Coopération n°49 1er déc 2015
Coopération n°49 1er déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de 1er déc 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 136

  • Taille du fichier PDF : 47,2 Mo

  • Dans ce numéro : à faire chez soi en peu de temps, les biscuits minute...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
RÉGION En Algérie ou en Tunisie, le cardon se nomme « Taga » et on le mange volontiers en couscous. L’empereur DES LÉGUMES ♦ Confignon Le cardon argenté épineux de Plainpalais est le seul légume suisse à bénéficier d’une appellation d’origine protégée (AOP). KATIA STAEHLI Impressum  : Coop région Suisse romande, CP 518, ch. du Chêne 5, 1020 Renens 1 ; 021 633 41 11 ; info-sr@coop.ch ; Rédaction  : Cécile Cauderay (resp.) 68 Coopération N°49 du 1er décembre 2015 12 GE
12 GE Pierre Boehm est l’un des cinq producteurs genevois de cardon labellisé GRTA (Genève Région – Terre Avenir). À lui seul, il confectionne quelque 120 tonnes de la production locale, soit l’équivalent de 60%. « La culture du cardon, c’est 75% de déchets du brut au bocal », explique Pierre Boehm devant ses six hectares de cardons. En gratin la veille de Noël Originaire du bassin méditerranéen, le cardon a été importé en terre genevoise par des cultivateurs huguenots ayant fui le Midi de la France. Déjà apprécié du temps des Grecs et de l’Empire romain, c’est un légume très peu calorique Photos darrinvanselow.com LE BLANCHIMENT, ki UNE ÉTAPE CRUCIALE Semé en mai, le cardon pousse dès août et atteint son plein développement en octobre. On relève alors ses grandes feuilles piquantes pour les attacher et passer au blanchiment, qui peut se faire de deux manières  : avec un sac à l’abri de la lumière (photo), ou en plaçant la motte dans une cave obscure. « Je préfère le faire blanchir dans les champs. Mais en fin de saison, nous le faisons en cave pour éviter tout risque de gel », explique Pierre Boehm. (13 calories/100 g), riche en minéraux, potassium et calcium, et très riche en fibres. À Genève et jusqu’à Lyon, le gratin de cardon est l’un des plats traditionnels qui se mange la veille de Noël. Pierre Boehm recommande de le préparer soit avec de la béchamel, soit avec de la crème entière, en ajoutant du gruyère râpé. « C’est un légume si facile à préparer. En bocal, il est prêt à être consommé. Il faut juste l’égoutter, mais surtout pas le rincer, pour ne pas lui faire perdre son goût », recommande-t-il. Éventail de recettes Pierre Boehm aime aussi déguster ses cardons en velouté. « Je les mixe, puis je les passe au chinois. Ensuite, j’ajoute un peu de crème pour lier le tout et rendre cela encore plus onctueux. On peut aussi les manger en salade avec une vinaigrette, en quiche, ou encore selon la recette lyonnaise, avec de la moelle. » Pour les plus créatifs, le cardon s’accorde bien avec de l’agneau en tajine à la marocaine, avec des anchois pour une déclinaison en tian, avec du saumon en version tartare, ou encore avec de la truffe noire. À chacun de choisir la recette qui lui convient le mieux  : le cardon se consomme de plein de façons. À vos toques ! l MAIS ENCORE... De la conserve au bocal Pierre Boehm est le quatrième de sa génération à cultiver le cardon. En 1998, suite à la fermeture de l’usine Gras, à Carouge, qui était l’unique filière de conditionnement du cardon – en boîtes de conserve – son père et lui ont racheté les marmites et le matériel. « Je ne pouvais pas me permettre de perdre toute ma production », se souvient-il. Puis le père et le fils ont imaginé conditionner le cardon dans des bocaux stérilisés. Un vrai succès, avec une amélioration de l’aspect visuel du produit et une qualité gustative supérieure à la clé. Un légume pas près d’être oublié À travers les siècles, le cardon a su conserver ses lettres de noblesse et ne jamais passer dans la catégorie des légumes oubliés. Chez Pierre Boehm, une fois récolté, il est aussitôt lavé, puis pelé avec des gants pour éviter ses épines féroces. Suit la découpe, la mise en bocaux, puis la cuisson au four à 110 °C. Ensuite, il n’y a plus qu’à l’apprêter selon sa recette préférée. Coopération N°49 du 1er décembre 2015 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 1Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 2-3Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 4-5Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 6-7Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 8-9Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 10-11Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 12-13Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 14-15Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 16-17Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 18-19Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 20-21Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 22-23Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 24-25Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 26-27Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 28-29Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 30-31Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 32-33Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 34-35Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 36-37Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 38-39Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 40-41Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 42-43Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 44-45Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 46-47Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 48-49Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 50-51Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 52-53Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 54-55Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 56-57Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 58-59Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 60-61Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 62-63Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 64-65Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 66-67Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 68-69Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 70-71Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 72-73Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 74-75Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 76-77Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 78-79Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 80-81Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 82-83Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 84-85Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 86-87Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 88-89Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 90-91Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 92-93Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 94-95Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 96-97Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 98-99Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 100-101Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 102-103Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 104-105Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 106-107Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 108-109Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 110-111Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 112-113Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 114-115Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 116-117Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 118-119Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 120-121Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 122-123Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 124-125Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 126-127Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 128-129Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 130-131Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 132-133Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 134-135Coopération numéro 49 1er déc 2015 Page 136