Côté Ciné n°82 oct/nov 2015
Côté Ciné n°82 oct/nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°82 de oct/nov 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Côté Ciné Group

  • Format : (170 x 287) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : baby-sitting 2, le film.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Seul sur Mars L’ensemble de la NASA et la Terre entière le croyaient décédé sur Mars. Victime d’un accident et laissé pour mort lors de l’évacuation en urgence de son équipage, l’astronaute Mark Watney est pourtant bien vivant. Mais s’il veut le rester, il va falloir organiser sa survie, et cela des années durant, sur l’inhospitalière planète, avec ses ressources « macgyveresques » et une compil’disco pour seule compagnie... Le roman d’Andy Weir ressemblait déjà à un palpitant scénario. Adapté par Drew Goddard (scénariste de Lost et World War Z) et mis en scène par Ridley Scott (qui a reporté Prometheus 2 pour ce projet), Seul sur Mars devient une palpitante aventure cinématographique où les paysages martiens se confondent avec l’émotion, et la science se conjugue sans la fiction. Le film combine les aventures solitaires du Robinson en combinaison spatiale avec celles, à des millions de kilomètres, des scientifiques de la NASA sur Terre et de ses coéquipiers dans l’espace pour organiser son sauvetage. Le tout sans perdre une once de l’humour de ce drôle de Martien qui incarne, à lui tout seul, l’ingéniosité sans limites et la soif de vivre des Terriens. 4 Matt Damon le Martien dans la peau Il a été révélé par un scénar écrit avec son pote d’enfance Ben Affleck (Will Hunting), participé à des casses royaux dans les Ocean’s de Soderberg et cassé la baraque avec son personnage d’agent secret sans mémoire Jason Bourne. Mais depuis quelque temps, c’est dans les étoiles que Matt Damon préfère se balader. Clandestin de l’espace dans Elysium du Sud-Africain Blomkamp et naufragé guest star dans l’Interstellar de Nolan, la valeur-sûre d’Hollywood s’offre cette fois une planète entière avec Seul sur Mars, et le réalisateur Ridley Scott en prime !  : Comment êtes-vous arrivé sur ce projet ? Matt Damon  : J’avais lu le script de Drew Goddard qui devait le réaliser, puis le roman d’Andy Weir. Mais juste avant que nous puissions aller plus loin, Drew a eu le feu vert pour réaliser un film qu’il attendait depuis des années [The Sinister Six, encore en état de pré-production,ndlr.]. Une semaine plus tard à peine, alors que je pensais que le projet était tombé à l’eau, j’ai appris que Ridley Scott voulait le reprendre. Alors j’ai couru à son bureau !  : Vous connaissiez déjà le cinéaste ? M. D.  : Non, étonnamment, alors que nous travaillons dans le même milieu depuis des années, nous ne nous étions jamais croisés. Pourtant, ses Alien et Blade Runner font partie des films fondateurs de ma vie, qui m’ont donné envie de... faire des films !
De Ridley Scott, USA, 2h21 Avec Matt Damon, Jessica Chastain, Kate Mara, Kristen Wiig, Chiwetel Ejiofor, Jeff Daniels, Michael Peña, Sean Bean...  : Qu’est-ce qui vous a le plus séduit dans Seul sur Mars ? M. D.  : Le personnage avant tout. Ce qu’Andy Weir réussit si bien dans son roman, et que Drew restitue parfaitement dans son scénario, c’est le sens de l’humour dont le héros parvient à faire preuve malgré les enjeux et la tension de sa situation. Il y a une légèreté dans le personnage qui rend l’histoire vraiment divertissante, sans rien sacrifier au danger, à la pression et à l’intensité des situations.  : Dans la plus grande partie du film, vous êtes seul à l’écran, sans partenaire pour vous donner la réplique. C’était compliqué pour vous ? M. D.  : Oui, c’était le défi principal à relever. Pas seulement pour moi, mais pour Ridley aussi  : depuis le début, il mettait cette histoire en parallèle avec celle de Robinson Crusoé, qu’il a toujours rêvé de filmer. Mais de plus, il devait trouver l’équilibre entre la solitude de mon personnage sur Mars et les autres parties de l’intrigue à couvrir, avec les personnages de la NASA sur Terre, des autres membres de l’équipage dans l’espace.  : Après cette « immersion », pensez-vous que vous auriez pu devenir astronaute ? M. D.  : Je ne pense pas avoir la constitution nécessaire. Heureusement que d’autres l’ont. Car il faudra bien trouver le moyen de nous faire quitter la Terre pour assurer la survie de l’espèce humaine, et les astronautes sont les explorateurs qui débutent le voyage pour nous. Qu’il y ait des gens prêts à se sacrifier pour de grandes idées est une grande idée en soi. L’INTERVIEW 21 oct. CC  : Ce film ne ressemble pas à de la science-fiction, on dirait que tout ça va arriver bientôt. Pensez-vous que les missions habitées vers Mars sont à notre portée ? M. D.  : Andy Weir a basé son roman non pas sur de la science-fiction, mais sur de la science, des connaissances et des technologies qu’on n’est pas loin de maîtriser. Tout ce que ce type accomplit sur Mars correspond à ce que l’on devrait réellement faire pour survivre dans cette situation. CC  : Comme de se nourrir quasi exclusivement de pommes de terre cultivées sur Mars ? Vous en avez mangé récemment ? M. D.  : Je n’y ai pas touché depuis des mois ! CC  : Comment s’est déroulé le tournage ? Les combinaisons semblaient fort inconfortables... M. D.  : C’est sûr qu’il y a eu des jours plus pénibles que d’autres, comme la chaleur dans le désert en Jordanie [le désert rouge de Wadi Rum, inscrit au Patrimoine mondial en 2011 en tant que bien mixte naturel et culturel,ndlr.]. Mais je portais des sous-vêtements « refroidissants » sous ma combinaison pour atténuer la gêne. Les choses auraient pu devenir insupportables si nous n’avions pas un réalisateur aussi expérimenté que Ridley, capable de tourner avec quatre caméras à la fois en ayant une vision précise de ce qu’il veut obtenir. CC  : Un mot sur vos projets ? M. D.  : Je viens de terminer le tournage de The Great Wall [un film sur la grande muraille de Chine, dont la sortie américaine est prévue pour fin novembre 2016,ndlr.] de Zhang Yimou, un autre très grand cinéaste ! Et je viens de débuter le nouveau Jason Bourne [dirigé par Paul Greengrass, le film est attendu dès fin juillet 2016,ndlr.]. 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :