Côté Ciné n°55 décembre 2012
Côté Ciné n°55 décembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°55 de décembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Côté Ciné Group

  • Format : (170 x 287) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : Tom Cruise est Jack Reacher.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Jean de la Lune De Stephan Schesch, Allemagne/France/Irlande, 1h35 Avec les voix de Tomi Ungerer, Katharina Talbach, Jean-Yves Chatelais... 19 déc. Jean de la Lune vit tout seul sur la lune, où il commence à s’ennuyer ferme. S’accrochant à la queue d’une comète, il réussit à descendre sur Terre, où le terrible Président du Monde le fait mettre en prison. Parviendra-t-il à se faire des amis ? Paru en 1966, Jean de la Lune est l’un des contes les plus poétiques de Tomi Ungerer. L’auteur-illustrateur alsacien a participé lui-même à cette très belle adaptation, qui, fidèle à son univers graphique singulier, en développe la dimension sociale... tout en touchant le cœur et l’imaginaire des enfants. Sur un rythme apaisant (qui suit les phases de la lune) et dans des couleurs enchanteresses, un voyage qui nous emporte loin, très loin des planètes Pixar et Dreamworks. Le Monde de Charlie 19 déc. De Stephen Chbosky, USA, 1h42 Avec Logan Lerman, Emma Watson, Ezra Miller, Paul Rudd... Introverti et délicat, Charlie vient d’entrer au lycée. En décalage complet avec ses camarades de classe, il intègre vite la catégorie des « losers » sans amis. Jusqu’au jour où deux Terminales, Patrick (le flamboyant Ezra Miller de We Need To Talk About Kevin) et Sam (la jolie Emma Watson diplômée de Poudlard), le prennent sous leur aile, lui faisant partager leurs goûts avant-gardistes pour la musique, le cinéma, les fêtes, et autres affinités... Adaptant son propre roman épistolaire « Pas raccord » (paru en 1999), Stephen Chbosky nous plonge dans les débuts des années 90, auprès d’une jeunesse bercée par la musique de Bowie et des Smiths, mais aussi les peines, les incertitudes et la magie de toutes les premières fois. Un récit initiatique sensible et nostalgique, qui pulse de l’urgence à vivre pleinement le bonheur si fugace, quelque soit votre génération, d’être adolescent. 18
Possédée TOUS LES FILMS De Ole Bornedal, USA, 1h35 Avec Jeffrey Dean Morgan, Natasha Calis, Kyra Sedgwick, Jay Brazeau, Matisyahu... 26 déc. Clyde et Stephanie Brenek sont en train de reprendre leurs marques après une séparation difficile, mais leur fille cadette se montre de plus en plus colérique et violente. Les parents divorcés tentent de trouver une explication rationnelle à ce changement… jusqu’à ce qu’ils comprennent que leur enfant est « habitée » par une force maléfique, libérée d’un coffre mystérieux acheté lors d’un vide-grenier. On se doute bien que si Sam Raimi (Evil Dead) s’associe au réalisateur danois de Veilleur de nuit, ce n’est pas pour une petite partie de campagne bucolique, mais plutôt pour une séance d’exorcisme satanique. Occasion de revisiter les figures classiques du genre, sous un angle résolument contemporain. Et lorsque même la science la plus aboutie échoue à aider la famille Brenek, leur ultime espoir de sauver leur enfant repose dans les mains d’un jeune exorciste hassidique. De l’angoisse et de la paranoïa mâtinées de folklore juif, et, pour la cerise sur le flip, entièrement inspirées d’une histoire vraie. L’Homme qui rit 26 déc. De Jean-Pierre Améris, France, 1h30 Avec Marc-André Grondin, Christa Théret, Gérard Depardieu, Emmanuelle Seigner... Une nuit de tempête, le petit Gwynplaine, défiguré par une immonde cicatrice, sauve la vie de Déa, une fillette aveugle. Seuls au monde, les deux enfants sont recueillis par un forain bourru et philosophe, qui, découvrant que le visage de Gwynplaine fascine et fait rire les foules, en fait la vedette de son spectacle itinérant, « L’Homme qui rit ». Mais peu à peu, le succès éloigne le jeune homme de sa seule vraie famille... Du roman fleuve et historique de Victor Hugo, Jean- Pierre Améris (Les Émotifs anonymes) tire un conte gothique atemporel, sans chercher l’illustration littérale mais recentré sur le personnage de Gwynplaine. Celui d’un ado meurtri, complexé par son physique, révolté par l’injustice, et rêvant pourtant de gloire et d’amour. Partagé entre les beaux yeux d’une Duchesse et ceux de celle qui ne peut voir sa laideur, Gwynplaine cherchera douloureusement sa place, entre les paillettes de l’aristocratie et ses frères de misère. Marc-André Grondin (C.R.A.Z.Y), à la croisée d’Edward aux mains d’argent et du Joker de Heath Ledger, et la cristalline Christa Théret (LOL, Renoir) sont bouleversants de grâce. 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :