COTE Genève n°24 fév/mar 2009
COTE Genève n°24 fév/mar 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de fév/mar 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (249 x 300) mm

  • Nombre de pages : 156

  • Taille du fichier PDF : 19,6 Mo

  • Dans ce numéro : optimiste !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
MODE FASHION 96 Entré en 2001 au service de la célèbre marque british, il en a fait une valeur phare du luxe international. Les distinctions pleuvent sur lui : il vient de recevoir un Prix d’honneur du Fashion Group International, toujours en 2008, il a été élu designer de l’année dans la catégorie mode masculine aux British Fashion Awards et designer de l’année par le magazine GQ. Entré chez Burberry en 2001, Christopher Bailey a transformé la vénérable maison british (elle a été créée en 1856 par Thomas Burberry) en référence internationale du luxe contemporain. Aussi bien pour femmes que pour mars 2009 www.cote-magazine.ch CHRISTOPHER BAILEY Par Michel Franca LE STYLISTE-ORCHESTRE DE BURBERRY BURBERRY’S STYLIST-OF-ALL-TRADES hommes. Un surdoué de la mode ? Assurément, si l’on se réfère à son parcours, mais ce natif du Yorkshire n’est pas tombé dans la mode dès l’enfance. Sa passion d’origine, c’est le dessin. Il confesse ainsi une admiration sans borne pour David Hockney, originaire d’un village voisin de celui où il a vu le jour. Au collège de Halifax, les dessins du petit Christopher attirent l’attention de son professeur. Sur ses conseils, Christopher les envoie au Royal College of Art de Londres. C’est le succès immédiat : il intègre la vénérable institution avec une bourse. Il en ressort diplômé. Repéré par Donna Karan, il est engagé par la couturière à New York. Puis, c’est Gucci qui le remarque. Pendant cinq ans, il travaille aux côtés de Tom Ford, la star du glamour moderne. Christopher s’y plaît. L’Italie, c’est un peu sa seconde patrie. « En fait, confesse-t-il à L’Express en 2006, je ne me suis jamais senti très anglais. Ma grandmère est italienne – elle adorait que je travaille chez Gucci –, j’ai vécu à New York et à Milan et j’ai longtemps pensé que je ne reviendrais jamais en Angleterre. » Burberry new look Et pourtant, le destin va en décider autrement. En 2001, Burberry fait appel à lui pour diriger son cabinet de création. Un challenge énorme : il s’agit ni plus ni moins que de redéfinir le style de l’ancestrale maison british, célèbre pour son tartan et ses non moins fameux trenchs qui ont fait le tour du monde. Et la magie opère : Bailey renoue instinctivement avec la fibre british, mais c’est pour faire subir à Burberry une vraie cure de modernité. « Le style anglais, dit-il, c’est un esprit unique, une façon singulière de mélanger les mondes, de mêler la tradition et l’excentricité, l’aristocratie et une culture de la rue. Le tout avec un grand respect pour l’artisanat et une élégance jamais arrogante. Cet esprit correspond d’ailleurs parfaitement à la définition de Burberry ! » Le Burberry nouveau est arrivé. La ligne phare de cette mutation, c’est Burberry Prorsum, mais toutes les lignes
Les trenchs Burberry de l’été 2009. et les produits dérivés subissent la même métamorphose. Bailey réactualise les codes de la marque, à commencer par le célèbre tartan qu’il utilise par touches, souvent décalées. Cette année, il propose un nouvel imprimé tartan inspiré par le parfum The Beat, couleurs : le noir, le gris et le blanc. Emblème de Burberry, le trench est lui aussi revisité, transformé, modernisé. C’est l’une des pièces-vedettes de la collection de l’été 2009 pour femmes. Allégé, assoupli, il s’orne de dégradés de couleurs tendres, d’imprimés ou d’incrustations. Attentif aux coupes et à la qualité des matières, soucieux du moindre détail, Bailey est un coloriste hors pair. Sa palette est aussi riche qu’originale. Cet été, elle explore une gamme de coloris délicats : gris perle, ardoise, grège, céladon, kaki, taupe, beige rosé, bleu nuit, bleu porcelaine, citrine, prune, lilas, lavande, etc. Ses « filles du jardin » vivent le présent avec une touche romantique. Leurs bijoux s’inspirent eux aussi des jardins anglais. Et la nouvelle ligne de sacs créée par Christopher s’appelle Gardener. Mais notre jardinier des temps modernes a plus d’une corde à son arc. Simultanément, Burberry lance une nouvelle collection de jeans et une nouvelle collection de sport pour femmes. Sans oublier les autres lignes Burberry London et Thomas Burberry. Christopher veille aussi à l’image de la société, aux looks des boutiques et il vient d’orchestrer l’aménagement du nouveau siège social de la marque : 15000 m² à Horseferry House dans le quartier Westminster à Londres. C’est contemporain et fonctionnel, tout en conservant le style des années 1930 du bâtiment originel. Plus que jamais, en 2009, Burberry va de « l’avant » (Prorsum ne veut-il pas dire « en avant » ?). Sans renier son passé. Le bilan est éloquent : 493 boutiques dans le monde, dont 30 ouvertes en 2007/2008 (trois fois plus que durant l’exercice antérieur) ! God save… Mister Bailey ! -/Since joining the famous British brand in 2001 he’s turned it into a beacon value in international luxury. Accolades are raining down on him: he’s just been made a Star Honouree at the Fashion Group International awards and in 2008 he was namedmen’s fashion designer of the year at the British Fashion Awards and designer of the year by GQ magazine. Since Christopher Bailey joined Burberry in 2001 he has transformedthe venerable British fashion house that Thomas Burberry founded in 1856 into an international reference in contemporary luxury, as much for women as for men. A fashion genius ? Assuredly in terms of career, but this Yorkshireman didn’t discover his fashion vocation at an early age, his initial passion was drawing and he confesses to a boundless admiration for David Hockney, who comes from a village close to the one he was born in. At his school in Halifax young Christopher’s drawings attracted the attention of his teacher who advised him to send them to the Royal College of Art in London. Christopher did so, successfully: he entered that venerable institution with a scholarship. On graduating he was spotted by Donna Karan who employed him in New York. Then Gucci noticed him. For five years Christopher worked alongside Tom Ford, the star of modern glamour. He liked Italy, which is something of a second home to him. « In fact, I’ve never felt very English, » he confessed to L’Expressin 2006. « My grandmother is Italian, I’ve lived in New York and Milan, and for a long time I thought I’d never return to England. » New-look Burberry Then in 2001 Burberry asked him to head its design studio. An enormous challenge, nothing less than redefining the style of that long-standing British fashion house. The magic worked ; Bailey instinctively reconnected with that British mindset. « The English style has a unique spirit, » he says, « a singular way of mixing worlds, of combining tradition and eccentricity, aristocracy and street culture. All with tremendous respect for craftsmanship and an elegance that is never arrogant. And that spirit corresponds perfectly with how Burberry defines itself ! » The flagship line in this mutation is Burberry Prorsum but all the lines and secondary products are undergoing the same metamorphosis. Burberry’s emblematic trench coat is likewise revisited, transformed, modernised. Attentive to cuts and the quality of materials, meticulous about the smallest details, Christopher is also an unparalleled colourist who employs a palette as rich as it is original. This summer it explores a range of delicate colours: pearly grey, slate grey, greige, celadon, khaki, taupe, pinky beige, midnight blue, china blue, citrine, plum, lilac, lavender etc. His « garden girls » live in the present with a romantic touch. Their jewellery too is inspired by English gardens and the new line of bags Christopher has created is called Gardener. But our modern-day gardener has more than one string to his bow. Burberry is simultaneously launching a new jeans collection and a new women’s sport collection, and of course there are the Burberry London and Thomas Burberry lines. Christopher also supervises the brand image and its store designs and has just orchestrated the fitting out of the company’s new head offices: 15,000m² in Horseferry House, Westminster, London. God save… Mister Bailey ! mars 2009 www.cote-magazine.ch MODE FASHION 97



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 1COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 2-3COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 4-5COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 6-7COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 8-9COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 10-11COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 12-13COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 14-15COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 16-17COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 18-19COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 20-21COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 22-23COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 24-25COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 26-27COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 28-29COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 30-31COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 32-33COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 34-35COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 36-37COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 38-39COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 40-41COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 42-43COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 44-45COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 46-47COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 48-49COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 50-51COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 52-53COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 54-55COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 56-57COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 58-59COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 60-61COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 62-63COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 64-65COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 66-67COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 68-69COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 70-71COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 72-73COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 74-75COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 76-77COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 78-79COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 80-81COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 82-83COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 84-85COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 86-87COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 88-89COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 90-91COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 92-93COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 94-95COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 96-97COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 98-99COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 100-101COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 102-103COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 104-105COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 106-107COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 108-109COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 110-111COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 112-113COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 114-115COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 116-117COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 118-119COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 120-121COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 122-123COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 124-125COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 126-127COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 128-129COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 130-131COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 132-133COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 134-135COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 136-137COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 138-139COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 140-141COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 142-143COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 144-145COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 146-147COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 148-149COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 150-151COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 152-153COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 154-155COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 156