Correspondances ferroviaires n°8 aoû/sep 2003
Correspondances ferroviaires n°8 aoû/sep 2003
  • Prix facial : 8,50 €

  • Parution : n°8 de aoû/sep 2003

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (212 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 76,2 Mo

  • Dans ce numéro : la banlieue PLM.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
— Dommage qu'il y ait une explication logique, dit Chase en hochant tristement la tête. Je n'aime pas voir s'effondrer les bonnes vieilles légendes surnaturelles. » rails ou à quai, pas l'ombre d'un train spécial en retard, en rade ou déraillé ! Disparu ! Volatilisé ! La locomotive n°247, Rochdale, deux voitures et un fourgon, le chef de train James McPherson, le mécanicien John Slater, le chauffeur William Smith, sans oublier M. Caratai et son énigmatique compagnon - évaporés ! Mai 1989  : lorsqu'il débarque à proximité de l'ancien pont Deauville-Hudson, on devine que Dirk Pitt ne va pas tenter de retrouver le Manhattan Limited du New York er Quebec Northern Railroad à l'aide de ses seules cellules grises. Directeur des Projets Spéciaux de la National Underwater and Marine Agency, Pitt dispose des technologies les plus modernes pour venir à bout de cette vieille tragédie ferroviaire  : un soir de violent orage, en mai 1914, le train a disparu dans les eaux de l'Hudson, emporté par l'effondrement du pont. Si Dirk Pitt met en oeuvre une débauche de moyens dont il est coutumier, ce n'est pas par passion de l'archéologie ferroviaire. Non... Depuis 1973, quoi qu'il fasse, où qu'il soit, lorsque Pitt se mêle d'explorer une vieille épave, il fait face, fatalement, à des situa- 0111EIEN'S BUREAU OF INVESTIGATION Eighteen of Ellery Quee most baffline ingenious case +4ert 66 - Correspondances n°8 t tions qui ébranlent sérieusement l'ordre et la sécurité des États-Unis. Cette fois-ci il s'agit d'un traité anglo-américain perdu. Signé par Wilson et Asquith en 1914, il finançait l'entrée en guerre du Royaume-Uni par la vente du Canada aux États-Unis. Hélas ! par un hasard digne d'un thriller, les deux copies du traité et leurs signataires ont disparu le même jour, l'une dans le naufrage de l'Empress of Ireland, l'autre lors de la chute du Manhattan Limited... Les crédits illimités accordés par la Maison-Blanche n'y peuvent mais  : le Manhattan Limited n'est pas dans la vase de l'Hudson ! Il n'est nulle part non plus entre la gare de Wacketshire et le pont Deauville- Hudson. Un train fantôme alors ? Dont le sifflet lugubre retentit certains soirs, comme le prétendent les riverains de la vallée où l'on s'est habitué depuis presque deux siècles à fréquenter cet autre fantôme  : l'effrayant Cavalier sans tête. Quand Conan Doyle fait disparaître un train Le lecteur de Correspondances, intrigué par ces étranges affaires, aura beau retourner en tous sens sa collection de La Vie du Rail, mettre sans dessus-dessous ses archives et sa bibliothèque, il sera bien en peine de retrouver trace du Lost Special de juin 1890 ou du Manhattan Limited. Seule l'inébranlable sagesse du Dr Gideon Fell l'aidera à y voir clair  : "Nous sommes dans un roman policier" annonce sans barguigner le détective de l'impossible (1). Et plus précisément dans cette forme particulière du roman policier connue sous le nom de "chambre close" que l'on peut résumer ainsi  : une homme, seul, est trouvé mort, assassiné, dans une pièce dont toutes les issues sont hermétiquement closes de l'intérieur. Le Dr Gideon Fell et ses compères sir Henry Merivalle et Henri Bencolin, le journaliste Rouletabille, l'illusionniste Merlini, le Dr Hawthorne, le Nameless, le sénateur Banners ou le Dr Alan Twist (2) traversent avec bonheur des ouvrages aux intrigues diaboliquement compliquées qui toutes tricotent des variations possibles de la chambre close  : des cer- Page de droite  : "Si les portes de la perception étaient nettoyées, toutes choses apparaîtraient à l'homme telles qu'elles sont  : infinies". (William Blake) cueils dansent la gigue dans un caveau fermé depuis des siècles ; un homme est tué à bout portant dans une ruelle enneigée où l'on ne retrouve que ses traces de pas ; un autre l'est devant une assemblée d'observateurs attentifs, qui filment la scène, et sont pourtant bien embarrassés de comprendre comment il l'a été... (3). Lorsque Conan Doyle fait disparaître un train dans les pages du Strand Magazine d'août 1898, il est le premier à s'attaquer à cette masse de métal en mouvement sur des rails, dans un univers borné, quadrillé par des gares, des postes d'aiguillages, des maisons de cantonniers ou des passages à niveau ; un monde où justement la surveillance de chacun, quelle que soit sa fonction, s'exerce en permanence pour vérifier que le train est bien passé, qu'il est passé entier, qu'il ne souffre d'aucun dys- (1) Et plus particulièrement chez Sir Arthur Conan Doyle pour la disparition de 1890 (The Lost Special, STRAND MAGAZINE, 1898. Traduit en français dans le volume II de L'IN-ru:RALE publiée p NéO en 1986) - et chez Clive Cussler pour l'aven ture de Dirk Pitt. Il s'agit ici de L'INCROYABLE S CRET publié par Grasset en 1983 et repris au Li de Poche en 1990. L'original anglais, NIGHT PROS est au catalogue de Hodder and Stoughton depuis 1981. Quant à la célèbre discussion de Gideon Fell sur les chambres closes, elle prend place dans le roman de John Dickson Carr, TROIS CERCUEILS S REFERMERONT, publié sous le titre THE HOLLOW MAN en 1935 et disponible dans la collection Les maîtr du roman policier, Librairie des Champs Élysé (2) Personnages qui vivent dans les pages de John Dickson Carr pour les trois premiers, Gustave Leroux, Clayton Rawson, Edward D. Hoch, Bill Pronzini, Joseph Commings pour les suivants. Alan Twist est né de la plume prolifique de Paul Halter, un des seuls représentants français dans cette liste, qui pourrait aussi comprendre, mais pour quelques très rares romans, Boileau-Narcejac, Pierre Véry ou encore l'excellent mais peu connu Marcel Lanteaume. Tous ces ouvrages sont disponibles dans les collections classiques de la littérature policière  : Rivages Mystère et Le Masque. (3) Dans l'ordre, Les morts dansent la nuit, nouvelle de Paul Halter dans LA NUIT DU LOUP,L.C.E. (2000), mais surtout LA CHAMBRE ARDENTE de John Dickson Carr ; TROIS CERCUEILS SE REFERMERONT, Op. Cit. ; LES YEUX EN BANDOULIÈRE, John Dickson Carr.
Correspondances n°8 - 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 8 aoû/sep 2003 Page 76