Correspondances ferroviaires n°7 jun/jui 2003
Correspondances ferroviaires n°7 jun/jui 2003
  • Prix facial : 8,50 €

  • Parution : n°7 de jun/jui 2003

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (212 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 71,4 Mo

  • Dans ce numéro : de l'Est à la SNCF...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
VIEUX CHAUDRONS De la Cie de L'Est à la SNCF Ci-dessus : La 111 à Vitry-le-François le 18 octobre 1933. Une machine typique de la première série. Page de droite : Photo de famille à Épernay en 1911 (Photos : A. Henry/Coll.  : Jean Florin). Les extraordinaires 0 2 1 d'É. Sauvage Texte : JEAN FLORIN DEUX ESSIEUX MOTEURS ACCOUPLÉS ET UN ESSIEU PORTEUR, DES CYLINDRES ET UNE DISTRIBUTION INTÉRIEURS, PEU OU PAS D'ABRI - JEAN FLORIN NOUS BROSSE LE TABLEAU DE JOLIES PETITES MACHINES ANCIENNES, QUI EURENT POURTANT UNE TRÈS LONGUE CARRIÈRE, PUISQUE NÉES SUR LE RÉSEAU DE L'EST ELLES FINIRENT LEUR VIE À LA SNCF. 30 - Correspondances n°7
douard Sauvage, ingénieur en chef Ede la Compagnie de l'Est, étudia en 1852 et commanda à Jean- François CAIL, dont les ateliers se trouvaient à Paris quai Debilly, actuelle avenue de Tokyo, 20 petites locomotives de configuration 021, numérotées de 101 à 120. Elles furent livrées en 1853-54, au prix unitaire de 50 000 E Au vu des bons résultats obtenus, la série fut complétée par les no121 à 135 et 144 à 157, et par quatre machines identiques, sortant des mêmes ateliers, provenant des compagnies constitutives du réseau, les 142-143 et 259-260, soit au total 73 locomotives de type 021. Très vite, ces petites machines furent gratifiées du sobriquet de "Crapauds"  : effectivement, leur silhouette d'origine, avec leurs grandes roues à l'avant et leur aspect plongeant à l'arrière, évoquait un peu ce batracien. Anatomie du batracien La disposition d'essieux 021, deux essieux couplés à l'avant et un essieu porteur à l'arrière, qui peut, avec le recul du temps, nous paraître curieuse, connaissait une certaine fa- veur entre 1852 et 1885 : indépendamment de l'Est dont il est question ici, le Nord, l'Ouest et le PLM firent construire de telles machines. La disposition d'essieux 021, permettant d'installer un foyer de dimensions un tout petit peu supérieur à celui des 120 et 030, prédisposait évidemment les machines de ce type au service mixte, traction des trains de voyageurs directs et omnibus et des trains de messagerie. Les locomotives de l'Est s'avérant particulièrement stables virent leur vitesse limite fixée à 90 km/h, chiffre élevé, et elles furent classées en série 3. Les locomotives Est étaient en effet classées en 13 séries, correspondant à leur puissance et à la charge qu'elles pouvaient remorquer ; la série 1 englobait donc les machines les plus faibles et la série 13 les plus fortes. Nos 73 "Crapauds" répondaient aux caractéristiques techniques suivantes  : conduite à droite, boîte à feu Crampton plongeant entre le second essieu accouplé et l'essieu porteur, timbre 8 kg, soupapes à balances, régulateur Crampton avec conduits extérieurs inclinés, sablière à main, frein à vis, boîte à fumée de même diamètre que le corps cylindrique, cylindres intérieurs de 0,420 m inclinés avec boîtes à vapeur verticales, distribution Stephenson intérieure et échappement à valves débouchant dans une cheminée cylindrique, munie à l'origine d'un chapiteau, roues motrices de 1,840 m pour les 121 à 135 et de 1,720 pour toutes les autres, roues porteuses de 1,240m. La porte de boîte à fumée était bien sûr à deux vantaux et l'abri, si l'on peut dire, consistait en un simple écran vertical percé de deux hublots ronds. Les charges remorquées pouvaient atteindre, à une vitesse de l'ordre de 50 km/h, un maximum de 360 t en palier et de 160 t en rampe de 8. Les genres de trains qu'elles faisaient habituellement n'atteignaient jamais ces tonnages-là, mais les vitesses étaient plus élevées. Les parcours kilométriques moyens étaient de l'ordre de 40 000 km par an. Modernisation Le frein Westinghouse fut appliqué à partir de 1882, le cylindre étant placé verticalement entre les roues accouplées, le compresseur simple, type "petit cheval", à gauche vers le milieu du corps cylindrique et les réservoirs installés de part et d'autre sous le tablier, vers l'arrière. Correspondances n°7 - 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 7 jun/jui 2003 Page 76