Côté Ciné n°114 mai 2019
Côté Ciné n°114 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°114 de mai 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Côté Ciné Group

  • Format : (170 x 287) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Rocketman, son histoire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Hellboy De Neil Marshall, USA, 2h01 Avec David Harbour, Milla Jovovich, Ian McShane... C’est le retour du plus démoniaque des héros, tout droit sorti de l’enfer... ou plutôt de l’imagination délirante de son créateur Mike Mignola. Après s’être invité à deux reprises sur grand écran dans les années 2000 sous la houlette de Guillermo del Toro, il revient cette fois devant la caméra de Neil Marshall (The Descent, Centurion), qui lui insuffle une humanité (et des questionnements moraux) qu’on ne lui avait jamais connue. 60 ans après son adoption par l’armée alliée pendant la Seconde 8 mai Lourdes De Thierry Demaizière et Alban Teurlai, France, 1h31 Après les corps qui dansent et exultent (La Relève, Rocco), le duo Demaizière-Teurlai filme les corps qui souffrent, prient et se mettent à nu, au propre – dans les piscines où ils se plongent dévêtus – comme au figuré face à la Vierge qu’ils visitent à Lourdes. Reconstituant une semaine de pèlerinage, les cinéastes en extraient des destins bouleversants. Leur regard d’athées, posé sans commentaires mais avec une pudeur immense, livre un concentré d’humanité qui raconte à la fois la foule et des individus au plus profond d’eux-mêmes. Et si les voies du Seigneur restent toujours impénétrables, le film rend un puissant hommage à la force de l’esprit et des liens qui unissent les Hommes. 10 15 mai 8 mai Guerre mondiale, le bébé démon est devenu agent du bureau de la recherche paranormale et de la défense. Avec ses comparses Abe Sapien, doté de pouvoirs psychiques, et Liz Sherman, pyrokinésiste, il va devoir affronter en plein cœur de Londres une puissante diablesse (l’envoûtante Milla Jovovich) revenue d’entre les morts pour assouvir sa vengeance. Un Hellboy plus noir (ou plus rouge sang...) et plus violent, mais toujours aussi barré et jouissif ! Passion De Ryusuke Hamaguchi, Japon, 1h55 Avec Aoba Kawai, Ryuta Okamoto, Fusako Urabe... Lors d’un dîner entre amis, un jeune couple annonce son mariage. Chacun va réagir à sa façon et révéler des failles jusque-là inexprimées, au risque d’ébranler le groupe. En France, on a découvert Ryusuke Hamaguchi avec le succès-surprise de sa saga Senses, sortie en plusieurs épisodes au cinéma, puis Asako 1 & 2, en compétition au Festival de Cannes l’an dernier. Passion, son premier film sorti en 2008 au Japon, annonce déjà la force de son cinéma, à contre-courant de la retenue « délicate » de tant de réalisateurs nippons  : ici, la parole libère, surprend ou déborde, vectrice de tension, de séduction... et de passion.
The Dead Don’t Die De Jim Jarmusch, USA Avec Adam Driver, Bill Murray, Tilda Swinton, Chloë Sevigny, SteveBuscemi, RZA, Selena Gomez, Iggy Pop, Tom Waits, Carol Kane, Danny Glover... Film d’ouverture Festival de Cannes 2019, en Compétition Climat étrange à Centerville  : une lune omniprésente, le soleil qui perce en pleine nuit, les animaux qui s’agitent et les scientifiques qui s’inquiètent... et bientôt, des morts qui sortent de leurs tombes pour dévorer les vivants ! Après avoir détourné le western dans Dead Man, le film de samouraïs avec Ghost Dog ou de vampires avec Only Lovers Left Alive, le dandy rock du ciné indé 15 mai 11 14 mai US s’empare du film de zombie, revisitant La Nuit des morts vivants de Romero avec son humour décalé, à la fois immense et minimaliste, et retrouvant pour l’occasion les acteurs qui ont jalonné son œuvre. Trentecinq ans après Stranger Than Paradise, Jarmusch hante notre monde, toujours plus étrange que le paradis. Et nous fait espérer... que ses morts ne meurent jamais. Just Charlie De Rebekah Fortune, GB, 1h39 Avec Harry Gilby, Karen Bryson, Scot Williams, Patricia Potter... Prix du public, Festival d’Édimbourg Dans sa petite ville d’Angleterre, Charlie fait la fierté de son père qui voit en lui le footballeur professionnel qu’il n’a jamais pu être. Mais l’adolescent se sent de plus en plus emprisonné dans son corps de garçon. Cette crise d’identité va bouleverser la relation précieuse qu’il avait avec son père, et ébranler tout son univers... En inscrivant son histoire dans une ville où tout le monde se connaît et où tout le monde peut se reconnaître, chez des gens « normaux » auxquels chacun peut s’identifier, Rebekah Fortune signe un très beau film sur l’acceptation de soi et des différences. Le jeune comédien Harry Gilby – que l’on retrouvera en juin dans le rôle du jeune J.R.R Tolkien dans le biopic consacré à l’auteur du Seigneur des Anneaux – est bouleversant.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :