COTE Genève n°24 fév/mar 2009
COTE Genève n°24 fév/mar 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de fév/mar 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (249 x 300) mm

  • Nombre de pages : 156

  • Taille du fichier PDF : 19,6 Mo

  • Dans ce numéro : optimiste !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
PORTRAIT 20 Dominique Gauthier par Gaëlle Sinnassamy-Chaar Elu « cuisinier de l’année » 2009 par GaultMillau, le chef Dominique Gauthier exerce son talent aux fourneaux du Chat Botté à Genève, le très réputé restaurant de l'Hôtel Beau-Rivage. Une consécration que les plus fins palais ne lui contesteront pas…. Beau parcours que celui de Dominique Gauthier. A 41 ans et à la tête d’une des plus prestigieuses adresses genevoises, il vient d’obtenir le titre hautement convoité de cuisinier de l’année 2009. Loin de répondre au cliché du chef médiatique et imbu de sa personne, il se distingue par sa discrétion et nous parle avec simplicité et modestie de son métier. Il faut dire que Dominique Gauthier est un passionné qui a attrapé le virus de la cuisine dès son plus jeune âge, auprès de son oncle traiteur. C’est à 14 ans qu’il se lance dans un CAP de cuisine suivi d’un long apprentissage auprès des plus grands chefs français : Jo Rostand à Antibes, Guy Thivard à Vienne, Georges Blanc à Vonnas, Jacques Chibois à Cannes, la liste est impressionnante. 12 ans plus tard, il s’installe à Genève pour travailler comme Chef de partie à l’hôtel Beau- Rivage. Il gravit petit à petit les échelons pour devenir le talentueux chef que l’on connaît aujourd’hui. Bonbon de truffe de Richerenches en surprise, noix de Saint-Jacques d’Erquy en carpaccio et caviar d’élevage de Sologne, légère brouillade d’oeuf à la truffe ou pigeon de Bresse en poitrine rôtie, raviole de foie gras, salsifis confits, les créations de Dominique Gauthier sont tout aussi originales que savoureuses. Dans la vie comme dans sa cuisine, le chef n’est pas homme à aimer se mettre en avant. « La base d’une recette, c’est le produit. La qualité des ingrédients est un pré-requis indispensable qui fait 50% de la réussite d’un plat ». S’il n’utilise effectivement que les meilleures matières premières, il les apprête avec une subtilité et une précision rares. D’une élégance épurée, sa cuisine séduit tant par la finesse de ses saveurs que par l’esthétisme du dressage des assiettes. Créatif dans l’âme, il s’intéresse aux nouvelles tendances, apprécie l’innovation et n’a de cesse de rechercher de nouvelles alliances de goûts. « Il ne faut pas vivre sur ses acquis. Pour motiver une équipe, il est important de savoir se renouveler », nous confie-t-il. Perfectionniste et rigoureux, ce travailleur invétéré passe 6 jours sur 7 en cuisine et apprécie par dessus tout le stress du service et le plaisir de satisfaire les palais exigeants des clients du Beau-Rivage. Elu meilleur cuisinier romand en 2005 et cuisinier de l’année 2009, Dominique Gauthier est, sans conteste, un grand nom de la gastronomie dont on n’a pas fini d’entendre parler. mars 2009 www.cote-magazine.ch Un artiste du goût the art of taste Dominique Gauthier – the talented chef of Geneva's renowned Chat Botté restaurant, at the Hôtel Beau-Rivage – has been Voted GaultMillau's Chef of the Year for 2009, an accolade endorsed by his many discerning diners… At 41, Dominique Gauthier – already the head chef of one of Geneva's most prestigious culinary addresses – has acquired a coveted new feather for his toque, as GaultMillau's Chef of the Year 2009. But Gauthier is a far cry from the archetypal media-hungry celebrity chef, with an insatiable ego to match, preferring to talk simply and modestly about his chosen profession. His passion for cooking is plain to see, nonetheless. Gauthier caught the culinary bug at an early age, from his uncle, who runs a delicatessen and catering business. He took his French CAP (certificat d'aptitude professionnelle) in cooking at the age of fourteen, followed by an extended apprenticeship with an impressive list of some of France's greatest chefs: Jo Rostand in Antibes, Guy Thivard in Vienne, Georges Blanc in Vonnas, Jacques Chibois in Cannes. 12 years later, Gauthier settled in Geneva, working as a section head in the kitchens of the Beau-Rivage, gradually scaling the ladder to emerge as the talented master chef we know today: a culinary artist with a host of original, sumptuous creations to his name – Richerenches truffle bon-bon surprise, carpaccio of Erquy scallops with farmedSologne caviar, featherlight truffle brouillade, or roasted Bresse pigeon, foie gas ravioli, and salsify confit. In life, as in his kitchen, Dominique Gauthier is a modest, unassuming character. "The basis of any recipe is the produce," he explains. "The quality of the ingredients is an essential prerequisite – it's fifty per cent of the success of any dish." Gauthier chooses only the very finest materials for his gastronomic works of art, but he deploys them with a rare subtlety and precision, too. His elegant, "minimalist" cuisine is remarkable for its finesse and exquisite presentation ; and his creative, innovative approach reflects his fascination with new trends and ideas, new combinations of flavours. "You can't afford to rest on your laurels," he admits. "Every top chef has a team to motivate, and to do that, you have to innovate and experiment with new ideas all the time." Gauthier is a rigourous perfectionist who spends six days a week at work, thriving on the stress of a top-class kitchen, and the pleasure of serving the discerning palates of diners at the Beau-Rivage. From the top chef in French-speaking Switzerland in 2005, to GaultMillau's Chef of the Year 2009, Dominique Gauthier is unquestionably one of the top names in international cuisine, with a mouth-watering career ahead.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 1COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 2-3COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 4-5COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 6-7COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 8-9COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 10-11COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 12-13COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 14-15COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 16-17COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 18-19COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 20-21COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 22-23COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 24-25COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 26-27COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 28-29COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 30-31COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 32-33COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 34-35COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 36-37COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 38-39COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 40-41COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 42-43COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 44-45COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 46-47COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 48-49COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 50-51COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 52-53COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 54-55COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 56-57COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 58-59COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 60-61COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 62-63COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 64-65COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 66-67COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 68-69COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 70-71COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 72-73COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 74-75COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 76-77COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 78-79COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 80-81COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 82-83COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 84-85COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 86-87COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 88-89COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 90-91COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 92-93COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 94-95COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 96-97COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 98-99COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 100-101COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 102-103COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 104-105COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 106-107COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 108-109COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 110-111COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 112-113COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 114-115COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 116-117COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 118-119COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 120-121COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 122-123COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 124-125COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 126-127COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 128-129COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 130-131COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 132-133COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 134-135COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 136-137COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 138-139COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 140-141COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 142-143COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 144-145COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 146-147COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 148-149COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 150-151COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 152-153COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 154-155COTE Genève numéro 24 fév/mar 2009 Page 156