Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
  • Prix facial : 9,50 €

  • Parution : n°15 de oct/nov 2004

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (214 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 75,0 Mo

  • Dans ce numéro : réseau breton, le dernier cheval noir.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
Les trains de voyageurs sur Paray sont supprimés le 20 mai 1940, en application de mesures de coordination rail-route. A l'heure de la débâcle, ils sont rétablis en juin 40 pour évacuer les réfugiés du Nord. Un train sanitaire équipé de voitures Pullman stationne à cet effet sur le faisceau de garage à côté du BV. Les événements s'accélérant, 133 trains passent dans les 3 jours et 2 nuits précédant l'arrivée des Allemands le 19 juin 1940. Le pont routier sur la Loire, ancien ouvrage suspendu reconstruit en béton en 1936, saute ce jour-là à 13h15 sous l'action de sapeurs polonais du Génie. Furieux, les Allemands pensent un moment fusiller une vingtaine d'otages ! C'est par le passage à niveau qu'ils pénètrent en side-car sur le trottoir central pour prendre symboliquement possession de la gare. La présence des Allemands au nord de la ligne de démarcation traversant la Saône-et-Loire, désorganise le trafic jusqu'en novembre 1942. Passé cette date, c'est toute la France qui est occupée. Peu fréquentée, la section La-Clayette- Clermain est alors déferrée dans l'hiver 42-43. La pénurie énergétique s'accentuant, relevons pour l'anecdote que la gare de Pouilly se voit attribuer par les services centraux des lampes à huile de colza "dans le cadre des économies de carbure de calcium". Des maquis s'organisent par ailleurs dans le Charolais-Brionnais, tandis que l'hôtel-restaurant Jacquet, sur la place de la Gare, va jusqu'à loger plusieurs mois durant un haut responsable de la Résistance... L'été 44 est celui de tous les dangers. Ne voit-on pas à la mi-juin un train blindé allemand entrer en gare dans un silence surréel qui frappe les témoins ! Pendant que sa locomotive 050 A carénée refait de l'eau, bon nombre de soldats, torse nu, se font dorer au soleil sur les tourelles... Directement liée à cet épisode est la destruction par le maquis du pont ferroviaire sur le Sornin le 17 juillet 1944. L'arrêt des circulations dure dès lors tout le 2e semestre 1945, temps nécessaire pour reconstruire l'ouvrage et modifier le tracé des voies (suppression des voies 6, 8 et 10, tablier réduit à une seule voie, dépôt désaffecté et transformé en garage pour la camionnette Renault du service VB). Un service voyageurs provisoire est rétabli de 1945 au service d'été 1947 sur la 50 - Correspondances n°15 section Roanne-La Clayette aux fins de pallier les difficultés de déplacement consécutives à la pénurie de carburant automobile. Ce service consiste à adjoindre une voiture ou deux au train de marchandises. Parallèlement, on met en marche un autorail Berliet du dépôt de Roanne pour assurer deux liaisons AR sur Roanne- Paray, ce qui facilite l'acheminement des ouvriers de l'Arsenal de Roanne. On le supprime au service d'hiver 1945. Après la disparition définitive des trains voyageurs au service d'été 1947, ne subsistent plus dès lors que les trains de bricole entre Roanne et Paray ainsi que sur La Clayette. FRÉDÉRIC TOUBLANC Ci-dessus  : Le train blindé immortalisé par le film "La bataille du rail" n'est pas passé inaperçu lors de la traversée de la gare de Pouilly fin juin 1944, alors qu'il remontait sur Paray-le-Monial. Capturé près de Chagny (Saône-et-Loire) en septembre suivant, le voici exposé en gare de Roanne dans l'été 1946 (Photo  : DR/Coli  : Frédéric Toublanc). Ci-dessous  : C'est pour prévenir un éventuel retour du train blindé allemand à partir de Paray que le maquis de Chauffailles opère le 17 juillet 1944 la destruction de la travée Ouest du pont sur le Sornin, à la bifurcation de la ligne de Chalon. Les poutrelles du tablier Est, au premier plan, n'ont été que partiellement endommagées lors d'une première tentative perpétrée le 5 juillet précédent (Photo  : G. Laguette/ColL  : Georges Ceaux).
