Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
  • Prix facial : 9,50 €

  • Parution : n°15 de oct/nov 2004

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (214 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 75,0 Mo

  • Dans ce numéro : réseau breton, le dernier cheval noir.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
TECHNIQUE FERROVIAIRE Desquenne & Giral  : les Texte  : Loïc FIEUX QUELLE NE FUT PAS MA SURPRISE LORSQUE, VOICI CINQ ANS, J'AI TROUVÉ LA PHOTO D'UN "CHAR" RAIL-ROUTE EN REMUANT LE CONTENU D'UNE BOÎTE DE PHOTOS ! DANS LE CONTEXTE DE RESTRICTIONS DE L'IMMÉDIAT APRÈS-GUERRE, TOUT CE QUI POUVAIT ROULER ÉTAIT BON À UTILISER, MAIS DE LÀ À CONVERTIR UN CHAR POUR UN EMPLOI FERROVIAIRE ! APRÈS AVOIR IDENTIFIÉ LE VÉHICULE ET DÉTERMINÉ SON UTILISATION, VOICI LE RÉSULTAT DE CETTE PETITE ENQUÊTE, BLINDÉE COMME IL SE DOIT. VOUS DÉ- COUVRIREZ AINSI QUE CE "CHAR" A ÉTÉ RÉALISÉ PAR UN CONSTRUCTEUR DE MATÉRIEL FERROVIAIRE ET QU'IL S'EST RECONVERTI DANS LES TRAVAUX FERROVIAIRES QUINZE ANS APRÈS SA CONSTRUCTION 56 - Correspondances n°15
Les chars français d'avant-guerre ont la vie dure ! Contrairement à une idée reçue, bien que les véhicules blindés de l'armée française de 1940 aient été balayés par la déferlante allemande de mai-juin 1940, il ne faut pas en déduire pour autant que tous ces engins ont disparu avec la défaite française ! Au contraire, les Allemands vont faire un large usage de ces véhicules de prise qu'ils convertiront souvent en canons automoteurs, en ravitailleurs, etc. Les blindés français porteront donc la croix noire allemande sur le front de l'est, en Afrique du Nord ou lors des luttes contre les Partisans yougoslaves. Lorsque s'amorcera le reflux allemand, les blindés français changeront une nouvelle fois de propriétaire. Les Partisans de Tito ou les troupes françaises combattant en Tunisie récupéreront à cette occasion des blindés français. Sans doute de conception solide, les blindés français de 1940 continueront d'être utilisés après le conflit mondial, Israël ayant semble-t-il disposé de chars Hotchkiss H-39 jusqu'en 1956. Renouveler les voies après sept années sans entretien Créée en 1946, l'entreprise Desquenne et Giral compte les travaux de voie ferrée parmi Page de gauche  : Repeinte dans des tons clairs, la Lorraine de Desquenne-et-Giral se singularise par ses quatre roues de route (le type le plus commun en a six). Parmi les modifications visibles par rapport aux types militaires connus, on note la fermeture par des panneaux du poste de conduite situé à l'avant, sans doute pour éviter une utilisation malveillante de l'engin. Celui-ci repose ici sur deux diplorries par l'intermédiaire de traverses spéciales. Il semble que ces traverses ont été rendues solidaires de la machine. Elles seraient alors utilisées pour l'amarrage des charges à tirer. Ci-dessous  : Cette vue arrière de la Lorraine semble montrer que la traverse sombre (ou rouge ?) est fixée à la coque de l'engin et n'est que posée sur le diplorry. La modification vraisemblable de la partie arrière (côté mue tendeuse, sans transmission) et la chenille métallique que l'on devine à l'arrière plan peuvent laisser penser qu'il s'agit d'un engin à six roues raccourci et réduit à quatre roues de route, mais cette hypothèse est très improbable. La largeur de la Lorraine, peu différente de celle de la voie, a sans doute contribué au choix de ce véhicule qui profitait sans doute aussi d'un coût d'acquisition réduit (matériel de surplus militaire, et d'avant-guerre qui plus est, si toutefois il ne s'agit pas de l'une des rares Lorraine construites pour un emploi civil). (Photos  : Desquenne et Giral/Coli  : Loïc Pieux) ses principales activités. La guerre, l'occupation et les restrictions avaient entraîné une suspension des renouvellements de voie ferrée pendant près de sept ans depuis 1939. Des renouvellements massifs sont donc indispensables après la guerre et sont confiés, comme c'est l'habitude, à des entreprises privées. Desquenne et Giral naît donc dans un contexte particulièrement favorable à son secteur d'activité. Ces opérations d'entretien s'accompagnent de modifications de l'armement des voies. Ainsi, sur les 40 500 km de voie qui composent le réseau d'alors, 10 000 km sont adaptés pour des charges de 23 t/essieu, tandis que 15 000 km sont portés à 20 t/essieu. Le retard lié aux années de guerre et l'immensité du travail de renouvellement de voie à réaliser à partir de la fin des années 1940 est non seulement propice aux entreprises spécialisées, mais aussi au développement de la mécanisation des travaux de voie. Dans ce domaine et en France, la société Drouard apparaît comme un précurseur, son procédé mécanique étant utilisé par le réseau du Nord dès 1927. Il consiste à déposer la voie par longueurs (en général, de 18 m) appelées travures, travées ou coupons. Cette dépose vieux chars ont la vie dure ! Contrairement à une idée reçue, bien que les véhicules blindés de l'armée française de 1940 aient été balayés par la déferlante allemande de mai-juin 1940, il ne faut pas en déduire pour autant que tous ces engins ont disparu avec la défaite française ! Correspondances n°15 - 57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 76