Coopération n°49 6 déc 2016
Coopération n°49 6 déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de 6 déc 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 144

  • Taille du fichier PDF : 50,4 Mo

  • Dans ce numéro : ces Suisses pendulaires.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
30% surtoute la confection, accessoires * compris *hors sous-vêtements,chaussures, montres etbijoux. Offre valable jusqu’au 11.12.2016, dans la limite des stocks disponibles. Non cumulable avec d’autres rabais ouavantages. Aarau, Baden, BaselamMarktplatz, BaselPfauen, Bern Marktgasse, Bern Ryfflihof,Biel/Bienne,Chur, Kriens Pilatusmarkt, Luzern,Olten,Schaffhausen,St.Gallen,ThunKyburg,VolketswilVolkiland,Wil,Winterthur,Zug,ZürichBellevue,ZürichOerlikon, ZürichSihlcity, ZürichSt.Annahof,Fribourg,GenèvePlainpalais,GenèveRhôneFusterie,LausanneAuCentre,Lausanne St-François, Meyrin, Neuchâtel, Sion, Lugano www.coop-city.ch Pour moi et pour toi. KW49/16 P citY
TOURISME de l’humanité. Une sorte de Pompéi des Caraïbes. Les ruines les plus majestueuses sont celles du vieux théâtre, un édifice de 800 places qui abritait les spectacles des compagnies arrivées de France. Les Martiniquais ont immédiatement reconstruit la ville après l’éruption, ce qui explique pourquoi une grande partie de Saint-Pierre conserve une atmosphère de fin de siècle. Avant même la catastrophe, l’avènement de la betterave à sucre et celle d’un nouveau type d’embarcations (les bateaux à vapeur en fer) avaient déjà commencé à infléchir le destin de Saint-Pierre. Le coup de grâce vint de l’éruption. La capitale fut transférée à Fort-de-France, de nos jours la plus grande commune des Antilles françaises. Au centre-ville, on trouve des immeubles du début du XX e siècle, des monuments, des magasins et des restaurants. Une petite Marseille à la sauce caribéenne. La terre du rhum Ici le rhum remplace le pastis. La dégustation doit avoir lieu dans l’habitation (dans son acception créole, le terme désigne l’ensemble d’une propriété agricole et industrielle, avec la maison principale et ses dépendances  : cuisines, écuries, hangars, logements des employés, etc.). Louis, le jardinier de l’Habitation Clément, nous explique que le rhum agricole de la Martinique est unique au monde  : « On le fabrique en distillant du pur jus de canne à sucre fermenté. Partout ailleurs, on fait du rhum industriel, à partir de la mélasse, un sous-produit de la fabrication du sucre. » Après nous avoir offert un Ti’punch, une véritable institution (préparé en mélangeant 1/5 de sirop de sucre de canne, 4/5 de rhum blanc agricole, la peau d’un citron vert et un petit morceau de glaçon), Louis nous conseille de visiter le Jardin de Balata. Nous y allons et découvrons une forêt pluviale parcourue de sentiers qui permettent d’admirer les arbres et les fleurs tropicales dans toute leur splendeur. Environ trois mille variétés végétales nous confirment que Madinina était bien le meilleur nom qu’on put donner à cette île. SUR PLACE  : À NE PAS MANQUER Photos Bruno Zanzottera En haut à g.  : forêt pluviale du nord de l’île ; en haut à dr.  : jardin botanique de Balata ; en bas à g.  : bar de dégustation et de vente de rhum agricole Saint James à Sainte-Marie ; en bas à dr.  : jeune au Tour des Yoles Rondes (événement sportif) à Fort-de-France. Chez Ginette. Les Abymes. Les murs recouverts de fresques racontent l’histoire de la Martinique et des Caraïbes à l’époque de la fin de l’esclavage. C’est là qu’on cuisine le meilleur boudin de l’île et les acras de titiri (boulettes préparées avec de petits poissons). Habitation Clément. Domaine de l’Acajou, Le François. L’Habitation Clément comprend la vieille distillerie, les salles où l’on met le rhum à vieillir, les dépôts et les bureaux, situés au cœur d’un parc botanique et d’une propriété agricole où l’on cultive la canne à sucre. Prévoir 1h30 minimum. ⊲ www.habitation-clement.fr Création Florida. Rue Gambetta, 23. La Trinité. Le royaume de Madame Sejean, créatrice et styliste, se trouve derrière la mairie. Les « têtes calendées », coiffes en madras que portent les femmes d’ici, constituent la pièce maîtresse. Dans une pièce qui jouxte le magasinatelier, elle a installé un petit musée de vieilles poupées, mais aussi de vieux objets domestiques. Coopération N°49 du 6 décembre 2016 97



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 1Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 2-3Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 4-5Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 6-7Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 8-9Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 10-11Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 12-13Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 14-15Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 16-17Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 18-19Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 20-21Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 22-23Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 24-25Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 26-27Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 28-29Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 30-31Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 32-33Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 34-35Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 36-37Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 38-39Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 40-41Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 42-43Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 44-45Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 46-47Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 48-49Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 50-51Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 52-53Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 54-55Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 56-57Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 58-59Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 60-61Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 62-63Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 64-65Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 66-67Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 68-69Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 70-71Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 72-73Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 74-75Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 76-77Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 78-79Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 80-81Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 82-83Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 84-85Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 86-87Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 88-89Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 90-91Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 92-93Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 94-95Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 96-97Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 98-99Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 100-101Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 102-103Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 104-105Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 106-107Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 108-109Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 110-111Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 112-113Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 114-115Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 116-117Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 118-119Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 120-121Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 122-123Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 124-125Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 126-127Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 128-129Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 130-131Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 132-133Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 134-135Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 136-137Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 138-139Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 140-141Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 142-143Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 144