COTE Genève n°21 sep/oct 2008
COTE Genève n°21 sep/oct 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de sep/oct 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (239 x 301) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 19,8 Mo

  • Dans ce numéro : Isabelle Adjani en toute intimité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
GENÈVE INTERNATIONALE 44 LA GENÈVE INTERNATIONALE ET LES FEMMES … Il n’est nul doute que la Genève internationale possède désormais son quota de femmes, nommées ambassadeurs ou directrices d’institutions diverses. Une balade dans la ville, pourrait cependant faire oublier que les femmes ont joué un rôle dans l’histoire de la cité, tant les monuments commémoratifs y sont exclusivement masculins. Une visite guidée permet cependant de découvrir un riche patrimoine historique féminin dans la cité de Calvin. International Geneva and women … There is no doubt that international Geneva now possesses a fair share of women, elected ambassadors of a variety of institutions. However a stroll through the town might make one forget that women have played a role throughout the city’s history, for all the commemorative monuments are exclusively male. A guided visit, however, makes it possible to discover a rich feminine historical heritage in Calvin’s city (until end 2008). Aujourd’hui, Genève est résolument une plateforme où les femmes ont leur rôle à jouer dans le monde politique et diplomatique. En témoigne le nombre de femmes ambassadeurs et de femmes directrices d'organisations internationales établies à Genève. Il n’est nul doute que l’on doit cette ouverture et tolérance à toutes les femmes exceptionnelles qui ont voulu exister au-delà de leur condition féminine de l’époque. Elles sont nombreuses à être dans l’ombre d’un époux et rappelée à la mémoire collective que très tardivement. Descendues dans la rue pour de nobles causes, on les y a laissées ! A défaut de portraits, bustes et autres monuments, des rues portent le nom de ces femmes magnifiques. Suite à la Révocation de l’Edit de Nantes en 1685 et à la montée de la grande bourgeoisie, les femmes n’ont désormais le droit d’agir que dans la sphère privée. Seules les crises profondes, comme la guerre, leur laissent un espace temporaire pour revenir dans la sphère publique. Aux 18 éme et 19 éme siècles, les « cercles » ou autres « salons », permettent aux femmes de s’activer, profitant de leur statut semi-privé. Elles sont nombreuses à avoir consacré leur vie et énergie à la reconnaissance, la justice pour la femme. On peut citer Marie Dentière qui laisse plusieurs écrits sur la Réformation à Genève. Fuyant les persécutions faites aux convertis/ies protestants/es, elle arrive à Genève en 1535. Une année plus tard, elle publiera un récit qui souligne les aspects religieux et politiques de la Réforme en attribuant la libération à une intervention divine. Il sera cependant longtemps attribué à son mari Antoine Froment. Dans une seconde publication, Marie Dentière prend la défense des femmes, qu'elle considère égales aux hommes face à l'Évangile. Un texte qui témoigne de la grande érudition de son auteur, qui semble cependant être régulièrement en conflit avec Calvin. Malgré leur participation à la création de la nouvelle Église, les femmes sont exclues des instances de décision et du ministère pastoral jusqu'au XX éme siècle. Ce n'est qu'en 2003 que le nom de Marie Dentière est gravé sur un piédestal du Mur des Réformateurs. Une rue porte cependant son nom : DEN- TIERE Marie 1495-1561. septembre-octobre 2008 www.cote-magazine.ch par Natalia Signoroni Nowadays, Geneva is firmly a platformupon which women have an important role to play in the worlds of politics and diplomacy. Proof of this lies in the number of diplomat women established in Geneva. They can be no doubt that this openness and tolerance springs from all those exceptional women who in the past wanted to live beyond their female condition. Many lived in the shadow of their husbands or were recognised and remembered by the community only in later years. Having leapt into the street for noble causes, they were allowed to remain there ! Although there are no portraits, busts or other monuments, there are roads bearing the names of these magnificent women. Following the Revocation of the Edict of Nantes in 1685 and the rise of theupper middle class, women were only able to act in the private sphere. Only profound crises, like war, would assure them a temporary space in the public sphere. In the 18th and 19th century, the « circles » or other « salons » enabled women to play an active role, profiting from the semi-private status of these institutions. Many women dedicated their life and energy to recognition and justice for women. One such was Marie Dentière who left several writings on the Reformation in Geneva. Fleeing the persecutions of the Protestant converts, she arrived in Geneva in 1535. A year later, she would publish a text stressing the religious and political aspects of the Reformation, attributing liberation to a divine intervention. For a long time, however, the text was attributed to her husband, Antoine Froment. In a second publication, Marie Dentière sprang to the defence of women, whom she considered equal to men before the Gospels. Here was a text bearing witness to the great erudition of its author, who was apparently, however, regularly in conflict with Calvin. Despite their participation in the creation of a new Church, women were excluded from decision-making and from the pastoral ministry until the 20th century. It was only in 2003 that the name of Marie Dentière was engraved on the pedestal of the Reformation Wall. However, there is a road bearing her name: DENTIERE Marie 1495-1561. Likewise for a certain Emile Gourd, who dedicated her life to the cause of the status of women. A pioneer in Geneva and Switzerland of women’s suffrage, she chaired numerous women’s associations, including the Swiss association for women’s suffrage (’Association © WWW.POINT-OF-VIEWS.CH