patachon n°9609, partant de Roanne vers 4 h du matin pour arriver à 11 h 30 à La Clayette, où il y a repos, manoeuvres en gare l'après-midi, voire un facultatif sur l'antenne de Charolles. C'est une seconde équipe qui assure le 9610 du soir à destination de Roanne. En décembre 1949, Saint Maurice-Châteauneuf étant devenu fin de section, la machine de la desserte, devenue 9601-9602, doit revenir tender en avant et ravitailler en eau à Pouilly. La gamme des produits transportés reste variée. En Petite Vitesse, les tuiles et boisseaux fournis par les usines de Pouilly et Briennon sont chargés en gare ou sur trucks porteurs, à raison d'une douzaine par jour. On réalise des wagons complets offrant des tarifs spéciaux à prix réduit pour des charges minimales de 5 tonnes en boisseaux, tuyaux et poteries, de 10 tonnes en tuiles, briques et carreaux. Les cargaisons en palettes sont disposées sur des plats appelés "cassins". Le chef de gare y place ensuite des "mouchards" destinés à enregistrer les chocs durant le transport, ce qui permet aux clients victimes de bris de déposer des réclamations. Il y a aussi les wagons de bestiaux de Louis Thoral et de Monsieur Roche, les fourrages de René Lapilonne destinés aux chevaux des nombreuses mines stéphanoises. Ajoutons-y les sables et graviers de l'entreprise Bonnefoy, installée au pied du pont de Loire côté Pouilly. Depuis les années trente, ils empruntent une voie Decauville de 550 m de long, sur laquelle circule une rame de huit wagonnets tractés par deux chevaux. Leur contenu est basculé dans les tombereaux PLM grâce à une estacade en bois, parallèle à la voie de débord de la cour des marchandises. De son côté, la Grande Vitesse est surtout alimentée par les usines textiles. Citons la bonneterie Berthelier de Saint Nizier, qui fournit chaque jour des années 1960 des montagnes de colis ; dans l'ancienne salle d'attente du BV, on circule alors entre deux murailles ! Pour l'anecdote, mentionnons le bref retour des voyageurs au guichet de la gare, du 20 septembre 1988 à février 1989  : à cette période, notre gare délivre des billets TGV pour la desserte cordonnée rail-route entre Roanne et Paris via Le Creusot, le car SNCF marquant l'arrêt devant le BV. Une cavalerie de locomotives des plus éclectiques Devant êtres aptes au service mixte, les machines sont vouées à des vitesses commer- Ci-contre  : Vue du Poste Traction à la fin des années soixante-dix, alors que les installations sont désaffectées depuis 1946. Situé dans la courbe de la ligne vers Charlieu, dont on aperçoit au fond le PN n°1,1e bâtiment comporte une remise à deux voies sur fosse et un dortoir accolé pour les équipes de Chalon en coupure. La ligne de Paray passe à gauche du poste de Signalisation, de l'emplacement duquel est pris le cliché (Photo  : Frédéric Toublanc). Ci-dessous, de haut en bas  : - Vers 1910, cette 030 type Bourbonnais de 1869, stationne sur la voie n°6 D du Poste Traction avant d'être remisée pour la nuit. Outre l'équipe de conduite, on relève la présence d'un brigadier du service VB au centre et d'un lampiste à droite. L'éclat des tôles du corps cylindrique et des cerclages trahit un toilettage quasi irréprochable. - En 1924, la "biquette" 3433 (future 230A 33) vient d'arriver en tête du train de Chalon de 11 h 12. Bien adaptées au service mixte grâce à leurs roues de 1,65m, ces locomotives furent les reines de la ligne durant plus de trente ans. On note les tôles unissant cheminée et dôme, vestige de la cé- lèbre esthétique "coupe-vent", qui comprenait à l'origine un carénage sur la porte de boîte à fumée. À l'arrière-plan se détache le tender d'une autre 230 effectuant les manoeuvres du train de "bricole" (Photos  : DR/Coll.  : Frédéric Toublanc). Correspondances n°15 - 51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 76