Coopération n°51 15 déc 2020
Coopération n°51 15 déc 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°51 de 15 déc 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 23,8 Mo

  • Dans ce numéro : table de fêtes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
ACTUEL SCHLAGWORT Encore trop peu de producteurs de pommes de terre sont enregistrés auprès d’IP-Suisse. Une coccinelle engagée La coccinelle figurantsur les produits Coop signifieque leurs méthodes de production sont respectueuses de l’environnement. Les explications d’AndreasStalder,présidentd’IP-Suisse. Certains produits suisses de la marque propre Coop Qualité&Prix arborent désormais la coccinelle IP-Suisse sur leur emballage, parmi lesquels du lait, de la crème,dusucre, de la farine blanche et de la farine àtresse, ainsi quedupain des boulangeries maison de Coop. De plus, àpartir de 2021, la viande de porc Naturafarmrépondra également aux directivesIP-Suisse –IPsignifiant « production intégrée ». Andreas Stalder : qu’entend-on par « production intégrée » ? La production selon les directives d’IP- Suisse signifie que nous, agriculteurs, n’appliquons que la protection des cultures nécessaireetlamoins contraignante possible. Nous avons réalisé il yatrente ans qu'il ne pouvait pas ne pas y avoir de limites à l’utilisation de pesticides chimiques de synthèse. A l’époque, cependant, le marché n’était pas encore prêt pour detelles considérations, c’est-à-direque les agriculteurs n’étaient pasindemnisés pour les coûts supplémentaires. Le marché est-il suffisamment mûr aujourd’hui ? Oui. Au final, IP-Suisse vise également àgarantir que les agriculteurs soient rémunérés pour leur travail supplémentaire. Et àceque les consommateurs soient prêtsàparticiper.Cequi est clairementlecas. Qu’est-ce donc que ce travail supplémentaire ? Dans la production agricole, ils’agit avant tout delalutte contre les mauvaises herbes. Pour les céréales, mais aussi le maïs, la betterave àsucre ou les pommes de terre, il faut éliminer les mauvaises herbes mécaniquement, parfois même àlamain. Ce quiserait beaucoup plus rapide et plus efficace en pulvérisantdes pesticides. 64 Coopération N°51 du 15 décembre 2020
e lie 7i » 'nenie Andreas Stalder (63ans) Président d’IP-Suisse Quels sont les bénéficiaires des achats de produits IP-Suisse ? Les principauxbénéficiaires sontlanature, ainsi que, bien sûr, leconsommateur etl’agriculteur. IP-Suisse est un processus de production quiprotège les auxiliaires. C’est pourquoi nous avons égalementchoisi de fairefigurer la coccinelle surlelogo. Unecoccinelle mange environ 1000 pucerons au cours desa vie. S’il yatrop peu decoccinelles, les pucerons prennentledessus. Que signifie IP-Suisse pour les animaux et pour le bien-être animal ? Nos normes sont clairement plus Des PAROLES ACTES ACTE N°392 Travailler main dans la main avec IP-Suisse Nous proposons de plus en plus de produitsdenotre propre marque Qualité &Prix qui ont reçu le label IP-Suisse. Le label est synonyme d'agriculture respectueuse de la nature et des ressources, et distingue les produits issus de cette production respectueuse de l’environnement et des animaux. www.des-paroles-aux-actes.ch/392 strictes que les exigences fédérales en matièredebien-êtreanimal. Le principe veut que tous les animaux puissent s’ébattre régulièrement en plein air. Par exemple, les vaches laitières disposent d’un accès sécurisé aux pâturages, les porcs d’engraissement ont des possibilités d’activités et les stalles doivent comporterdelalitière, pour ne citer quequelquesexemples. Des produits importés peuvent-ils arborer le label IP-Suisse ? Non. IP-Suisse ne concerne quedes produits 100% suisses. Nous avons eu des demandes d’Allemagne,oùles consommateurs ne peuvent choisir qu’entre l’agriculture biologique etl’agriculture intensive,sansrienentre les deux. Mais IP-Suisse reste purement suisse. Nous produisons sous ce label autant que ce que le marché intérieur consomme. Heureusement, cette proportion augmente, même si le marché des denrées alimentaires est très sensible aux prix. Coopération N°51 du 15 décembre 2020 65 PHOTOS GETTY IMAGES,HANSPETER JOST ACTUEL DESPAROLES AUXACTES Mais de plus en plus de gens se rendent compte qu’il est nécessaire depayer un prix raisonnable pour leur nourriture si l’on veut que les agriculteurs soient respectueux del’environnement dans leur processus de production. Qui contrôle que vospromesses sont tenues ? Des organes de contrôle accrédités des cantons. La Protection Suisse des Animauxvaégalementeffectuerdésormais des contrôles inopinés auprès des éleveurs. Combien d’agriculteurs en Suisse produisent selon les directives IP-Suisse ? Actuellement, 18 500 agriculteurs sont enregistrés auprès d’IP-Suisse, soit près d’un tiers de tous les agriculteurs en Suisse, mais seulement 10000 environ peuvent produire pour IP-Suisse. On ne peut vendre davantage pour le moment. Les agriculteurs de BioSuisse et d’IP-Suisse cultivent ensemble environ 40à50% de la superficie agricole totale de la Suisse,avecdegrandes différences selon les cultures. Ensemble, nous couvrons environ un tiers de la demande suisse de céréales, alors quelaproportion est insignifiante pour les pommes de terre. Pendanttrop longtemps, l’opinion qui aprévalu ici était queles pommes de terrecultivées sans herbicides ne pouvaient pas être vendues. Il est maintenant évident que les consommateurs sonttrèsintéressés par les aliments produits de façon durable. C’est pourquoi je pense que les pommes de terre ont également un grand potentiel. ○ TCO



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 1Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 2-3Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 4-5Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 6-7Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 8-9Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 10-11Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 12-13Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 14-15Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 16-17Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 18-19Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 20-21Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 22-23Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 24-25Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 26-27Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 28-29Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 30-31Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 32-33Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 34-35Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 36-37Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 38-39Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 40-41Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 42-43Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 44-45Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 46-47Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 48-49Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 50-51Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 52-53Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 54-55Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 56-57Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 58-59Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 60-61Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 62-63Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 64-65Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 66-67Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 68-69Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 70-71Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 72-73Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 74-75Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 76-77Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 78-79Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 80-81Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 82-83Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 84-85Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 86-87Coopération numéro 51 15 déc 2020 Page 88