Côté Ciné n°75 novembre 2014
Côté Ciné n°75 novembre 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°75 de novembre 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Côté Ciné Group

  • Format : (170 x 287) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : Hunger Games, La Révolte partie 1... la saga phénomène de Suzanne Collins.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
[REC] 4  : Apocalypse De Jaume Balagueró, Espagne, 1h35 Avec Manuela Velasco, María Alfonsa Rosso, Héctor Colomé... En 2008, on a vécu l’horreur en temps réel, enfermés dans un immeuble barcelonais ravagé par un virus démoniaque, à travers l’œil d’une caméra subjective bloquée sur la touche [REC] ; on n’a pas pu s’échapper pour le second épisode, et si le troisième était un spin-off, celui-ci retrouve la journaliste du début, Entre 1978 et 79, « le Tueur de l’Oise » s’acharne sur de jeunes auto-stoppeuses. Les médias se déchaînent, les citoyens sont terrorisés, la police est impuissante. En effet, l’homme est d’autant plus insaisissable qu’il est lui-même un gendarme modèle... chargé d’enquêter sur ses propres crimes... De l’incroyable affaire Alain Lamare, Cédric Anger tire un polar très documenté où tous les faits relatés 14 12 nov. Angela Vidal, qui semble être la seule survivante du cauchemar après la destruction de l’immeuble. Elle est amenée en pleine mer sur un étrange cargo, pour être mise en quarantaine et subir des tests médicaux. Mais vous vous en doutez  : l’épidémie n’est pas finie, et l’Apocalypse peut commencer ! La Prochaine fois je viserai le cœur De Cédric Anger, France, 1h52 Avec Guillaume Canet, Ana Girardot, Patrick Azam, Arthur Dujardin, François-Dominique Blin... 12 nov. sont vrais, mais qui, en adoptant le point de vue et les sensations de son tueur schizophrène, prend des allures de conte fantastique. Ni enquête classique, ni étude psychologique, c’est l’inquiétant portrait d’un homme en action, entre normalité et monstruosité. Filmé dans une lumière nocturne, Guillaume Canet est étonnant de mystère et d’opacité ; le film préserve son énigme, et n’en est que plus passionnant.
12 nov. Quand vient la nuit De Michael R.Roskam, USA, 1h46 Avec Tom Hardy, Noomi Rapace, James Gandolfini, Matthias Schoenaerts... Bob et son oncle se font braquer leur petit bar de Brooklyn. Le souci, c’est qu’en même temps que les maigres recettes du jour, les malfrats emportent le cash qui est régulièrement déposé au bar pour la mafia tchétchène locale. Pour éviter de payer l’addition, Bob et son oncle Marv doivent retrouver eux-mêmes les voleurs. L’enquête qui s’ensuit va révéler de bien sombres secrets de voisinage et de famille... Le romancier multi-adapté Dennis Lehane (Mystic River, Gone Baby Gone, Shutter Island) fait ses TOUS LES FILMS Favelas De Stephen Daldry, G-B/Brésil, 1h53 Avec Rickson Tevez, Gabrielle Weinstein, Wagner Moura, Selton Mello, Rooney Mara, Martin Sheen... Quelque part au Brésil, de nos jours... Dans l’immense décharge qui leur sert de foyer, les orphelins Raphaël, Gardo et Rato trouvent un porte-monnaie dont le contenu peut remplir leur estomac, mais aussi, peutêtre, ébranler le pays tout entier. Tandis que les trois amis tentent de recomposer, étape par étape, l’histoire du portefeuille, des flics aussi corrompus qu’impitoyables sont déjà à leurs trousses... Le Britannique Stephen Daldry (Billy Elliot, The Reader) fait équipe avec Richard Curtis (Love Actually, Il était temps) au scénario – adapté du roman de leur compatriote d’Andy Mulligan –, pour plonger au cœur de la favela brésilienne. Un thriller qui touche en plein cœur, entre Slumdog Millionaire et La Cité de Dieu, et révèle trois jeunes comédiens effervescents dans la peau de héros pré-ados à l’instinct de justice aussi développé que l’instinct de survit. Décharge maison Pour éviter d’exposer son équipe aux maladies, la production a construit sa propre décharge artificielle, en amassant, 6 mois à l’avance, 2 000 m³ de matières recyclables sur une ancienne carrière, dont des carcasses d’animaux placés au dessus de la montagne de déchets, pour attirer les vautours. 12 nov. débuts scénaristiques au ciné en compagnie du réalisateur flamand Michael R.Roskam (Bullhead). Une plongée dans le ventre de Brooklyn, parmi les petits prolos du crime, les gangsters du bas de la chaîne alimentaire, pour un film noir au suspense organique et à la moralité trouble. Où l’on retrouve, parmi les seconds couteaux, un Matthias Schoenaerts (De rouille et d’os) impeccable en petite frappe brooklynoise, et le regretté Gandolfini en Soprano « has been » à l’amertume tragique. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :