Correspondances ferroviaires n°5 fév/mar 2003
Correspondances ferroviaires n°5 fév/mar 2003
  • Prix facial : 8,50 €

  • Parution : n°5 de fév/mar 2003

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (212 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 74,3 Mo

  • Dans ce numéro : le tramways de Nantes.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
ENTRE LES LIGNES Mais la rapidité est encore plus désirable dans le transport de l'homme, car chez les classes industrielles les voyages deviennent plus praticables, précisément en proportion de la promptitude avec laquelle ils peuvent ètre accomplis ; et l'homme, en voyageant, consommant pins qu'à l'ordinaire, chaque jour de gagné sur le voyage est une dépense épargnée. Dans les constructions, il conviendra d'unir la pins grande vitesse possible à tontes les commodités et les agrémens désirables. Dant% ce but, une tortue analogue à celle des bateaux à vapeur ou des coches d'eau ordinaire serait préférable. La voiture à vapeur pourrait consister, par exemple, eu unc galerie ! de sept pieds de haut, huit de large, et cent. de longueur, dont l'intérieur serait séparé en dix chambres de dix pieds de long, et jointes eutre elles par des charnières ou gonds se mouvant hot izontalement, de manière à ce que le train peu, se ployer au contour des routes. Un petit balcon couvert, suspendu au dessus des roues, sur l'un des côtés extérieurs du eoclic, servirait de moyen de communication, commun pour tontes les chambres. Sur l'autre côté pourraient être suspendus des siéges dont on ferait usage dans les beaux temps. La couverture, entourée d'une balustrade, pourrait aussi supporter des siéges, et servir &lieu de promenade, co me I. pont d'un coche d'eau ; deux chambres seraient destinées à la cuisine, aux magasins et ii d'autres usages ; les huit autres logeraient cent passagers, dont le poids et celui de leurs bagages pourrait monter à viugt-quatre mille livres ; la voiture elle-même pèserait autant, ce qui, joint au poids de seize Mlle livres pour la machine mobile, donnerait un total de soixante-quatre mille liv. Chacunedes chambres serait supportée par quatre roues, et tontes ensemble ne fourniraient qu'un seul et même véhicule. 66 - Correspondances n°5 Texte : OLIVIER JOSEPH Des mots pour dire la chose TOUTE NOUVELLE INVEN- TION REQUIERT UN NOU- VEAU VOCABULAIRE SOU- VENT EMPRUNTÉ À UN UNIVERS PROCHE. C'EST CE QUE NOUS EXPLIQUE OLIVIER JOSEPH AU TRA- VERS DE CETTE PRÉSEN- TATION DE L'CEUVRE DE COSTE ET PERDONNET.
Lorsqu'ils débarquent du brick sur lequel ils viennent de traverser le Channel, un beau jour de 1828, Léon Coste et Auguste Perdonnet ramènent d'Angleterre force carnets noircis de notes. Pour ces deux jeunes ingénieurs sortis de Polytechnique et des Mines, les "vastes et belles usines à métaux" visitées valent une telle collecte d'informations qu'ils se proposent de la faire connaître par une série de monographies. Mais ils ont aussi en tête ces "routes de fer" qui fleurissent outre-Manche et qu'ils ont pu étudier de près à Liverpool, Glasgow, Dudley ou aux houillères de Newcastle. Comment passer sous silence le spectacle étonnant des cent deux chaudières à vapeur montées sur chariots qui transportent la houille entre Liverpool et Manchester ? Ils iront encore visiter MM. Seguin, Mellet et Henri dans la région lyonnaise pour glaner d'autres renseignements. Le résultat de leur enquête paraît dans les Annales des Mines en 1829, avant de faire l'objet d'un in-octavo de 200 pages agrémenté de trois planches de dessins. La chose... Il s'agit, pour Coste et Perdonnet, de discipliner ces données éparses, de les hiérarchiser, de les synthétiser, de les rendre accessibles. Chiffres, cotes, objets et procédés techniques, pratiques de travail  : rien qui puisse rebuter des ingénieurs. Dans leurs carnets, ils ont aussi rapporté des mots. Pour la langue aussi il va s'agir d'une mise en ordre. Coste