Coopération n°49 6 déc 2016
Coopération n°49 6 déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de 6 déc 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 144

  • Taille du fichier PDF : 50,4 Mo

  • Dans ce numéro : ces Suisses pendulaires.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Si je rate un train, je rentre tard 66 Frouke Elise Röthlisberger, 31 ans 99lllalors penduler deviendrait presque – il ne faut pas pousser mémé dans les orties – un plaisir ! La nutritionniste de 31 ans, spectatrice de cette romance de chemin de fer, fait la navette depuis quinze ans. Jusqu’à l’an dernier, les trajets lui prenaient plus de cinq heures, de son domicile à Bärau dans l’Emmental, à son travail à Muri, en Argovie. La charge est devenue trop lourde, même si elle prend ces voyages du bon côté  : l’aller lui permet de démarrer progressivement la journée, bercée par le roulis des wagons. Le retour est un temps de détente, soupape entre travail et vie privée. « Mais il y a des côtés moins plaisants, avoue­t­elle. Comme d’être dépendante des horaires. Si je rate un train, je rentre tard. » Comme elle ne voulait pas quitter son emploi à l’hôpital de Muri – « Nous formons une super équipe » – elle décida de déménager plus près. Depuis qu’elle vit à Bâle, où elle a de la famille, ses trajets quotidiens ne durent « plus » que trois heures. « Ça me va, dit­elle, surtout qu’étant célibataire, je n’ai pas à justifier l’heure à laquelle je rentre. » Avec une famille, elle reconsidérerait la situation. Les trajets qui s’allongent Frouke Elise Röthlisberger fait partie des quelque cinq millions de Suisses qui pendulent (un million de plus qu’en 1990), c’est­à­dire qui quittent leur domicile pour aller travailler, ou se former. Près d’un million d’entre eux voyagent en train, soit deux fois plus qu’au début des années 1990. Et la tendance est à la hausse, tout comme la longueur des distances parcourues. Entre 2010 et 2014, il y a 13% de plus de pendulaires longue distance, c’est­à­dire qui voyagent plus de 50 km pour se rendre au travail (aller simple). À noter que la majorité de ces « grands voyageurs » ont une formation supérieure, et travaillent en ville. De nombreuses études cherchent à mesurer l’impact de ces trajets sur la santé des pendulaires. Leur tension artérielle est généralement plus élevée, 14 Coopération N°49 du 6 décembre 2016 ils bougent moins et sont plus souvent en surpoids. Cette tendance est proportionnelle à la longueur du trajet. Une étude de l’Université de Mayence en Allemagne montre qu’ils souffrent plus de problèmes dus au stress, tels que maux de tête et troubles du sommeil. Dans certaines situations, leur niveau de stress est comparable à celui d’un pilote de chasse ! Exemple  : en Pascal Fffiesselet Pascal Rösselet Boll/BE–Rotkreuz/ZG  : 5h/jour Depuis décembre, Boll–Berne  : 1h/jour Boll/BE—Rotkreuz/ZG  : 5h/jour Depuis décembre, Boll—Berne  : lh/jour cas de retard ou d’incivilité d’un passager, le pendulaire peut éprouver un sentiment d’impuissance, de frustration, voire d’injustice, qui le met sous pression. Vivement le week-end Pascal Rösselet connaît bien ces vicissitudes. Économiste d’entreprise âgé
66 On rentre trop tard et beaucoup trop fatigué 99 Pascal Rösselet a changé de travail à cause des trajets trop lourds. Le nombre de pendulaires longue distance – plus de 100 km par jour – a augmenté de 13% entre 2010 et 2014. de 39 ans, il a fait partie des pendulaires longue distance. Il déplore le comportement de certains passagers qui prennent un maximum de place ou – c’est classique ! – occupent les places libres avec leurs sacs. Il se levait tous les jours à 4h30 pour se rendre de Boll, dans le canton de Berne, à Rotkreuz (ZG), soit cinq heures de route au quotidien. Il partait avant le lever du jour et rentrait après le coucher du soleil. Les désavantages ont fini par l’emporter. « Pendant la semaine, on ne peut pratiquement pas voir ses amis, parce qu’on rentre trop tard et surtout beaucoup trop fatigué. » Après plusieurs années à faire la navette, il n’attendait souvent que le week-end. « Je l’ai également ressenti au niveau de ma santé. Mon temps de récupération était insuffisant », se souvient ainsi Pascal Rösselet. Depuis début décembre, c’est fini. Il a changé d’emploi et travaille désormais à Berne, avec un temps de trajet de trente minutes seulement. Il se réjouit de pouvoir passer à la maison à l’improviste durant la semaine, par exemple si des ouvriers sont annoncés. « Je suis certain que ma qualité de vie va beaucoup s’améliorer. » Pour la maison de mes rêves Christian Fichter, professeur en psychologie économique à l’Université de Zurich, est parfaitement conscient des côtés déplaisants des trajets pendulaires. Dans une étude, il met en lumière l’appauvrissement de la vie sociale des pendulaires, et des facteurs perturbateurs tels que le stress dû au ZOOM CONSEILS POUR LES PENDULAIRES ○ Les pendulaires expérimentés savent parfaitement dans quel wagon monter, et ce n’est certainement pas celui qui est situé à quelques pas de l’escalier roulant, là où patientent généralement la plupart des usagers. ○ Lorsque vous montez dans le train, continuez votre progression à l’intérieur du wagon. En effet, si tout le monde s’amasse dans le premier compartiment et bloque le passage, cela ne fait qu’augmenter le stress de chacun. ○ Dans la mesure du possible, évitez les heures de pointe. Il est préférable de prendre le train à 6 h du matin et de rentrer tôt en fin de journée. Ou bien l’inverse. ○ Les courants d’air sont permanents dans les gares et les trains. Un foulard vous évitera d’attraper un rhume ou un torticolis. ○ Ayez toujours votre AG à portée de main ! Le temps que vous passez à chercher le précieux sésame peut agacer non seulement le contrôleur, mais également les autres voyageurs. ○ N’occupez pas plus d’une place assise ! Les sacs peuvent être déposés dans les espaces de rangement ou sous le siège. ○ Veillez à ne pas consommer d’aliments ayant une odeur trop prononcée ! ○ Abstenez-vous également d’avoir des conversations téléphoniques un peu trop animées ! Coopération N°49 du 6 décembre 2016 15 Photos PhilippZinniker, Keystone



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 1Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 2-3Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 4-5Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 6-7Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 8-9Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 10-11Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 12-13Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 14-15Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 16-17Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 18-19Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 20-21Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 22-23Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 24-25Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 26-27Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 28-29Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 30-31Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 32-33Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 34-35Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 36-37Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 38-39Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 40-41Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 42-43Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 44-45Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 46-47Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 48-49Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 50-51Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 52-53Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 54-55Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 56-57Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 58-59Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 60-61Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 62-63Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 64-65Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 66-67Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 68-69Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 70-71Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 72-73Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 74-75Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 76-77Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 78-79Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 80-81Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 82-83Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 84-85Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 86-87Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 88-89Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 90-91Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 92-93Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 94-95Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 96-97Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 98-99Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 100-101Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 102-103Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 104-105Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 106-107Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 108-109Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 110-111Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 112-113Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 114-115Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 116-117Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 118-119Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 120-121Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 122-123Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 124-125Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 126-127Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 128-129Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 130-131Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 132-133Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 134-135Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 136-137Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 138-139Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 140-141Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 142-143Coopération numéro 49 6 déc 2016 Page 144