COTE Genève n°25 avr/mai 2009
COTE Genève n°25 avr/mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de avr/mai 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (268 x 320) mm

  • Nombre de pages : 156

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : les grandes icônes suisses.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
GENÈVE INTERNATIONALE 46 dialisation qui soit axé sur la création de travail décent plutôt que sur la spéculation financière, sur un équilibre entre gouvernement, marché et société. Il est regrettable de voir une fois de plus qu’il faut une crise aussi profonde pour pousser les dirigeants du monde des affaires comme les gouvernements à agir. Je me réjouis qu’ils agissent enfin. Cependant, une action internationale plus décisive et plus coordonnée, en particulier pour la création d’emplois et la protection sociale, est indispensable pour éviter une récession sociale mondiale. Lors des récents sommets internationaux, l’Organisation internationale du Travail (OIT) a appelé à une plus grande cohérence politique aux niveaux national, régional et mondial comme moyen d’éviter le protectionnisme qui, quelle qu’en soit la forme, ne pourrait qu’exacerber les effets de la crise à plus long terme. En novembre dernier, l’OIT fut l’une des premières institutions à proposer une approche mondiale. Les membres du Conseil d’administration du BIT (représentant les gouvernements, les employeurs et les travailleurs) ont mis en avant six actions stratégiques prioritaires : garantir l’accès au crédit et stimuler la demande ; étendre la protection sociale, la formation et les possibilités de reconversion ; mener d’autres politiques de l’emploi, centrées sur les plus vulnérables – les jeunes hommes et femmes, les travailleurs en situation d’emploi précaire, les travailleurs immigrés ; soutenir les entreprises durables productives, en particulier les petites entreprises et les coopératives ; encourager les investissements à haute intensité de main d’oeuvre et les emplois verts ; veiller à ce que les principes et les droits fondamentaux au travail ne soient pas sapés et que le respect pour les normes du travail décent soit promu ; renforcer la collaboration entre l’OIT et le système multilatéral et approfondir le dialogue social et le tripartisme ; maintenir voire augmenter l’aide au développement et les autres flux d’investissement en direction des pays vulnérables. La crise devrait être utilisée comme une occasion de bâtir une économie plus durable socialement et plus respectueuse de l’environnement. Les réponses à court terme à la crise devraient donc ouvrir la voie à un modèle de croissance économique plus juste et plus écologique ». NS/Cote Magazine : Quelles sont les possibilités d’accès au BIT pour le grand public ? « L’OIT tient régulièrement des réunions au niveau international, régional, national ou sectoriel afin d’examiner les questions sociales et relatives au travail. Dans la plupart des cas, le public a la possibilité d’y assister en tant qu’observateur. À Genève, le BIT organise des événements et lance des campagnes afin de mobiliser et de sensibiliser l’opinion publique aux questions liées notamment au travail décent, à la justice sociale, à une mondialisation équitable. La Journée internationale de la femme (8 mars), la Journée mondiale de la sécurité et la santé au travail (28 avril), la Journée mondiale contre le travail des enfants (12 juin), la Journée internationale des personnes handicapées (3 décembre), en sont quelques exemples. Récemment, le 20 février dernier, l’OIT, mandatée par l’Assemblée Générale de Nations Unies, a organisé, pour la première fois, la Journée mondiale pour la justice sociale à laquelle nous avons convié le public genevois. Et les Genevois ont répondu massivement à notre invitation. "Débatteurs" et public se sont engagés dans une discussion ouverte sur l’action de la communauté internationale pour l’éradication de la pauvreté, la promotion du plein emploi et du travail décent, les réponses à apporter face à la crise financière et économique, l’accès au bien-être social et la justice pour tous. Cette année nous célébrons 90 ans d’existence au service de la justice sociale. Dès le mois d’avril des événements sont organisés à travers le monde entier pour marquer cet anniversaire et souligner l'importance et la pertinence de notre mission à l’ère de la mondialisation. Ces événements nous donneront la possibilité de réaffirmer et de partager les valeurs de notre Organisation, avec une vision contemporaine: oeuvrer pour un travail décent et pour la justice sociale ». NS/Cote Magazine : Quels sont les avantages d’avoir le siège du BIT à Genève ? « L’OIT, avec sa structure tripartite – gouvernements, patronat, syndicats – unique dans le système onusien, a pour vocation de promouvoir la justice sociale et les droits internationalement reconnus de la personne et du travail. Chaque année, en juin, pendant trois semaines, plus de trois mille délégués convergent sur Genève pour participer à la Conférence internationale du Travail. De plus, en mars, juin et novembre, le conseil d’administration du BIT s’y réunit. Le Bureau international du Travail, que je dirige, y a son siège. Genève, ville internationale, multiculturelle, et haut lieu des droits humains, nous offre ainsi la tribune idéale afin de promouvoir l’équité dans une « société pour tous », fondée sur la justice sociale et le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales ». avril-mai 2009 wwww.cotemagazine.com and government leaders into action. I am delighted that they have finally decided to react. That said, decisive and coordinated international action is essential – particularly in the field of job creation and social protection – if we are to avoid a global social recession. At recent international summits, the ILO has called for greater political coherence at the international, regional and national levels, as a way to avoid protectionism in all its forms, which would only exacerbate the effects of the crisis in the long term. Last November, the ILO was one of the first international organisations to propose a global approach to the situation. The members of the central committee of the ILO, representing governments, employers and workers set out six priority areas for strategic action: guaranteed access to credit, and the stimulation of demand ; training and retraining to help people convert to new jobs ; the implementation other policies focused on helping the most vulnerable – young men and women, workers suffering from job insecurity, migrant workers ; support for sustainable productive businesses, especially small businesses and cooperatives ; the promotion of labour-intensive investments and "green" jobs ; vigilance to ensure that workers'fundamental rights are not undermined, and that the basic norms for decent working conditions are respected and promoted ; closer, enhanced collaboration between the ILO and the multilateral UN system, and a more in-depth dialogue on social issues and tripartism (the involvement of governments, business leaders and labour unions, in equal measure) ; maintaining or increasing support for development and other sources of investment flows to vulnerable countries. We should use this crisis as an opportunity to build a new, more socially and environmentally sustainable economic order. Responses to the crisis in the short termshould open the way to a fairer, more ecological model of economic growth". NS/Cote Magazine: How can the public gain access to the ILO ? Juan Somavia: "The ILO holds regular meetings at the international, regional, national and sectoral levels, to examine social and labour-related issues. In most cases, the public are able to attend these meetings, as observers. In Geneva, the International Labour Office organises events and launches campaigns to raise awareness and mobilise public opinion around issues related to decent work, social justice and a more fair and ethical approach to globalisation. Examples that have attracted growing movements include International Women's Day (March 8), the World Day for Health and Safety at Work (April 28), the World Day against Child Labour (June 12), and the International Day of Disabled Persons (December 3). On February 20, 2009, the ILO – mandated by the General Assembly of the United Nations – organised the first World Day of Social Justice, to which we invited the Geneva public. We received a massive response. The debating panel and the public at large engaged in a very open discussion on the international community's initiatives to eradicate poverty and promote full employment and decent working conditions, the responses to the financial and economic crisis, and access to social well-being and justice for all. This year, we are celebrating 90 years of service in the cause of social justice. Beginning in April, we will be holding events all over the world to mark the anniversary and stress the importance and relevance of our mission in this era of globalisation. The events will enable us to reaffirmand share our organisation's values and to communicate a contemporary vision: the importance of campaigning for decent working conditions and social justice." NS/Cote Magazine: What are the advantages of the International Labour Office's Geneva headquarters ? Juan Somavia : "The ILO's tripartite structure – involving governments, business leaders and labour unions – is unique within the United Nations system. We have a mission to promote social justice and the internationally-recognised rights of employees in the workplace. Each year, in June, over three thousand delegates converge to Geneva for three weeks, for the International Labour Conference. And in March, June and November, the governing body of the International Labour Office meets here. The International Labour Office, which I head, is headquartered here. Geneva is an international, multicultural city, one of the cradles of the international Human Rights movement: the city is an ideal platformfrom which to promote equality and justice in a'society for all', based on social justice and the respect of people's fundamental liberties and Human Rights."
SO SWEET ZERLAND Avril-mai 2009 www.cotemagazine.com SO SWEET ZERLAND 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 1COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 2-3COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 4-5COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 6-7COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 8-9COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 10-11COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 12-13COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 14-15COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 16-17COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 18-19COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 20-21COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 22-23COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 24-25COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 26-27COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 28-29COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 30-31COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 32-33COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 34-35COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 36-37COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 38-39COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 40-41COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 42-43COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 44-45COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 46-47COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 48-49COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 50-51COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 52-53COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 54-55COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 56-57COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 58-59COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 60-61COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 62-63COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 64-65COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 66-67COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 68-69COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 70-71COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 72-73COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 74-75COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 76-77COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 78-79COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 80-81COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 82-83COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 84-85COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 86-87COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 88-89COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 90-91COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 92-93COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 94-95COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 96-97COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 98-99COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 100-101COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 102-103COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 104-105COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 106-107COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 108-109COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 110-111COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 112-113COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 114-115COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 116-117COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 118-119COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 120-121COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 122-123COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 124-125COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 126-127COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 128-129COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 130-131COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 132-133COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 134-135COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 136-137COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 138-139COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 140-141COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 142-143COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 144-145COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 146-147COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 148-149COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 150-151COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 152-153COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 154-155COTE Genève numéro 25 avr/mai 2009 Page 156