Idem pour une Emilie Gourd qui dédia sa vie à la cause de la condition féminine. Pionnière à Genève et en Suisse du suffrage féminin, elle présida de nombreuses associations féminines dont l’Association suisse pour le suffrage féminin et organise en 1925 l’Exposition Cantonale Genevoise sur le Travail Féminin, préfigurant la SAFFA de 1928. Aujourd’hui, la rue Gourd Emilie, Genève 1879-1946 existe et en 1998, son nom est donné à un collège. La première femme suisse à occuper la fonction de présidente d’un parlement cantonal en 1965, est à la même enseigne. Emma Kammacher, avocate qui fera de son étude un point de ralliement pour les femmes qui se battent pour l’obtention de droits politiques, milita toute sa vie pour le suffrage féminin. La rue Kammacher Emma, Meyrin 1904-1981 – devrait nous rappeler son bon souvenir. Mais où trouve-t-on les monuments de personnalités féminines qui ont permis à Genève d’être ce qu’elle est aujourd’hui ? Si seules quelques rues évoquent encore le passé courageux de femmes d’exception, la gloire masculine y est concrètement représentée par divers bustes de bronze, statues et plaques commémoratives, alors que celles des femmes restent encore à découvrir. Résolument ouverte sur le monde et les autres cultures, Genève aurait-elle oublié son passé féminin ? Afin de parer à ce manque et de rappeler au public l’importance des actions féminines, un spectacle itinérant a été organisé ce printemps à travers le parc des Bastions. Il permettait au public de découvrir des femmes qui ont façonné la vie genevoise à leur manière. Un fil conducteur visuel marquait le parcours, jalonné par les bustes d’hommes qui ont côtoyé les quatre figures féminines choisies. Des textes mis en scène mettaient en perspective la culture de mémoire et de commémoration du 19 éme siècle tout en questionnant la nôtre. « Finalement, elles butent sur la question de leurs propres droits, sur l’impossibilité de s’exprimer dans l’espace public. C’est le point de départ de longues luttes pour les droits civiques et l’émancipation des femmes, aboutissant chez nous au droit de vote féminin en 1971 et à la Loi sur l’égalité en 1981 », conclut Erica Deuber-Ziegler, chargée de recherches au MEG. A défaut de bustes et sculptures à l’effigie de ces femmes de l’histoire de Genève, les organisateurs de ce spectacle proposèrent au public d’imaginer que chacun des arbres centenaires de ce parc, soit la voix de l’une d’elle ! Mais la poésie n’est-elle pas parfois le seul échappatoire au désespoir ? © WWW.POINT-OF-VIEWS.CH A faire/To do Se promener et découvrir l’histoire des femmes à Genève à travers ses places, ses rues, ses bâtiments pour faire connaissance avec des femmes célèbres et des femmes inconnues du 16e jusqu’au 19e siècle (une cuisinière, une artiste, une ouvrière, une institutrice, une religieuse,…. Un tour de ville proposé en français, allemand ou anglais – Information : sabine.lorenz@worldonline.fr Déjeuner au restaurant La Mère Royaume, portant le nom de l’héroïne de l’Escalade qui aurait lancé une marmite de soupe aux légumes du haut de la porte de la Monnaie sur l’un des perfides assaillants savoyards du 12 décembre 1602. Si les faits sont incertains, Catherine Royaume a bel et bien existé, fuyant Lyon après les massacres de la Saint-Barthélemy en 1572. Elle se réfugie à Genève avec son mari qui obtient le poste de graveur de la Monnaie et devient bourgeois de la ville en 1598. Strolland discover the history of Geneva’s women via its squares, streets and buildings, to learnabout the famous and not so famous women from the 16th to the 19th century (a cook, an artist, a worker, a teacher, a nun…). A guided tour offered in French, German or English. Information : sabine.lorenz@worldonline.fr Lunch at the La Mère Royaume restaurant, namedafter the heroine of the Escalade, who purportedly threw a pot of vegetable soup from above the porte de la Monnaie on one of the treacherous Savoyard assailants on 12 December 1602. Although the facts are uncertain, Catherine Royaume certainly did exist, having fled Lyons in the wake of the Saint Bartholomew’s Day massacre in 1572. She took refuge in Geneva with her husband, who became an engraver at the Mint and a burgher of the town in 1598. ©RICARDO DE LA RIVA suisse pour le suffrage féminin’), and in 1925 organised the Canton of Geneva exhibition of female labour (’Exposition Cantonale Genevoise sur le Travail Féminin’), a forebear of the SAFFA of 1928. Today, the street – Gourd Emilie, Genève 1879-1946 – exists and in 1998 her name was given also to a school. The first Swiss woman to hold the post of president of a cantonal parliament in 1965 likewise: Emma Kammacher, a lawyer who transformedher chambers into a rallying point for women fighting for political rights, militated for women’s suffrage all her life. Is rue Kammacher Emma, Meyrin 1904-1981 sufficient to remember her by ? Where are the monuments to women who enabled Geneva to be what it is today ? If only a few roads still evoke the courageous past of exceptional women, male glory is concretely represented by a variety of bronze busts, statues and commemorative plaques, while those for women remain to be unveiled. Geneva is resolutely open to the world and other cultures, but has it forgotten its female past ? In order to make good this lack and remind the public of the importance of women’s actions, a travelling exhibition was organised this spring across the parc des Bastions. It enabled the public to discover the women who have shaped Genevan life in their own manner. A visual thread indicated the route to follow, marked out by the busts of men who lived alongside the four women chosen. Some texts placed the culture of memory and of commemoration of the 19th century in perspective while questioning our own. « In the end, they arrive at the question of their own rights, of the impossibility of expressing oneself in a public space. This is the starting point for long struggles for civil rights and for theemancipation of women, which led to women’s voting rights in 1971 and the law on equality in 1981 », concludes Erica Deuber Ziegler, director of research at the MEG. Given the lack of busts and sculptures depicting these women drawn from the history of Geneva, the organisers of the event invited the public to imagine that each of the centuries-old trees in the park were the voice of one of these ! But is poetry sometimes not the only way out from despair ? septembre-octobre 2008 www.cote-magazine.ch GENÈVE INTERNATIONALE 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 1COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 2-3COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 4-5COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 6-7COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 8-9COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 10-11COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 12-13COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 14-15COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 16-17COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 18-19COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 20-21COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 22-23COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 24-25COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 26-27COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 28-29COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 30-31COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 32-33COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 34-35COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 36-37COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 38-39COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 40-41COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 42-43COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 44-45COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 46-47COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 48-49COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 50-51COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 52-53COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 54-55COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 56-57COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 58-59COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 60-61COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 62-63COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 64-65COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 66-67COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 68-69COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 70-71COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 72-73COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 74-75COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 76-77COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 78-79COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 80-81COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 82-83COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 84-85COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 86-87COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 88-89COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 90-91COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 92-93COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 94-95COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 96-97COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 98-99COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 100-101COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 102-103COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 104-105COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 106-107COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 108-109COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 110-111COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 112-113COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 114-115COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 116-117COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 118-119COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 120-121COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 122-123COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 124-125COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 126-127COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 128-129COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 130-131COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 132-133COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 134-135COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 136-137COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 138-139COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 140-141COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 142-143COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 144-145COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 146-147COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 148-149COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 150-151COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 152-153COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 154-155COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 156-157COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 158-159COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 160-161COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 162-163COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 164-165COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 166-167COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 168-169COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 170-171COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 172-173COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 174-175COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 176-177COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 178-179COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 180-181COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 182-183COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 184-185COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 186-187COTE Genève numéro 21 sep/oct 2008 Page 188