et Perdonnet sont ici dans leur rôle d'ingénieurs formés par l'État  : l'étude, la standardisation et la diffusion des techniques sont au coeur des missions des institutions créées au Grand Siècle (Académie, Écoles Royales des Mines et des Ponts & Chaussées) et relayées par leurs publications, Comptes-ren- Page de gauche : Article 1825. Cette étonnante description d'objets techniques et de pratiques qui n'existent pas encore ne doit pas occulter le travail de la langue à l'oeuvre. Le référent est celui de la navigation fluviale  : bateau, coche d'eau, train. Extrait du Producteur, 1825. Ci-dessus : Couverture du mémoire de Coste et Perdonnet. Auguste Perdonnet deviendra ingénieur au Paris-Saint- Germain puis à la Compagnie du Paris-Strasbourg puis enfin à la Compagnie des Chemins de fer de l'Est. Ci-dessous : Switch. Il faut à Coste et Perdonnet six gravures pour décrire le mécanisme et la fonction du switch qu'aucun mot français ne permet de qualifier simplement. (Documents : Coll. Olivier Joseph) dus ou Annales. Les Encyclopédistes puis la Révolution y ont ajouté une volonté accrue de rationaliser la langue. De Diderot à Arago, la langue des sciences et des techniques se transforme, s'apure, se précise ; on ne parle ni n'écrit la science avant eux comme on le fera après. Les mots pour dire la chose, de l'Angleterre... Soupape, course du piston, bielle, cylindre, grille. Pour ces chaudières à vapeur installées sur des chariots, les mots s'imposent  : ce sont ceux de la technique de l'époque. Quant à celui qui désigne un tel équipage, la traduction littérale de l'anglais ne semble poser aucune difficulté  : machine locomotive. Remblais, déblais, les mots du terrassement aident à qualifier les travaux préalables. Il n'y a là rien qui ne soit pas déjà mis en oeuvre ailleurs, en gestes comme en mots. Circuit apparaît une fois, mais est bien vite remplacé par courbe ; il est cependant utilisé ici selon un des sens de l'époque. Le plus délicat vient de ce qui constitue le coeur de l'innovation des Anglais. C'est d'ailleurs ici que Coste et Perdonnet se font tatillons. L'ornière est la première définition qu'ils imposent au lecteur (page 7), car si elle évoque ces creux qui transforment les routes du Royaume en parcours du combattant, les deux ingénieurs y voient aussi "des espèces de guides creux ou saillants que suivent les roues des chariots". C'est ainsi qu'ils traduisent plate et edge rails. Le rail way ou le rail road seront un chemin à ornières qu'ils ne sont d'ailleurs pas les premiers à proposer et à employer. Mais la concision du rail, déjà passée dans la langue des promoteurs de la technique anglaise, invite les auteurs à en accepter l'usage "comme MÉMOIRE LES CHEMINS A ORNIÈRES ; Pea MM. Léon COSTE, Ade «. ta.. Poleetbolqd, Weide. as *op...P dr AUGLISSE PERDONNET, Cf weam a dertee. Yier *sin do a.rte.à. de d, de Seer. vad..1). Secied lideNi PARIS, BACHELIER, LIBRAIRE,. b6. GriadeMegpotioss, a Qad dr Osso..‘ 1T.001ffle synonyme avec [celui] d'ornière" (p. 12). Stone et chair deviennent le dé de pierre sur lequel repose le rail, calé par un coussinet traversé de clous ou parfois simplement de chevilles de bois. L'ensemble est maintenu par de "simples traverses en bois" venues des métiers de la charpente et des fortifications. Les chariots qui "n'offrent rien de particulier" sont donc des chariots, très rarement des "waggons". Et leur enrayage ressort bien de la langue du roulage. Mais même les certitudes les mieux assurées et proclamées laissent place à un insistant flottement  : le chemin à ornières peutêtre chemin en fer (p. 32), chemin de fer (p. 33), chemin de fonte (p. 34). Certains dispositifs laissent les auteurs sans mots. Entre les traverses et les dés, on "remplit l'espace avec des pierres cassées en morceaux de la grosseur d'un œuf". L'ingénieux Correspondances n°5 - 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 5 fév/mar 2003 Page 76