Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
Correspondances ferroviaires n°15 oct/nov 2004
  • Prix facial : 9,50 €

  • Parution : n°15 de oct/nov 2004

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (214 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 75,0 Mo

  • Dans ce numéro : réseau breton, le dernier cheval noir.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
L'INDUSTRIE desTRAMWAYS Teléphone  : 5 60 - 58 Ci-contre  : Une publicité Art Nouveau qui est presque une affiche. La revue "L'industrie des tramways et chemins de fer" incite ses clients à passer par ses services de création artistique, 1910 (Coll.  : Jean-Marc Combe). Cappiello reprendra, lui aussi, exactement ce thème et à la même période, mais avec une composition à l'inverse de celle de Privat-Livemont, sur une affiche pour le pneu-vélo Baudou. Une sirène appétissante émerge de l'eau en présentant un pneumatique ; le grand hôtel de Cabourg étant remplacé ici par des usines dont les cheminées à chapiteau vomissent de la fumée, le tout dans un climat général fait d'un rouge et d'un bleu violent et tranché, lui aussi étrange et prenant. Assez curieusement, les affiches pour Trouville Deauville la station voisine et concurrente de Cabourg, étaient généralement plus sages mais leur impact, fut également important. Il existe une célèbre affiche anonyme de 1892 pour l'Ouest, avec une naïade "en cheveux" comme on disait alors, dont la charge érotique est moindre par rapport à celles de Cabourg. Le texte précise que la station est atteignable en 4 h depuis Paris, sans doute par le fameux express du samedi, connu du grand public sous le nom de "train jaune", autrement dit le train des cocus ! Dans un charmant récit, publié en 1929 seulement et intitulé "Les Français en voyage", le romancier René Boylesve (1867-1926) insiste de manière presque involontaire sur l'impact de la publicité de la Cie de l'Ouest  : "Le lieu de villégiature ordinaire de M. et Mme Hector de Chandoyseau est celui de tout le monde. Ce fut Aix-les-Bains, du temps que l'on y retrouvait l'orchestre de Colonne... Plus tard, ils allèrent à Trouville, station si commode, desservie par des trains spéciaux, à quatre heures seulement de Paris" (5). On ne présente plus Alfons Mucha (1860 1939). C'est l'un des affichistes "1900" parmi les plus connus du grand public. Il est ou a été l'objet de dizaines d'expositions et de publications et pour avoir le plaisir d'encadrer l'un de ses originaux chez soi, il est préférable d'être riche... très riche. Lui aussi a travaillé pour le chemin de fer, avec un point de vue qui approche celui de Privat-Livemont, mais avec un traitement graphique autrement plus sophistiqué. Son affiche pour Monaco Monte- Carlo, datée de 1897, fut tellement admirée que, dès sa sortie, elle fut immédiatement ré- Chemin de Fer (5) René Boylesve, Les Français en voyage, Éditions Mornay, Paris, 1929 (p. 9 et 10). 15, rue de Madrid,PAR1S(e)
Ci-contre  : La frilosité artistique des services publicitaires des grands constructeurs de locomotives se manifeste ici avec ce placard banal, sans accroche et surchargé d'informations, pour la SACM, vers 1905. La locomotive est une 230 à voie métrique pour l'État algérien(Coll.  : Jean-Marc Combe). imprimée à l'attention des collectionneurs, par la revue "La Plume", mais sans les textes d'information (6). Si bien qu'on oublie qu'il s'agit d'une affiche commandée par le PLM. Le texte supprimé précisait du reste que le trajet durait 16 h par train de luxe, mais qu'il existait aussi, pour le même trajet Paris-Monaco, des billets circulaires ainsi que des billets de famille aller-retour à prix réduits ; première tentative de la part du PLM non pas de démocratiser la Côte d'Azur, mais de la rendre accessible même à la classe moyenne. L'affiche est absolument magnifique  : une jeune femme accroupie, les épaules nues, les yeux levés, les mains jointes sous le menton et la chevelure fleurie, pose typique de l'Art Nouveau, semble émerveillée par ce qu'elle voit. Derrière elle, on aperçoit la baie de Monaco et à droite, les montagnes brunes de Provence. Mais, ce thème iconographique, somme toute classique, est au centre d'une sorte de tourmente florale faite de grandes roues à la stylisation végétale hardie, reliées entre elles par des tiges incurvées mêlant lilas, hortensias, oeillets et violettes. Il s'agit bien sûr d'une composition allégorique censée évoquer l'éveil du printemps sur les rives de la Méditerranée. Mucha avait d'autres talents. Il photographia beaucoup les modèles qu'il utilisait, dans des poses variées, de façon à pouvoir travailler à partir de l'attitude qui l'intéressait. Il est possible d'identifier dans cette collection plusieurs jeunes femmes dans la robe et l'attitude de l'affiche Monaco-Monte-Carlo. Ici, l'érotisme n'est pas généré par une exposition de la nudité, mais au contraire par une idéalisation de l'image de la femme, utilisée comme une arme de séduction auprès du public. Toutes les affiches de Mucha délivrent ce genre de message subliminal, d'où leur succès de réédition qui va en s'amplifiant, en réaction avec l'utilisation massive de la photographie, telle qu'aujourd'hui pratiquée en publicité. Après les beautés torrides, mais sans secret de Privat-Livemont, lequel ira encore beaucoup plus loin dans la pro- (6) Catalogue Exposition Mucha, Paris, Grand Palais, février à avril 1980, Réunion des musées nationaux éditeur (N°55 du catalogue et page 112). (SOCIÉTÉ ALSACIENNE CONSTRUCTIONS MÉCANIQUES SIÈGE SOCIAL A BEL I)011ter MAISON à, PARIS, Chemins 4, Rue de Vienne. de fer Algériens de l'État Locomotive à voyageurs à 6 roues accouplées et bogie. Voie d'un métre. Poids à vide  : 31 tonnes b. -MÉCANIQUE CHAUDIERES — MACIUNES A VAPEUR — MOTEURS A GAZ — MACHINES -OUTILS MACHINES POUR L'INDUSTRIE TEXTILE LOCOMOTIVES ET MATÉRIEL DE CHEMINS DE FER — CRICS — VÉRINS. ELECTRICITE DYNAMOS de toutes puissances et pour tous genre, de courant — TRANSFORMATEURS — CONVERTISSEURS — COMMUTATRICES — SUVOLTEUAUTOMATIQUES pour lignes de tramways — S'Item:muas pour courants triphasés- Tableaux et appareillage pour haute et basse tension TREUILS, POMPES et MACHINES D'EXTRACTION ÉLECTRIQUES — TRACTEURS — CABESTANS — TRANSBORDEURS ÉLECTRIQUES — LOCOMOTIVES ÉLECTRIQUES — COMMANDE ÉLECTRIQUE DES LAMINOIRS — MOTEURS SPÉCIAUX POUR FILATURES, TISSAGES, IMPRIMERIES — FILS — CABLES ISOLÉ — vocation avec une autre célèbre affiche pour l'absinthe Robette (la femme et l'alcool !) et celles, plus chastes mais persuasives, de Mucha, restait à explorer le genre "canaille" comme on disait à l'époque, ce qui ne tardera pas avec une affiche de Fernand Bac, commandée par le chemin de fer du Nord, en 1897, pour la station balnéaire de St-Quen- GABLES ARMÉS. tin-Plage, dans la Somme, c'est-à-dire un endroit beaucoup fréquenté, dès son ouverture, par une clientèle populaire utilisant les trains à bon marché "un dimanche à la mer" dont la popularisation au-delà de cette clientèle était loin d'être évidente. Ici, une belle jeune femme, appartenant à une classe sociale aisée est, au sens propre, dévêtue par sa femme Correspondances n°15 - 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 15 oct/nov 2004 Page 76