Correspondances ferroviaires n°10 déc 03/jan 2004
Correspondances ferroviaires n°10 déc 03/jan 2004
  • Prix facial : 9,50 €

  • Parution : n°10 de déc 03/jan 2004

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (212 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 107 Mo

  • Dans ce numéro : le temps des cabines rondes.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
Ci-dessus  : TYPE 1929/30 2050 _L 5900 2050 i=565- 11130 4 1.0 —t 10000 Ces wagons spécialisés au transport des primeurs ont été obtenus en 1929/30 en partant de couverts de grande capacité et de grand empattement construits dès 1900 pour le PLM. Ils ont servi de modèle à une importante lignée de couverts à primeurs, séries OCEM 29 d'abord puis SNCF type Standard D. Leurs caractéristiques assez voisines de celles des wagons plus modernes les ont fait maintenir en service jusqu'aux années 70 (Texte  : Marcel Le Guay/Dessin  : Claude-Yves Cordier). Numérotations successives Origine Transformation SNCF (1949) SNCF (N°UIC prévu) PLM Kzu 110 717 PLM Fau 40001 SNCF F 234 300 21 87 160 2 200-x à 110 891 à 40173 à 234 479 à 2 299-x Ghs 5 65 wagons vides. Compte tenu des productions spécifiques de certains terroirs, leurs gares sont implicitement spécialisées. C'est le cas de Le Thor, qui est la gare du chasselas doré et sucré, alors que Beauchastel est celle de la grosse pêche et parfumée issue de la vallée de l'Eyrieux. La STEF et les primeurs Outre une amélioration significative de la conservation des fruits et légumes, le froid limite les pertes de masse par évaporation. D'où l'intérêt d'un acheminement de ces marchandises par wagons réfrigérants. Ces wagons appartiennent à la STEF (Société des 62 - Correspondances n°10 Transports et Entrepôts Frigorifiques) et sont chargés d'au moins deux tonnes de glace afin de maintenir la température des marchandises transportées. Un tel transport a pour origine un entrepôt frigorifique (il yen a alors à Lyon, Toulon, Valence ou Avignon), où les primeurs sont refroidis avant d'être chargés, ce refroidissement ne devant pas être confié aux wagons réfrigérants, qui ne disposent de bac à glace que pour le maintien d'une température basse et non pour l'abaissement de la température du chargement. En 1931, les gares PLM n'ont expédié que 236 t de primeurs par wagon réfrigérant contre 8530 t en 1941 pour la région Sud-Est SNCF. Ce tonnage est à comparer au tonnage total de primeurs expédiés par la région Sud-Est SNCF au cours de la même année (485 000 t). Cette faible proportion d'expédition par wagon réfrigérant s'explique par le développement en cours des transports sous température dirigée. Pour les primeurs, l'emploi de wagon réfrigérant est - à la fin des années 1930 - en train de devenir la règle pour les ventes à l'exportation. Il faut toutefois remarquer que la STEF a d'abord donné la priorité à des denrées autres que les primeurs. Ainsi, au cours de l'année 1931, la STEF a transporté 268 400t, dont 239 100 t correspondent à des produits laitiers, de la viande, du poisson, de la bière et de la glace. Si les bananes représentent à elles seules 20 600t, il ne reste plus que 8700 t pour les "denrées diverses" ! En 1931, la STEF annonce clairement que l'un de ses axes de développement pour les années à venir sera le transport des primeurs. En 1936, à la fin de la dépression économique des années 1930, les exportations vers l'Angleterre tentent de reprendre. On emploie alors pour certains produits des cadres réfrigérants avec préréfrigération de
la marchandise (pêches, raisins, etc.) Bien que cela puisse sembler marginal, on remarque en 1933 l'ajout de wagons réfrigérants aux trains de messageries Nice/Paris, afin de transporter dans de bonnes conditions les fleurs de la Côte d'Azur. En effet, celles-ci sont pénalisées par rapport à la production hollandaise, qui jouit d'un avantage géographique et se montre de plus en plus agressive sur le marché parisien, entre autres en raison de la régression du marché anglais. Quittant Nice à 20h15 et desservant Cannes à 21h36, ce train de messageries comportant des wagons STEF chargés de fleurs arrive à Paris le lendemain à 21h47. L'acheminement Qu'il s'agisse de wagons complets ou de colis, l'acheminement des primeurs exige une grande rapidité, compte tenu de la nature périssable des produits, ainsi qu'une régularité sans faille liée aux heures de mise en vente sur les marchés destinataires. Afin de répondre à ces besoins spécifiques, le PLM crée en 1910 une organisation spéciale de trains de primeurs. Trente ans plus tard, ce système d'acheminement reste en vigueur, non sans avoir été amélioré. La production étant disséminée et diversifiée, chaque gare expéditrice doit pouvoir en-... 9(L 2000 1 21 RIV SI SNCF 1 -E - Ci-dessous : TYPE FERRY PLM 34 et OCEM Savez-vous que c'est pour éviter le transbordement des denrées périssables entre la France et l'Angleterre, qu'un premier service de ferry fut ouvert à titre provisoire, en 1934, entre Calais et Harwich ? Afin de pouvoir réaliser ce nouveau service dans de bonnes conditions, le PLM fit construire en 1934/35, une série de 400 couverts spéciaux adaptés au gabarit anglais et aux normes britanniques de circulation (frein à vide notamment). Durant la dernière guerre, 1500 wagons semblables, mais aux normes OCEM, furent construits entre 1941 et 1944. La plupart d'entre eux ne reçurent le frein à vide que, lorsque la guerre terminée, le trafic direct par ferry put être rétabli. Tous ces wagons possèdent des anneaux d'arrimage et un frein d'immobilisation, à levier (Texte : Marcel Le Guay/Dessin : Claude-Yves Cordier). Numérotations successives 21 87 219 7 001-3.Hfhks 7.21 ex-HFA 85600 ex-Fagu 479000 ex-Fasu 249000 à 7 849-5 à 86599 à 480000 à 249999 1941 21 87 219 8 001-7.Hfhks 7.21 ex-HFA 86600 ex-Fagu 473100 U à 8174-4 à 86799 à 473300 1941/2 21 87 219 8 175-1.Hfhks 7.21 ex-HFA 86800 ex-Fagu 473301 U à 8 449-8 à 87099 à 473600 1942/4 21 87 219 8 501-6.Hfhks 7.65 ex-HFA 87100 ex-Fagu 475001 U à 8 850-7 à 87499 à 475000 1934/5 iommos MM.i. el,._4., voyer sa marchandise vers n'importe quel centre de consommation. Il est donc nécessaire d'optimiser le service de ramassage dans les diverses gares expéditrices, puis d'assu-, -4 i 6000 2000 11180 rer dans un triage le rassemblement des éléments ramassés (wagons ou colis), avant de mettre en place un service de trains acheminant ces wagons ou colis vers leurs destina- Correspondances n°10 - 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 1Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 2-3Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 4-5Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 6-7Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 8-9Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 10-11Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 12-13Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 14-15Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 16-17Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 18-19Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 20-21Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 22-23Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 24-25Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 26-27Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 28-29Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 30-31Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 32-33Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 34-35Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 36-37Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 38-39Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 40-41Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 42-43Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 44-45Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 46-47Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 48-49Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 50-51Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 52-53Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 54-55Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 56-57Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 58-59Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 60-61Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 62-63Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 64-65Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 66-67Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 68-69Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 70-71Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 72-73Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 74-75Correspondances ferroviaires numéro 10 déc 03/jan 2004 Page 76