Coopération n°8 17 fév 2020
Coopération n°8 17 fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de 17 fév 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 24,2 Mo

  • Dans ce numéro : avoine et superaliments, concentré de force.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
\'‘r, o 1.4 Se ressourcer. Être heureux. La nouvellemarquesuissepour un confortdesommeil exclusif et régénérant. ENERGIE ACTIVE DES ZONES ET SENSATION DOUCE DE LA SURFACE DES SUPERPOINTS POUR DE SUPER AVANTAGES. www.supercard.ch CONFORT DESUSPENSION PERSONNALISABLE Nouvelle technologie de mousse : thermoactivité encore plus élevée, soutien encore plus efficace et durable. L’architecture verticale du matelas et le sommier forment l’eSystem unique. dès1599.–* au lieu de 2099.– Matelas energy degré dedureté : medium, 90×200 cm, 6.389.040. Disponible dans d’autres dimensions, degrés de dureté etenversion anallergique. dès399.–* au lieu de 549.– Sommier energyFlex 1 Avec confort de suspension personnalisable &tête réglable, 90×200 cm, 6.520.198. Disponible dans d’autres dimensions. Avec eBoard etpieds pour montage en lit. Revêtement eBoard, décor blanc, 90×20 cm, 6.389.368. CHF 119.–* au lieu de CHF 149.–, pieds energy, hêtre noir, H20cm, 6.389.177. CHF 59.90* au lieu de CHF 79.– LiviQue Habitez comme vous vivez. Altendorf/Pfäffikon,Allaman, Bern-Bethlehem, Biel-Bienne,Cham, Carouge/Genève,Chur, Dietlikon, Dübendorf, Egerkingen, Emmenbrücke, Frauenfeld, Hinwil,Kreuzlingen, Lyssach, Matran, Montagny-Chamard, Neuchâtel,Oberentfelden, Pratteln, Spreitenbach, Sierre, St.Gallen, Thun, Villeneuve. *Valable jusqu’au 23.03.2020 seulementpourles nouveaux contrats : Valable sur le mobilier de chambre àcoucher adulte et enfant, les matelas, sommiers etstudios. Prestations de service, cartes-cadeaux, articles déjà à prixréduits et articles MyDeal exclus.Non cumulable avec les rabais sur lesarticles des catalogues fournisseurs et lesautres rabais.Rabaisdéjà déduit.
INTERVIEW OCÉANEDAYER ÷ peut pas dire que nous soyons un pays de manifestants ! Comment sentez-vous cette jeunesse ? Arrivent-ils àavoir espoir dans le futur ? Pour certains, c’est très difficile.Ils sont angoissés. J’étais invitée àune conférence où il yavait deux jeunes intervenants. L’un d’eux adit : « On veut faire quelque chose pour sauverlevivant. S’il faut sacrifier notregénérationetlasuivante, ce n’est pas grave. Onest prêts. » Mais commentenest-on arrivéslà ? On lit dans la presse des témoignages de jeunes femmes qui veulent se faire stériliser parce qu’avoir un enfant n’est pas écolo. Qu’en dites-vous ? Je ne connais pasces personnes. Mais ce quejeconstate, c’estque notresociété a encorebeaucoup de peine àaccepterles gens quidisentnepas vouloir d’enfant, surtoutsic’est une femme ! Vit-on un conflit de générations ? Je ne crois pas. Ilyades jeunes qui pensent comme des vieux etinversement… Mais il est vrai quenoussommes face àdes jeunes qui veulent quelque chose,etqu’il yaun « vieuxmonde » qui dit : « Non, ça, on ne peut paschanger. » Si on ne veut pasles écouter,quelle marge de manœuvre leur reste-t-il ? Pensez-vous que les manifestants vont se radicaliser ? Je ne croispas. Ils aspirentàune société nouvelle et pacifique. Ce qui est en revanche certain, c’est que sionne bougepas, la violence va augmenter, pas àcause des manifestants, mais des mouvements de populations, des régions devenues invivables. Ça va pousser les gens dans leurs retranchements. Etes-vous donc une « prophète de malheur » comme Donald Trump aappelé GretaThunberg ? (Rires) Je ne pense pas. Notre objectif avec Swiss Youth for Climate (SYFC) a toujours été d’être positifs. (Elle claque des doigts comme si elle battait la La Genevoise, ici place Bellevue àZurich, agrandi dans une famille où la télé était proscrite : « J’ai sans doute plus lu et beaucoup joué dehors. » mesure). On veut évidemment tirer les sonnettesd’alarme,mais aussi montrer des solutions. Aquoi sertSYFC ? Adonner une voix àlajeunesse dans les débats surlechangementclimatique, autant àl’international qu’enSuisse, et ainsi assurer la mise en œuvre d’une politiqueclimatiqueambitieuse et juste. Ce n’est pas vous qui organisez les manifestations ? Non. La grève duclimat est un mouvement large de la société civile. Aujourd’hui, les gens actifs sont souvent dans lesdeuxmouvements. Et vous ? Plus aucun, je suis trop vieille ! (Rires) Qu’est-ce qui amotivélacréation de SYFC en 2015 ? Je voulais que des jeunes Suisses puissent être présents àlaCOP21 de Paris, pour discuteravecd’autresjeunes, et mettre lapression sur ladélégation suisse. On adûsebattre, mais on yest arrivés. Et maintenant,ilyaune représentantedelajeunesseauseindecette mêmedélégation ! C’est unevictoire. Vous verra-t-on un jour en politique ? C’est bien possible,oui. Dans quel parti ? Je n’ai pasencorechoisi. Vous habitez Zurich, qu’aimez-vous dans cette ville ? Le côté grandeville.Les gens de Londres ou Berlin vont rire. MaispourlaSuisse, Zurich est la seule grande ville. Vous allez blesser les Genevois… Je ne croispas. Ils n’ontpas l’impression de vivredans une grande ville,mais dans la meilleureville du monde ! ○ SON PARCOURS 1989 Naissance (GE) 2008 Matu latin-français 2011 Annéed’études àBerlin 2015 Fonde SwissYouth for Climate 2016 Master Sciences de l’environnement EPFZ 2017 Responsable politique au WWF Suisse 2018 Coprésidente Sustainable Development SolutionsNetwork CH Coopération N°8du18février 2020 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 1Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 2-3Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 4-5Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 6-7Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 8-9Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 10-11Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 12-13Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 14-15Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 16-17Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 18-19Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 20-21Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 22-23Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 24-25Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 26-27Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 28-29Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 30-31Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 32-33Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 34-35Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 36-37Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 38-39Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 40-41Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 42-43Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 44-45Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 46-47Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 48-49Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 50-51Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 52-53Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 54-55Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 56-57Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 58-59Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 60-61Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 62-63Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 64-65Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 66-67Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 68-69Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 70-71Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 72-73Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 74-75Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 76-77Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 78-79Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 80-81Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 82-83Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 84-85Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 86-87Coopération numéro 8 17 fév 2020 Page 88