Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
  • Prix facial : 9,50 €

  • Parution : n°15 de oct/nov 2004

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (214 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 75,0 Mo

  • Dans ce numéro : réseau breton, le dernier cheval noir.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
1 - Cl roule jusqu'au traîneau en transportant les portiques qui lui sont accrochés. 0 Coupon Cl Coupon C2.431-fie -ie:11-te-12:11:1121-re-ercrri-urcrerineri=cro-cr-c2-te=-= 2 - Les portiques sont posés au sol en maintenant Cl suspendu. Le traîneau avance de la longueur d'un coupon. O Coupon Cl O Coupon C2 unzr=r-rzi lu= =r=olmr-cruro c:1-= two izicerefizin-nro-ow 3 - Les portiques mettent en place Cl 4 - Les portiques sont accrochés à C2. Un tracteur muni d'une grue évacue les diplorries de Cl. 5 - C2 roule jusqu'au traîneau en transportant les portiques. O Coupon C2 Coupon Cl o trie =l em -Crie ociciziormooca0000ociotroorlo00000000000 Coupon C2 Coupon C3 DoomonocapoOmr=cee o o 1:2 D c:r=1-=tercl=rrtite-crtz-unzce-crla tro cl Domo d= - 1=i CT1= trr5 1:2-1Cr1eL7`erla-talirld Coupon C3 tieZe=r=1:1-Crlinininetrerwl creàitwtri-zurzr-=r- critrr—r urcrercrentrcnrceeue mr-dtlizur:F=rtrcriu—Ezrurerehrem-crtne 6 - Les portiques reposent sur le sol et maintiendront C2 quand le traîneau avancera (fin d'un cycle). Coupon C29 Coupon C3 cuti o =-e=-=rcrr2 entrwl Ci-dessus  : Les coupons de voie étant préparés par un chantier annexe, ils arrivent montés sur diplorries jusqu'au traîneau qui, placé dans le prolongement de la voie à renouveler, constitue une surface de roulement temporaire pour les diplorrys qui supportent le nouveau coupon et les portiques (Infographie  : Loïc Fieux). de la voie est réalisée à l'aide d'un wagon portant deux grues (l'ancêtre des bigrues actuelles) et circulant sur la voie parallèle à celle en cours de remplacement Les longueurs de voie neuves sont préparées sur un chantier annexe et sont mises en place à l'aide du même wagon. Entre la dépose du coupon ancien et la pose du coupon neuf, le ballast ancien est dégarni et criblé (les grains cassés et devenus trop petits sont éliminés, les plus gros sont réemployés). On utilise pour cela une dégarnisseuse dont deux types principaux sont alors en usage en France  : cunc, o oo o =reemin-Ircrenz-erercrer crim ra coa le type suisse Scheuchzer et celui de la SECO (1). Le procédé Drouard ayant l'inconvénient de n'être applicable qu'aux doubles voies et d'occuper simultanément les deux voies parallèles, d'autres procédés ont été mis au point. Ainsi, la technique Collet-Loiseau s'appuie sur deux rails écartés de 3,30 met posés autour de la voie à renouveler. Sur cette voie encadrante circulent des lorries qui portent les coupons déposés, puis les coupons neufs. Cette technique a l'avantage d'être applicable aux voies uniques. (I) La Société d'Études et de Construction d'Outillages de Paris (ou SECO) s'associera plus tard à Desquenne-et-Giral, les entreprises formant ainsi SECO-DG, puis SECO-Rail aujourd'hui intégré au groupe de travaux publics Colas. Face à ses concurrents, le procédé Desquenne et Giral incarne une nouveauté marquante. En effet, il ne fait appel ni à la voie parallèle, ni à des rails auxiliaires posés temporairement. En outre, il se contente d'un matériel léger et facilement transportable tout en étant adapté à la mise en place de longueurs de voie munies de traverses en béton. 58 - Correspondances n°15 Le procédé Desquenne et Giral Face à ses concurrents, le procédé Desquenne et Giral incarne une nouveauté marquante. En effet, il ne fait appel ni à la voie parallèle, ni à des rails auxiliaires posés temporairement. En outre, il se contente d'un matériel léger et facilement transportable tout en étant adapté à la mise en place de longueurs de voie munies de traverses en béton (trois fois plus lourdes que les traverses en bois). Comme avec les autres procédés, les rails et les traverses sont assemblés en "longueurs" dans des chantiers annexes. Ces longueurs sont ensuite acheminées par wagons ou remorquées après avoir été montées sur lorries. L'emplacement où sera posé le nouveau coupon est occupé par un traîneau qui prolonge la voie ferrée en cours de renouvellement. Le coupon à poser roule jusqu'au traîneau, puis il est suspendu à des portiques pendant que le traîneau est évacué par une chenillette. Le coupon neuf est ensuite descendu et mis en place à l'aide des vérins hydrauliques des portiques. Lorraine  : du matériel ferroviaire aux chenillettes Dans le cadre de sa motorisation, l'armée française se dote de "chenillettes" à la manière de l'armée anglaise. Cette dernière profite des travaux de Carden-Loyd et de Vickers-Amstrong et s'équipera des célèbres Bren Carrier, Windsor Mk 1, etc. Bien que le châssis d'une chenillette évoque un char léger, ce type d'engin n'est pas destiné au combat, car il
Ci-dessus  : La Lorraine est secondée par un chenillard Richard Continental (marque fondue dans Saviem en 1965) dont le rôle consiste notamment à évacuer les diplorries placés sous un coupon de voie en cours de mise en place. L'état neuf de l'engin laisse penser que la photo a été prise lors de ses premiers essais chez Desquenne-et-Giral. Ci-contre  : Dans le cadre d'un renouvellement voie et ballast (RVB), les traverses usagées sont chargées dans un tombereau à l'aide d'une sauterelle. Le procédé impose à deux hommes de porter une traverse par ses extrémités pour la poser sur les chaînes de convoyage. Les chaînes et leurs roues dentées n'étant pas protégées, il vaut mieux ne pas laisser traîner ses mains... n'est initialement pas armé (ou seulement à l'aide d'une mitrailleuse). Néanmoins, son évolution en zone hostile lui vaut d'être légèrement blindé. En fait, un tel engin est avant tout destiné à la reconnaissance et à l'approvisionnement des troupes ou des véhicules de combat. Cela vaut aux chenillettes françaises (Lorraine, mais aussi Renault UE ou autres) d'être très souvent attelées à une, voire deux remorques montées sur chenilles. Correspondances n°15 - 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 76