Correspondances ferroviaires n°3H février 2004
Correspondances ferroviaires n°3H février 2004
  • Prix facial : 10 €

  • Parution : n°3H de février 2004

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (212 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 81,1 Mo

  • Dans ce numéro : l'art de composer les trains, les automotrices.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Ci-dessus : Dans ce fourgon automoteur Z 4205, prenait place le chef de train en plus du conducteur et de son aide. Les compartiments fourgon chargeaient colis, envois, bagages, mais également les plis (qui sont le courrier interne de la SNCF) et les "valeurs" (argent, billets, etc.) (Photo  : C. Laval/Photothèque La Vie du Rail). Page de droite, de haut en bas : - Longtemps restés les seuls engins de traction 12 000 v sur la ligne Perpignan/Villefanche, les Z 4900 y ont assuré tous les types de trains y compris les marchandises. - Les Z 4200, ici le 4210, ont tracté des rames voyageurs forméesntamment de voitures à essieux à portières latérales ou modernisées (Photos : Thierry Leleu).commandera de remorques destinées à ses automotrices, celles-ci étant prévues pour tracter le matériel classique du parc. Les Z 4500, ex-Midi Z 23100 : Bien qu'occupant une position intermédiaire dans la numérotation Midi, ces automotrices sont historiquement les plus anciennes de la compagnie. À l'image du PO avec les Z 4000, le Midi reconvertit une partie des automotrices monophasées livrées en 1913/14 en 1500 volts. Seule la tranche EABD 17 à 30 est concernée par l'opération, car la ligne de Perpignan à Villefranche conserve le monophasé 12 000 volts jusqu'en... 1984 ! (Les EABD 1 à 16 deviendront ZBCPEty 23 031 à 23 044 au PO-Midi, les 2 et 15 ayant brulé entre-temps, puis seront renumérotées comme ZBCDPty 4901 à 4914 par la SNCF) Dès leur mise en service, et en attendant le réequipement des lignes en 1500 volts 12 HS - Correspondances n°3 a'continu, les EABD 17 à 30 sont utilisées sur la transversale Toulouse-Bayonne et ses embranchements. En 1924 et 1925, douze unités sont transformées avec quatre moteurs CEF de 158 ch unihoraires suspendus par le nez. Elles reçoivent la nouvelle numérotation ZA2B4Etyf 23 101 à 23 112, du moins sur le papier. Lors du deuxième essai de la ligne 1500 volts sur la section de Buzy à Laruns (1), intervenu le 23 juin 1928, les rapports officiels notent la présence de l'automotrice EABD 18 en tête du train 3655. La conversion porte seulement sur la partie électrique. Pour le reste, ces engins conservent leurs bogies Brill d'origine et leurs caisses en bois et à portières latérales datant déjà d'une époque révolue. Peut-être conservée pour pièces détachées, une dernière unité est transformée beaucoup plus tardivement en 1933, son aménagement intérieur étant modifié pour installer trois compartiments de 3e classe. Elle prend le numéro ZAI B2C3Eyf 23113. Une fois modifiée, la série circule sur l'ensemble de la ligne Toulouse-Bayonne (du moins jusqu'à Pau) et sur les embranchements pyrénéens (1) La ligne de Pau à Buzy et à Laruns est mise sous tension le 17 mars 1928, mais la demande pour la mise en service officielle n'est pas déposée avant le 21 avril et les premiers essais n'interviennent pas avant le 22 juin. Les sections de Buzy à Bedous et de Bedous à la frontière sont mises sous tension plus tardivement, le 14 mai 1928, les premiers trains d'essais électriques y circulant les 16 et 17 mai avant les essais officiels du mois de juin. t centraux (entre Montréjeau-Luchon et le transpyrénéen occidental, et seulement de façon sporadique sur ce dernier), soit sous forme de couplages en UM, soit à la tête d'un assemblage hétéroclite de voitures du parc commercial (généralement anciennes voire antédiluviennes). La fusion des exploitations PO et Midi, en 1934, entraîne une renumérotation comme ZB3C2Ety 23 051 et 23 053 à 23 063,1e PO disposant déjà d'une série beaucoup plus vaste utilisant la tranche 23 100. À noter que la 23 102 a déjà disparue. C'est probablement l'un de ses bogies qui sera utilisé pour construire le curieux locotracteur à accumulateurs du dépôt de Tarbes. La SNCF les renumérote ZBCDty 4501 et 4503 à 4513 en 1951, mais leur déclin est déjà bien amorcé. Une partie de la série est alors mutée à Poitiers. En 1956, seules les 4506, 4507 et 4510 figurent encore à l'effectif. Dernière unité en service, la 4506 disparait en 1960, dans l'indifférence générale. Les Z 4300, ex-Midi ZCEyf/ZACEyf 23000 : Consciente de l'insuffisance numérique de ses automotrices, la compagnie du Midi décide de commander quinze unités neuves vers 1923/24, afin d'assurer la desserte des embranchements pyrénéens à électrifier prochainement (2) ainsi qu'un service de na- (2) À cette époque, celà ne concerne que les lignes de Lourdes à Pierrefitte, Tarbes à Bagnères, Lannemezan à Arreau, et Montréjeau à Luchon)..4
a'a'



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 3H février 2004 Page 76