Correspondances ferroviaires n°6 avr/mai 2003
Correspondances ferroviaires n°6 avr/mai 2003
  • Prix facial : 8,50 €

  • Parution : n°6 de avr/mai 2003

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (212 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 73,4 Mo

  • Dans ce numéro : Roanne-Lyon, la rampe des sauvages.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
tion et un confort supérieur aux voyageurs. Commandées au groupement MTE le 7 avril 1933, elles seront livrées après la fusion. Les nouvelles automotrices de section sont étroitement dérivées des 23 181 à 23 187 construites pour la banlieue à la même époque. Services des ! 4400 N°SNCF Mise en service Kilométrage Réforme au 1/04/1983 Z 4401 ?/09/1 935 1943 Z 442 ? ? 01/1980 Z 4403 ? ? 12/1981 Z4404 ? ? 11/1973 24405 9/04/1936 3 290 949 01/1984 Z 4406 27/03/1936 3 383 791 12/1983 Z4407 ? ? 12/1982 24408 20/04/1936 3 265 000 01/1984 Z 4409 ? ? 1944 Z4410 ? ? 01/1980 Z 44 I I ? ? 11/1981 Z 4412 26/05/1936 3 145 000 11/1985 Z 44 I 3 3/06/1936 3 226 695 01/1984 Z 4414 14/09/1936 3 399 016 12/1983 Z 4415 19/09/1 936 3 146 086 11/1985 50 - Correspondances n°6 Jeumont-Schneider fournit la partie électrique, De Dietrich les parties mécaniques. Dès l'origine, elles en diffèrent par la présence de deux pantographes type S 501 A (au lieu d'un seul sur les 23 100). Ce dispositif est justifié par le fait que ces automotrices fonctionnent seules et loin de leurs bases ; si des secours sont réclamés pour une avarie de pantographe entre Brive et Limoges, il est évident qu'ils seront plus longs à obtenir qu'entre Orsay et Juvisy ! Pour les mêmes raisons, la puissance du groupe moteur/générateur passe de 3 à 5 kW. Il est complété d'une batterie au cadmium-nickel de 72 V/72 Ah. Les moteurs sont des TC 107-2 fournis par Jeumont. Il s'agit d'une version française du GE 277 monté sur les 23 100 de la première tranche, qui s'en distingue par l'abandon des sections Folded et le montage de l'induit sur roulement à rouleaux. Chaque bogie est équipé de deux de ces moteurs suspendus par le nez avec transmission unilatérale. Ils admettent 300 A sous 675 V en régime unihoraire, soit 250 ch par moteur, mais ne fonctionnent qu'en série ou en série/parallèle. Cette puissance importante, de l'ordre de 1000 ch, permet de remorquer 480 t en palier, ou 130 t en rampe de 10%o. Sur la fin, elles graviront encore les rampes de 20% o entre Pau et Bedous sans difficultés. L'équipement électrique de commande type ALF (avec arbre à came à commande électro-pneumatique) donne quelques soucis au début, le retour en arrière des crans étant délicat, voire impossible. Ce défaut de jeunesse est vite corrigé. Les bogies, étudiés par Schneider, dérivent de ceux équipant les Z 23 100. Il n'y a plus de balancier reliant les deux essieux. Le châssis s'appuie sur chaque boite d'essieu à l'aide d'un étrier et de deux ressorts en hélice. La suspension secondaire est assurée par une traverse danseuse reposant sur trois couples de ressorts à pincettes. Les caisses sont entièrement métalliques. Comme sur les 23181, l'utilisation de rivets à tête fraisée permet d'obtenir des faces lisses. La structure est en acier moulé. L'appareillage situé sous le châssis est rendu très accessible grâce à une hauteur du plancher de 1,28m. Les deux cylindres de frein sont fixés sous la caisse. La timonerie, solidaire du bogie, agit par deux sabots sur chaque roue. C'est le frein
Page de gauche : La Z 4408 nous donne la preuve qu'elle a bien été conçue pour circuler seule. Ci-dessous : Entre Pau et Bedous, la Z 4402 est une montagnarde en juin 1973 ! (Photos : Thierry Leleu) pneumatique Westinghouse W3 à robinet à décharge et triple valve LUR qui est retenu. La différence majeure avec les Z 23 181 réside surtout dans l'aménagement intérieur, en théorie plus confortable : banquettes à deux places de front avec accoudoirs, sauf en 3e classe où l'on ne trouve des banquettes doubles à 3 places de front et des banquettes à deux places. Un WC est installé au centre de la caisse. A l'origine, on compte 8 places en 1 re classe, 16 places en 2e classe, et 44 places en 3e classe. Une loge de conduite est installée à chaque extrémité, celle accessible depuis la 3e classe étant escamotable et permettant l'agrandissement éventuel du compartiment. La mise en service des nouvelles ZAB3sC5PEtyp 23 401 à 23 415 débute en 1935. Affectées à Orléans, elles couvrent les relations Orléans- Blois-Tours, Orléans-Vierzon, Vierzon-Limoges. Au service d'hiver 1937/38, on leur confie même un "Sancy express" entre Orléans et Vierzon, d'où le relais vers le Mont-Dore est assuré par autorail. Peu après la création de la SNCF, en 1940, elles perdent la Ire classe, devenant des ZB3C5PEtmyp. La guerre est fatale à deux unités, la 23 402 détruite à Tours en 1943, et la 23 409 détruite à Orléans l'année suivante. Dans le cadre de la renumérotation de 1950, elles deviennent ZBCPDtmyp 4402 à 4408 et 4410 à 4415, les numéros des unités détruites restant vacants. Au le'janvier 1956, elles sont toutes affectées aux Aubrais, dépôt crée en remplacement de celui d'Orléans. A l'occasion des GRG, elles y sont recâblées à partir de 1958. Les premières Z 4100 chassées de la banlieue parisienne par l'arrivée massive des Z 5100 les chassent du Val de Loire. En 1969, une partie de la série est mutée à Tarbes, ce qui permet l'amortissement des dernières Z 4500 et le déclassement de Z 4300 réaffectées à Toulouse, Tours, Limoges et Pa- VII 41.100W.. * 4 de/.,/ », , i à i wr""erireelasibe4s,we... 11-Trefelardeede. - ris Sud-Ouest pour assurer les navettes ouvrières entre centres villes et triages éloignés, à l'exception de trois unités restées quelque temps à Bayonne. Trois Z 4400 sont envoyées à Toulouse et une à Brive en 1971, ce qui entraîne l'amortissement définitif des Z 4300. En 1973, la Z 4402 est à Paris Sud-Ouest, les 4403 et 8 sont à Toulouse, la 4407 à Brive, la 4410 à Limoges, et tout le reste à Tarbes. Elles assurent les navettes Toulouse-Saint-Jory, Brive-Estavel, Limoges-Puy-Imbert, et Paris- Brétigny. Seules les Toulousaines assurent en plus un service de ligne, à savoir des omnibus Toulouse-Montréjeau et Toulouse-Montauban. La Z 4404, récemment mutée de Tarbes, est d'ailleurs radiée rapidement suite à une collision survenue à un passage à niveau. Celles de Tarbes sont les seules à faire uniquement du service de ligne, sur Pau-Bedous, Bayonne-Saint-Jean-Pied-de-Port, Bayonne-Saint-Etienne-de-Baïgorry, et Bayonne-Montréjeau. Éventuellement, on peut les voir circuler couplées avec des Z 4100/4180. èév hg eélly,44 itt, ? , 0)ét t)Oi s».il f 4,{, q:41 tz À _...41. « nu_.,



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 6 avr/mai 2003 Page 76