake Geneva. Beauty products made by Laboratoires La Prairie have their origins in the prestigious La Prairie Clinic in Montreux, in the canton of Vaud. Founded in 1931 by professor Paul Niehans, this pioneer of anti-aging cellular therapy cameupon the inspired idea of injecting his patients with cells freshly taken from sheep foetuses. And it worked ! But let’s return to the Laboratoires La Prairie creams, which have been independent from the Clinic since 1982. Formulated from an exclusive cellular complex, their anti-age products give women much comfort. And as nothing is too much for these customers, La Prairie created a luxurious caviar collection for the face. How chic ! The magic formula ? Ultra-powerful concentrated caviar extracts blended with unique sea proteins to transformthe face. Admittedly, when you look at a sturgeons’face, this is hard to believe ! Yet - is your skin dulland tired ? After one application the adjectives come thick and fast... luminous, satiny, soft, hydrated, firmer, bright, etc. That’s enough ! (especially given the price). But you’ll make savings on a face lift. Today cartoons have been replaced by successful TV series such as « Sex in the City » and « Nip/Tuck ». It seems that actresses over the age of 35 face a constant battle... They have two solutions - a lifetime’s contract with a professional Photoshop expert, or to signup to the Caviar Luxe range from La Prairie. They shouldn’t hesitate in choosing the second option, and what’s more, it smells great ! avril-mail 2009 www.cotemagazine.com SO SWEET ZERLAND 77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 1COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 2-3COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 4-5COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 6-7COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 8-9COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 10-11COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 12-13COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 14-15COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 16-17COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 18-19COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 20-21COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 22-23COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 24-25COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 26-27COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 28-29COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 30-31COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 32-33COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 34-35COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 36-37COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 38-39COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 40-41COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 42-43COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 44-45COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 46-47COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 48-49COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 50-51COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 52-53COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 54-55COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 56-57COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 58-59COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 60-61COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 62-63COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 64-65COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 66-67COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 68-69COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 70-71COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 72-73COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 74-75COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 76-77COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 78-79COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 80-81COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 82-83COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 84-85COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 86-87COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 88-89COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 90-91COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 92-93COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 94-95COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 96-97COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 98-99COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 100-101COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 102-103COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 104-105COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 106-107COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 108-109COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 110-111COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 112-113COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 114-115COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 116-117COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 118-119COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 120-121COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 122-123COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 124-125COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 126-127COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 128-129COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 130-131COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 132-133COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 134-135COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 136-137COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 138-139COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 140-141COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 142-143COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 144-145COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 146-147COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 148-149COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 150-151COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 152-153COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 154-155COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 156