Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
  • Prix facial : 9,50 €

  • Parution : n°15 de oct/nov 2004

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (214 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 75,0 Mo

  • Dans ce numéro : réseau breton, le dernier cheval noir.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
'TRAINS D HISTOIRE Pour manoeuvrer 1400t, l'effort nécessaire à la jante est de l'ordre de 20t, il faut donc disposer d'une masse adhérente voisine de 100 t si l'on admet que le coefficient d'adhérence est d'environ 18%. La limitation de la masse par essieu à 18 t et une puissance réduite (550 ch en régime continu) justifient une configuration CC, avec deux moteurs de traction par bogie. CC 1100  : derniers coups de bielles pour les mille-pattes des buttes Texte  : Loïc FIEUX 8 (Photos  : THIERRY LELEU N.
CONSTRUITES ENTRE 1937 ET 1948, LES DOUZE CC 1100 ONT ÉTÉ LES PREMIÈRES CC FRANÇAISES. CE SONT AUJOURD'HUI LES ULTIMES MACHINES À BIELLES DE NOTRE COM- PAGNIE NATIONALE ET LES DOYENNES DES LOCOMOTIVES SNCF, MAIS SURTOUT, ELLES CONSTITUENT LA SEULE SÉRIE CONÇUE EXCLUSIVEMENT POUR LE SERVICE DE BUTTE SOUS 1500 V. Accostages et décollages répétés assortis de marches (très) lentes prolongées ne sont pas à la portée de toutes les mécaniques ! Bien avant que le service de butte devienne le purgatoire des BB Midi et PO évincées des services de ligne, le PO a essayé de créer une série de BB de manoeuvres (E 221 à 224 devenues BB 1321 à 1324) en déclinant ses séries de BB de ligne, mais ce choix ne s'est pas révélé totalement satisfaisant. La pousse des rames débranchées sur les buttes des triages exige un important effort de traction et de l'endurance. Pour ce service, les machines à vapeur (050 T notamment) sont capables de répéter le "coup de collier" demandé à chaque décollage, mais leur emploi est dispendieux en raison de leur consommation de combustible pendant les périodes d'attente. Le PO est donc tenté dès la fin des années 1920 de recourir à la traction électrique dans ses triages électrifiés. Néanmoins, l'emploi de locomotives électriques de L conception classique - c'est-à-dire équipées d'un rhéostat - entraîne une surchauffe exagérée des résistances de démarrage en marche lente. En outre, la puissance de ces BB n'est pas pleinement exploitée - 350 kW utilisés pour une machine de 1000 kW - et leurs quatre essieux n'offrent qu'une adhérence insuffisante. À partir de 1934,1e PO développe donc une machine dédiée au service de butte. Son étude sera menée après la signature du traité d'exploitation commune PO-Midi. L'originalité à tous les étages Pour manoeuvrer 1400t, l'effort nécessaire à la jante est de l'ordre de 20t, il faut donc disposer d'une masse adhérente voisine de 100 t si l'on admet que le coefficient d'adhérence est d'environ 18%. La limitation de la masse par essieu à 18 t et une puissance réduite (550 ch en régime continu) justifient une configuration CC, avec deux moteurs de traction par bogie. La caisse des CC de butte repose sur deux trucks attelés entre eux et portant les organes de choc et de traction (configuration C+C). Seuls les essieux extrêmes de ces trucks sont munis d'un moteur de traction, les trois essieux d'un truck étant accouplés par bielles. Ce principe sera repris à la fin des années 1940 pour les C 61000. Si le train roulant est très spécifique, le schéma électrique l'est tout autant. Pour éviter le recours à des résistances de démarrage et ajuster avec précision la tension aux bornes des moteurs, les CC de butte font appel à un groupe tournant moteur-générateur Ward- Leonard AB 620. Avec cet équipement, le courant délivré par la caténaire alimente le moteur du convertisseur, qui lui-même entraîne une génératrice qui débite un courant dont Page de gauche  : Une CC 1100 presque dans son état d'origine, il y a 20 ans. La machine a déjà reçu l'attelage automatique de manoeuvres. Ci-dessous  : De profil, la configuration d'essieux C+C est bien visible. Près des portes, une étiquette jaune prévient les agents de manoeuvres du risque d'engagement du gabarit.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 76