Correspondances ferroviaires n°5 fév/mar 2003
Correspondances ferroviaires n°5 fév/mar 2003
  • Prix facial : 8,50 €

  • Parution : n°5 de fév/mar 2003

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (212 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 74,3 Mo

  • Dans ce numéro : le tramways de Nantes.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
Le mécanicien est peut-être le plus heureux des agents du service actif. Sa spécialité lui permet une certaine indépendance d'allures, provenant de la certitude qu'il a de ne pas chômer d'emploi. Si ce n'est ici, ce sera ailleurs.Il ne fait, sur certaines lignes, que de petits voyages. Tous les 100 ou 150 kilomètres, on change de locomotive et il ne quitte pas sa machine. Il a 2,400 fr. par an, ordinairement, et l'indemnité de déplacement. De plus, s'il économise le charbon, il partage dans une certaine proportion le bénéfice avec la Compagnie et peut par ce moyen se faire environ 600 fr. de plus par an. Lorsqu'un accident a lieu, le mécanicien est rarement avarié (sic !). Il semble avoir fait un pacte avec le bonheur. L'un d'eux était ivre. Il tombe de sa machine et, par une de ces faveurs qui ont fait inventer un dieu pour les ivrognes, le train passe sans le toucher ; il se raccroche au dernier wagon, l'escalade et, sautant de voiture en voiture, pendant la marche à toute vapeur, il parvient à rejoindre sa locomotive. S'il s'était trouvé un tunnel, il était décapité. Ils ont souvent une présence d'esprit grâce à laquelle ils ont sauvé quelquefois tout un convoi, qui certes ne se doutait pas du danger. Un soir, sur la ligne du Nord, une grosse voiture de pierres se trouve sur la voie et ne peut démarrer, lorsqu'un train de grande vitesse arrive à toute vapeur. Le mécanicien aperçoit la chose, mais il est trop tard pour battre à contre-vapeur et arrêter. Que faire ? - Un trait de génie lui passe par la cervelle. ANCIEN CHEMINOT DU PLM, GEORGES FAIVRE PRO- FITE DE CETTE PRÉSENTATION POUR NOUS PARLER D'UN DISPOSITIF ÉTONNANT DÉDIÉ À LA SÉCURITÉ. VOYEZ CETTE GROSSE CLOCHE PLACÉE À LA GAUCHE DU MÉCANICIEN ET DE SON "MOUSSE" ! Cette équipe est "en service" sur la 140 G 111 de Besançon, il y a 70 ans déjà ! A sa gauche, la cloche d'alarme située en haut du tender, dont le rôle exact est défini par l'article 28, chapitre ter du RGE P LM de 1905 - "Signaux"  : - "une cloche est disposée sur le tender de manière que le conducteur de tête puisse du wagon qu'il occupe la sonner au moyen d'une corde. Le conducteur donne un coup de cloche toutes les fois que le train étant en mouvement, il y a lieu de l'arrêter. Un coup de cloche commande l'arrêt"... Voilà pourquoi avant le départ de la gare de formation, le chef de train devait raccorder la corde à la cloche du tender et s'assurer de son fonctionnement... Texte  : GEORGES FAIVRE 8i Photo  : DR/Coll.  : GEORGES FAIVRE 70 - Correspondances n°5 Il lâche sa plus grande force au risque de se faire tuer ; le théorème suivant venait, comme Minerve, de sortir tout armé de sa tête  : "Dans la rencontre d'une force active avec une force inerte, le poids de la force active multiplié par la vitesse produit un choc dans lequel les chances de souffrance pour la force active sont en raison inverse du coefficient d'impulsion." Et le fait fournit la démonstration  : chariot, pierres et chevaux sont lancés à vingt mètres ; le train sent un frémissement de la tête à la queue, mais continue fièrement sa route en sifflant une fanfare de victoire. Le mécanicien en fut quitte, je crois, pour une dent cassée. Ce héros n'a pas été décoré. Le mousse du mécanicien, c'est... le chauffeur. Pauvre diable, chargé de nourrir incessamment le gosier de l'hydre. Il gagne 1,200 f par an, au plus, et ne supporte généralement sa dure et précaire position que dans l'espoir de devenir mécanicien un jour. Si le mécanicien n'est presque jamais tué dans un choc, le chauffeur en revanche l'est toujours. Pourquoi ? On ne sait pas. Sic fata voluere. Ses moyens ne lui permettent pas d'avoir une étoile à lui. Il y a des êtres qui laissent toujours tomber leur tartine du côté des confitures  : le chauffeur est de ceux-là ! Au reste, par un sentiment exquis et étrange en même temps, il semble que les hommes, sans s'en rendre compte eux-mêmes, comprennent qu'ils doivent une compensation aux maltraités de l'ordre social. Une cloche en cas de danger !
N°6 les locotracteurs des origines à 1951 mol u Hors-Série Chemin.% de Fer Réas Complétez votre collection Ce N Soecial contient a « Couper Le monde méconnu'des Les draisines  : de 1151 11175 N°4 u Ca 5 Wel au » Is edn 5%, Ilmiler 1,1isines  : des origines à 1950 Les vapeur de l'Armistice 1918 u u Les trains des Chacun de ces hors-série Loco-Revue aborde un sujet précis dans un dossier de 32 à 48 pages et constitue, avec son complément de fiches documentaires une source très riche de documentation. Les fiches documentaires présentent chacune un matériel, locomotive, voiture ou wagon en détail, avec un texte descriptif et historique, un tableau des principales caractéristiques et un plan. Elles ne sont pas nécessairement en rapport avec le sujet traité dans le dossier, mais viennent compléter une collection de fascicules dont les premiers exemplaires, numérotés de 1 à 12 et contenant chacun 15 fiches recto-verso, sont encore disponibles. Impression quadri, reliure par piqûre à cheval, fiches docs détachables, format 21 x 28,5 cm. HorA'série de 1 Cm 10  : 10  € chaque La collection compkte de 10 horA-Aérie  : 90  € plues la reliure offerte ! LeA, 12 premiers fascicules de fiches documentairew, Aoient 180 fiches docs  : 55  € Correspondances n°5 - 71



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 76