Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
  • Prix facial : 9,50 €

  • Parution : n°15 de oct/nov 2004

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (214 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 75,0 Mo

  • Dans ce numéro : réseau breton, le dernier cheval noir.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
Ci-dessus, de gauche à droite  : - La banalisation des traverses en béton a contribué à la mécanisation des travaux de voie, car une telle traverse pèse de 200 à 300 kg contre 70 à 80 kg pour son homologue en bois. Ici, c'est donc environ une tonne de traverses que déplace la pelleteuse sur chenilles Yumbo (ici, un crochet remplace le godet pour les travaux de grutage). (Photo  : Desquenne et Giral/Coll.  : Lok Fieux) - À quelque distance de la voie en cours de renouvellement, un chantier est établi pour préparer les "longueurs" (coupons) à poser. Elles seront acheminées après avoir été posées sur des diplorries. Contrairement à ce que l'angle de prise de vue pourrait laisser croire, le camion rail-route ne porte 60 - Correspondances n°15 pas la grue ferroviaire. La disparition du logotype en haut de la calandre de ce camion provenant des surplus militaires ne permet pas (sous cet angle) de différencier facilement un Chevrolet C8 d'un Ford C 298QF/F6OL. Il est toutefois très probable qu'il s'agisse d'un Ford construit au Canada pour l'armée britannique (Photo  : SNCF/Coll.  : Laïc Pieux). - Des portiques sont utilisés pour séparer les rails des traverses sur les coupons de voie déposés. Remarquez le montage des paires de roues en opposition, de manière à pincer le champignon de la voie de grue entre les boudins d'une paire de roues (Photo  : Desquenne et Giral/ColL  : Lok Pieux). Ci-dessous, de gauche à droite  : rerfe, (7 (rrlecey(ee - Les coupons de voie neuve sont acheminés sur des diplorries jusqu'au chantier de pose. Créée en 1946, l'entreprise Desquenne et Giral réalise des conversions rail-route de Dodge WC (Weapons Carrier) montés pour l'occasion sur pneurails Michelin. Il s'agit ici d'un WC 51 en tête d'un imposant convoi qui semble n'être équipé d'aucun frein autre que celui agissant sur les quatre roues du Dodge. Néanmoins, au début des années 1950, de tels acheminements sont réalisés sur des distances atteignant 25 km et à la vitesse de 10 ou 15 km/h lorsque les diplorries sont freinés (Photo  : SNCF/Coll.  : Lac Pieux). - Ici, une paire de portiques permet d'empiler sur des diplorries les coupons de voie déposés. Après un dégarnissage
éventuel du ballast, les portiques mettront en place les coupons neufs (Photo  : Desquenne et Giral/ColL  : Loïc Fieux). - Comme le montre ce cliché, le traîneau Desquenne et Giral glisse sur le ballast et dispose sur sa partie supérieure de rails pour le roulement des diplorries portant le coupon à poser. L'engin remorqueur n'est pas le Lorraine, mais un autre engin militaire chenillé et profondément modifié (chèvre, etc.). Son allure générale, ses chenilles et quelques détails (garde-boue arrière) évoquent une chenillette Bren Carrier britannique, mais sans certitude. La chèvre installée à l'arrière permet de retirer les diplorries (Photo  : Desquenne et Giral/ColL  : Loïc Pieux). Connue des ferroviphiles pour ses autorails type 2-130-LWB réalisés à 7 exemplaires en 1935-37 (3 pour l'État, 4 pour l'Est, devenus XL 1001 à 7 SNCF), la société Lorraine est née de l'usine de Dietrich sise à Reichshoffen, en Alsace annexée de 1871 à 1918. Produisant du matériel roulant ferroviaire, cette usine est séparée de ses clients traditionnels que sont les Compagnies françaises d'alors. Il en résulte la création par Eugène de Dietrich d'une nouvelle usine à Lunéville dont l'activité débute en 1880. En se séparant de l'entreprise mère en 1905, elle de- vient la Société Lorraine des Anciens Établissements de Dietrich et Compagnie de Lunéville. Comme Renault ou Somua, la Lorraine de Lunéville souhaite construire à la fois du matériel ferroviaire et des engins militaires. Il en résulte dans la seconde moitié des années 1930 la construction en série de chenillettes Lorraine qui équipent l'armée française en trois variantes principales  : tracteur de ravitaillement d'infanterie, tracteur de ravitaillement de chars ou transport de troupes (chasseurs portés). Dans leurs configurations Correspondances n°15 - 61



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 76