Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
  • Prix facial : 9,50 €

  • Parution : n°15 de oct/nov 2004

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (214 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 75,0 Mo

  • Dans ce numéro : réseau breton, le dernier cheval noir.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
iarri 18 La lalunie" P N19. ; PL Bureau Vil. de la voie j mii=mii=iii=jun=mr=i fl2 So 4so IK cers le port sablière Bonnefoy',hie de 0,60m quant, io ; ri les, mécaniciens Grue de'Ilf hargemem die, abri r9Ï,: ; EZZP Aenue de la are puérile du garde de nuit'B errés sur voie voie e4 Pouilly-sous-Charlieu Carte de situation de la gare. sur les lignes de Paray et Clermain vière du Sornin, affluent de rive droite de la Loire. Formant un tronc commun depuis la bifurcation du Coteau à 3 km de Roanne, la ligne se dédouble en Y au-delà de ce cours d'eau, sur la commune de Saint-Nizier-sous-Charlieu. La voie est armée de rails Vignole acier type PLM-A de 34 kg/m, fournis par les usines du Creusot et de Saint-Chamond. Les besoins du trafic ont entraîné l'agrandissement des quais marchandises couvert et découvert dès novembre 1883. Mais c'est la réception de la future ligne de Chalon qui donne aux lieux leur physionomie défi- Ci-contre  : En 1937, le chef de gare Pierre Besson (1890-1977) porte beau son uniforme PLM, alors qu'il est en poste à Pont-Salomon, près de Firminy. Nommé à Pouilly-sous-Charlieu en avri11939, il y prend sa retraite en décembre 1948. Même si le logo change avec la création de la SNCF au ler janvier 1938, sa vareuse n'en garde pas moins la même coupe et le même drap, tant les habitudes sont tenaces sur cette petite ligne (Photo  : DR/Coll.  : Fernand Buisson). 46 - Correspondances n°15 (Septembre 1941) nitive, moyennant une dépense totale de 424 600 F  : bâtiment des voyageurs agrandi côté sud en 1887, adjonction d'un faisceau de trois voies de garage côté nord, création d'un dépôt de machines du fait du rebroussement nécessitant le tournage, voire l'échange des locomotives. C'est dans la courbe située entre le pont métallique de 30 m d'ouverture sur le Sornin et le PN n°1 de la ligne de Chalon par Clermain qu'est aménagé, au printemps 1888,1e Poste Traction avec remise à deux voies de 17,5 m de long, foyer et dortoir à 4 lits, pont tournant à bras de 14m, fosse à scories, grue à eau. On a prévu large pour l'alimentation en eau  : un captage de sources au bas du coteau de Saint Nizier refoule les eaux dans une conduite de 1544 m vers un réservoir maçonné de 3000 m3, creusé audessus du village voie spéciale chahm La gare de Pouilly, point de bifurcation, est classée "d'arrêt général elle est protégée par des signaux carrés à damier rouge et blanc implantés à chaque sortie, de part et d'autre de la BIFUR, ainsi qu'en venant de Roanne. dans la colline du Bois Laye. Les eaux redescendent en gare sous pression au moyen d'une conduite de 340 m de long. Outre les bornes fontaines, on trouve deux grues à eau sur les quais et deux au dépôt, dont une sous la remise. La voie principale 1 est dédoublée en voie 2 selon le type "gare voie de gauche", tandis que la voie 4 devant le BV est dite "spéciale Cha- Ult carre, ur vrne 2 idem SUI voie 4
Commune de g:g ; Communelly-sous-Charlieu de Saint-Nizier Commune de Pouilly-sous-Charlieu papillon d'aiguille carré installations traction supprimées en 1945 ainsi que V6, V8 et VIO Moulin corps de de garde des BeaeuemaY mécaniciens lon". La gare de Pouilly, point de bifurcation, est classée "d'arrêt général", elle est protégée par des signaux carrés à damier rouge et blanc implantés à chaque sortie, de part et d'autre de la BIFUR, ainsi qu'en venant de Roanne. La manoeuvre simultanée des signaux et des principales aiguilles est assurée côté sud par le Poste n°1 (type Vignier à 8 leviers), côté nord par le Poste if 2 implanté au centre de la Bifur (type Vignier à 15 leviers). La marche des trains est réglée par des cloches électriques type Leopolder installées sur Roanne-Paray dès 1884, sur Pouilly-Clermain en 1899, de type Siemens à partir de Charlieu sur Clermain-Cluny dès 1893, mais de type Leopolder sur Cluny-Chalon en 1906. L'exploitation  : les hommes, un microcosme, la famille PLM Tous les services se côtoient en gare, dans une convivialité renforcée par le relatif isolement de cette ligne un peu à l'écart. À l'Exploitation, on trouve jusqu'à douze agents en 1900, mais 6 en 1939  : un chef de gare, deux facteurs, un commis, un surveillant du service électrique, ayant en charge les piles des cloches de signalisation, et un aiguilleur. Les chefs de gare ont laissé leur nom dans les mémoires tant ils faisaient figure de notables. On peut Départementale n°10 de Roanne à Digoin Pont tournant/de 14m carré t3...I.oa Clermam citer ainsi M. Bottiau en 1911-1915, M. Gilormini dans les années 20, puis M. Masson dans les années 30, Pierre Besson de 1939 à 1948, puis MM. Jaquy, Tessot et Clerc, Mme Brossette enfin de septembre 1968 à février 1989, date de la fermeture des bureaux de la gare. Le service de la Voie est sous la responsabilité d'un Chef de District qui a son bureau à côté du PN 19  : M. Grosselin au temps du PLM, Pierre Germain en 1938. Hormis la brigade de Pouilly, confiée au chef Vial, il a autorité sur celles allant jusqu'à Paray et La Clayette. Le District de Pouilly est supprimé en 1946, dès lors rattaché à celui du Coteau dirigé par Monsieur Chanard. Enfin, le Poste Traction est administrativement rattaché au dépôt de Roanne, tout comme celui de La Clayette. Une décennie après la nationalisation, le logo PLM reste présent sur ces lignes secondaires, même sur les vareuses d'uniforme qui ont gardé même coupe, même drap et parfois les mêmes boutons... sans oublier les tampons administratifs de gare, toujours fidèles à la vieille maison. Les habitudes sont là aussi, comme celle de se retrouver au Café de la Petite Vitesse, route de Briennon, haut lieu stratégique... Lexique Parus-le-Mimai I LES TROIS SERVICES DU CHEMIN DE FER:"'es et Bâtiments. Le premier regroupe les agents des gares et des trains, à l'exclusion des équipes de conduite. Au deuxième sont rattachés les équipes de traction et le personnel des dépôts et ateliers. Le VB enfin est responsable de tout ce qui ne roule pas. Sur une ligne à voie unique, cette disposition permet de dédoubler la voie. Sur le PLM, les trains entrent en gare en prenant la voie directe de la première aiguille, c'est-à-dire la voie de gauche ; à l'inverse, la dernière aiguille est franchie en talon par la voie déviée, ce qui implique un passage à vitesse réduite à.30 km/h. na SIGNALISATION (IMPROPREMENT APPELÉ  : Édifice bas ou surélevé situé à l'entrée d'une gare et d'où l'on manoeuvre les leviers de commande à distance des lames d'aiguilles et des signaux de protection. Le PLM utilise le système Vignier et le système Saxby, du nom de leurs inventeurs. La différence entre les deux appareils réside dans le mode des manoeuvres des organes d'enclenchement (barres, taquets...) et leur action, le second permettant toutefois de concentrer plus de commandes. La garde d'un Poste est confiée à un agent du service Exploitation. Dispositif permettant d'assurer la sécurité d'exploitation sur les lignes à voie unique par des doches électriques disposées soit en console murale (type Leopolder), soit sur colonne (types Siemens). Actionnés manuellement, ces appareils transmettent des signaux acoustiques à l'aide d'impulsions de courant continu fourni par des piles. Un nombre réglementaire de coups informe les agents des gares et les gardes des principaux passages à niveau de la circulation des trains  : départ d'un train dans le sens pair ou impair, véhicules en dérive, arrêt général, annulation du signal précédent. Une liaison télégraphique, puis téléphonique, permet en outre aux agents des gares de s'assurer de l'espacement des trains, voire d'annoncer des circulations exceptionnelles tatifs", machine HLP...). gne a tculation d'une machine isolée. Train M.V. ou Marchandises Voyageurs. On dit aussi "train mixte". Cette composition, classique sur les réseaux à voie étroite, n'est utilisée que sur les petites lignes des grands réseaux. Mais elle n'a pas la faveur du public qui lui reproche les trop longues attentes dans les gares durant les ores as. "TRAIN DE BRICOLE" sur le PLM le train de marchandises AR qui collecte sur une ligne les wagons chargés et laisse les vides. Les manoeuvres sont fonction de l'importance du trafic des gares et peuvent durer de 20 minutes à 2 heures ! Correspondances n°15 - 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 76