Coopération n°51 17 déc 2019
Coopération n°51 17 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°51 de 17 déc 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 112

  • Taille du fichier PDF : 30,5 Mo

  • Dans ce numéro : repas de fête réussir sa soirée de Noël.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 104 - 105  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
104 105
PORTRAIT MYRIAMDUC La rage de vivre Avec son parcours cabossé et son cœur cassé,Myriam Duc ne partaitpas avec les bonnes cartesdanslavie.Et pourtant,c’est un vrai messagederésilience qu’elle livre. TEXTE MÉLANIE HAAB PHOTO VALENTIN FLAURAUD Elle ades tatouages surlapeau : un cœur avec une brèche de laquelle s’envolent desoiseaux, quilui rappelle qu’elle puise sa forcedes épreuvesqu’elle aeuàsurmonter ; et un soleil, qui représente la paix intérieure qu’elle atrouvée sur sa route. Aeux seuls, ils racontent Myriam Duc (25 ans), sa personnalitésolaire, son cœur cassé et les ailes qui lui poussent dans le dos pour voler toujours plus haut,toujours plus loin. Tout avait mal commencé pour le petit oiseau,qui aperdu biendes plumes dans le nid familial, dénué de douceur. Elle grandit entreles coups, les remontrances, le mobbing. A15ans, on luidiagnostique unsyndrome d’Ehlers-Danlos (SED), une maladieorpheline quifragilise les organes àcause du manque de collagène qu’elle induit. Les médecins mettent, pour lapremière fois, le mot « maltraitance » sur son vécu. Deux ans plus tard,elle compose le 117pourfuir la violence domestique. La suite n’est pas un long fleuve tranquille pour autant. Elle vit de squat ensquat, avec parfois 25 francs en mains pour tenir un mois. De cette période sombre, elle gardesurtoutlesouvenir des personnes bienveillantes quisesontoccupées d’elle et l’ont aidée àserelever. Entre-temps, elle a terminé ses études, travaille comme secrétaire médicale àLausanne et vit dans son propreappartement. Une nouvelle vie commence Pour évacuer les émotions qui lasubmergent, elle se met ausport àhaut niveau et se lance des défis : aller voir la mer àvélo,traverser les Alpes au pasde course,participer àdelongs trails. Mais en 2016, la maladielarattrape.Ellesubit deux opérations du cœur. Ses amis viennentlui remonterlemoral àl’hôpitalàcoup de partiesdeUno. A peine rétablie, contre l’avis des médecins, elle se metàla boxe et part en auto-stop jusqu’au Sri Lanka. Durant ce voyage, soudain, elle sent que quelque chose achangé. Elle atrouvélapaix intérieure. « Labase du bonheur, c’est avoirun coin pour dormir, quelque chose àmanger, un environnement stable et aimant, raconte-t-elle.Puis,c’est aussi une question de perception des choses. Dans la même journée, ilyades événements négatifs et positifs. Je me focalise sur le positif et utilise le négatif pour en tirer une leçon quimepermette d’évoluer. » Elle afaitduchemin, elle quisesentait nulle,moche et inutile,mais mesure encoreladistanceàparcourir. « Avant,je La boxe l’a aidée àse recentrer et àévacuer ses émotions négatives. MINI-QUESTIONNAIRE 1. Que feriez-vous s’il ne vous restait plus que 6mois à vivre ? Ce que je fais déjà : vivre àfond, manger du chocolat et transformer mes rêves en réalité. 2. Votre bruit préféré ? Le silence de la nature. 3. Un beau souvenir ? Le jour où j’ai trouvé la paix intérieure. 4. Votre mot préféré ? « Oups » 5. Votre plat préféré ? En tout cas pas celui du plongeoir ! 6. Le désir que vous aimeriez réaliser ? Egoïstementparlant, faire un combat sur un ring. Sinon,transmettre un message de tolérance autour de moi. 104 Coopération N°51 du 17 décembre 2019
devais toujours en faire unmaximum. Je n’ai pas appris àavoir des relations stables. Je peux êtreblessante avec mes amis sans faire exprès. J’ai encore des fois l’impression de ne pasêtreaimée. » Pourtant, ses amis sont géniaux et feraient n’importe quoi pour elle,comme lancer une cagnotte pour la rapatrier du bout du monde en cas de problème. « Mais je ne peux pas les prendre pour mes parents », souligne-t-elle. Objectif:montersur le ring Son amour pour la boxe est le fruit du hasard. Lephysiothérapeute, qui la suit depuis de longues années, la trouve un jourabattuepar le chagrin et luiordonne de taper dans un ballon. Dans le boxd’à côté, setrouve justement legérant d’un club de boxe,Jamal, quidevient son mentor. « La boxe mepermet de garder l’objectif, d’apprendreàrester debout et lucide malgréles chocs, au lieu de fuir.Oui, on se prend des coups, mais la vieaussi, ça fait mal. » Son prochain défi : obtenir sa licence pour mener un premier combatamateur,àraison de six jours d’entraînementshebdomadaires. Pour cela, il lui manque l’accorddeson médecin. Ellen’a aucun doutedel’obtenir. « Le pauvre sait assez bien àquel point jesuis têtue », rigole-t-elle. Car ce que Myriam Duc n’a pasencoredit,c’est qu’unfildedeuxcentimètres surson aortepeutprovoquer à tout moment unAVC. Qu’une nouvelle opérationducœurdevrait intervenir àun moment ou àunautre, selon lavitesse d’usuredecelui-ci. Le SED rôde toujours. Depuis petite, elle écrit. D’aborddans un journal intime, puis sur un blog, jusqu’à lapublication en novembre de son livre « Itinéraire d’une survivante » (Ed. Favre). « L’écritureagit comme une thérapie.Sionm’avait mis un livresimilaire entre les mains, plus jeune, cela m’aurait beaucoup aidée. » Aujourd’hui, elle afaitlapaix avec la petite fille qu’elle était. Elle adécidé aussi de pardonner àses parents, même si leur relation demeure très compliquée. « Aujourd’hui encore, je détourne le regard dans la rue quand je vois une jeune maman avec son bébé.Çamefait trop mal. Il yatoujours une raison pour que jeretombe, j’aibesoin de regarder devant, cela medonne del’énergie. Je veux dire aux gens blasés d’éviter de s’enliser et de se battre pour mener la viequi leur correspond. Je ne croispas àlachance,jecrois àlaragedevivre. » ○ Coopération N°51 du 17 décembre 2019 105



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 1Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 2-3Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 4-5Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 6-7Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 8-9Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 10-11Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 12-13Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 14-15Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 16-17Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 18-19Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 20-21Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 22-23Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 24-25Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 26-27Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 28-29Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 30-31Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 32-33Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 34-35Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 36-37Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 38-39Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 40-41Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 42-43Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 44-45Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 46-47Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 48-49Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 50-51Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 52-53Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 54-55Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 56-57Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 58-59Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 60-61Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 62-63Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 64-65Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 66-67Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 68-69Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 70-71Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 72-73Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 74-75Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 76-77Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 78-79Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 80-81Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 82-83Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 84-85Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 86-87Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 88-89Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 90-91Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 92-93Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 94-95Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 96-97Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 98-99Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 100-101Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 102-103Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 104-105Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 106-107Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 108-109Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 110-111Coopération numéro 51 17 déc 2019 Page 112