COTE Genève n°21 sep/oct 2008
COTE Genève n°21 sep/oct 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de sep/oct 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (239 x 301) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 19,8 Mo

  • Dans ce numéro : Isabelle Adjani en toute intimité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
FEMMES ARTISTES CREATIVE WOMEN 62 Louise Bourgeois, New York 1993. Exposition Claudel Rodin septembre-octobre 2008 www.cote-magazine.ch R Quatre femmes ARTISTES CÉLÈBRES FOUR FAMOUS WOMEN ARTISTS R Par Hélène Jourdan-Gassin © GÉRARD RONDEAU/AGENCE VU
CAMILLE CLAUDEL, SONIA DELAUNAY, LOUISE BOURGEOIS ET ANNETTE MESSAGER. QUATRE FIGURES MAJEURES DE L’ART MODERNE ET CONTEMPORAIN, MAIS AUSSI QUATRE DESTINS EXEMPLAIRES. CAMILLE CLAUDEL, SONIA DELAUNAY, LOUISE BOURGEOIS, ANNETTE MESSAGER – FOUR MAJOR FIGURES IN MODERN AND CONTEMPORARY ART AND FOUR VERY INDIVIDUAL CAREERS. Il ne viendrait à l’idée de personne d’écrire : les hommes artistes alors que pour Elisabeth Lebovici et Catherine Gonnard, traiter de l’art fait par des femmes semble s’être imposé tant le sujet demeurait, sur bien des points encore, terra incognita. Les femmes artistes connurent durant les deux derniers siècles des destins singuliers, certains tragiques, d’autres moins sombres, mais qui eurent toujours à surmonter ce handicap : appartenir au sexe faible. Pour leur rendre justice, il aurait fallu parler de toutes celles qui ont œuvré notoirement comme obscurément dans l’art du XIX e siècle à nos jours, mais la tâche était impossible. Aussi avons-nous choisi d’illustrer ce propos par les portraits de quatre femmes artistes aux destins significatifs : Camille Claudel, Sonia Delaunay, Louise Bourgeois et Annette Messager. Camille Claudel naît en 1864 dans l’Aisne. Un père fonctionnaire, une mère fille de médecin, un oncle prêtre composent un lourd bagage bourgeois, catholique et provincial pour une jeune fille qui, dès son jeune âge, se sait artiste. Elle étudie la sculpture à Paris et entre à vingt ans dans l’atelier d’Auguste Rodin. À la fois modèle et praticienne, elle devient sa maîtresse et entretient avec lui une relation tumultueuse jusqu’à la rupture définitive, en 1899. En 1888, elle reçoit un prix de la Société Nationale pour sa sculpture Sakountala. Grâce à Eugène Blot, son marchand, elle décroche sa première rétrospective en 1905 avec un texte de son frère Paul, puis une autre en 1909. En 1913, elle est internée. Elle ne sortira de cet enfermement que par la mort, en 1943. Persécutée comme elle le croyait par la bande à Rodin ou non, qu’est-il arrivé à cette artiste sacrée par Octave Mirbeau « la femme la plus géniale de son temps » pour vivre pendant plus de trente ans comme une morte vivante, ne sortant de l’anonymat que le temps d’une petite rétrospective qu’organisera l’Association des femmes artistes modernes en 1934. Qui a fait taire une artiste d’un tel tempérament : un amant trop connu, une famille trop réactionnaire, un système psychiatrique trop aberrant ? Heureusement Sonia Delaunay n’eut pas un destin aussi contrarié. De l’Ukraine, elle garde une nostalgie de la couleur. Elle dit : « Je suis attirée par la couleur pure. Couleur de mon enfance. Couleur de l’Ukraine… Souvenirs des noces paysannes de mon pays… ». Comme bien des artistes russes de ce début de XX e siècle, Sonia est délibérément moderne, d’abord par ses choix de vie : elle contracte un mariage blanc pour pouvoir rester à Paris, puis divorce pour épouser Robert Delaunay en 1910. Quand, en 1913, elle peint Le Bal Bullier, son chef-d’œuvre « simultané », elle confectionne également sa première « robe simultanée », joignant ainsi l’art noble de la peinture au métier de la couture.Elle aborde le livre-objet avec Blaise Cendrars, la conception d’affiches pour Zenith, Pirelli… En 1917, privée de la jouissance de ses biens par la Révolution russe, elle vit grâce à la création de robes et de décorations Camille Claudel (1864-1943), ici photographiée en 1884, à 20 ans (photo César). It would never cross anyone’s mind to specify « male artists » when writing yet for Elisabeth Lebovici and Catherine Gonnard the subject of art produced by women seemedto impose itself since it appeared in so many ways to be still terra incognita. Over the last two centuries women artists have had singular destinies, some tragic, others less sombre, but all have been obliged to overcome one handicap: they belonged to the so-called weaker sex. To do full justice, we would have to chronicle all those women who have produced art, in the limelight or in obscurity, from the 19th century to the present day, an impossible task. So we have chosen to illustrate the topic with the portraits of four women artists whose destinies have been significant: Camille Claudel, Sonia Delaunay, Louise Bourgeois and Annette Messager. Camille Claudel was born in 1864 in the Aisne département. A civil servant father, a doctor’s daughter mother and a priest uncle comprised a weighty bourgeois, Catholic and provincial baggage for a young girl who from her earliest childhood knew she was an artist. She studied sculpture in Paris and at 20 years old entered Auguste Rodin’s studio as a model and student. She became Rodin’s mistress and had a tumultuous affair with him until they finally brokeup for good in 1899. septembre-octobre 2008 www.cote-magazine.ch © RUE DES ARCHIVES/TALl FEMMES ARTISTES CREATIVE WOMEN 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 1COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 2-3COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 4-5COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 6-7COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 8-9COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 10-11COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 12-13COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 14-15COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 16-17COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 18-19COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 20-21COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 22-23COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 24-25COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 26-27COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 28-29COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 30-31COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 32-33COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 34-35COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 36-37COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 38-39COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 40-41COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 42-43COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 44-45COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 46-47COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 48-49COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 50-51COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 52-53COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 54-55COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 56-57COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 58-59COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 60-61COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 62-63COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 64-65COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 66-67COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 68-69COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 70-71COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 72-73COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 74-75COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 76-77COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 78-79COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 80-81COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 82-83COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 84-85COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 86-87COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 88-89COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 90-91COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 92-93COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 94-95COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 96-97COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 98-99COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 100-101COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 102-103COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 104-105COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 106-107COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 108-109COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 110-111COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 112-113COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 114-115COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 116-117COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 118-119COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 120-121COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 122-123COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 124-125COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 126-127COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 128-129COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 130-131COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 132-133COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 134-135COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 136-137COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 138-139COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 140-141COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 142-143COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 144-145COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 146-147COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 148-149COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 150-151COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 152-153COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 154-155COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 156-157COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 158-159COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 160-161COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 162-163COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 164-165COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 166-167COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 168-169COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 170-171COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 172-173COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 174-175COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 176-177COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 178-179COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 180-181COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 182-183COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 184-185COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 186-187COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 188