Coopération n°48 29 nov 2016
Coopération n°48 29 nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de 29 nov 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 144

  • Taille du fichier PDF : 49,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'art de recevoir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 94 - 95  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
94 95
Autrefois, la basilique de l’abbaye de Saint-Maurice s’élevait tout contre l’abrupte paroi rocheuse. Le médiéviste Pierre Alain Mariaux et le bustereliquaire de saint Candide dans la salle du trésor, au cœur du monastère. Saint-Maurice UNE FASCINANTE HISTOIRE ♦ Miracles et merveilles Comment une petite ville nichée dans la vallée du Rhône, en Bas-Valais, en est-elle arrivée à abriter l’un des trésors monastiques les plus précieux de la chrétienté ? EVA NYDEGGER Il y a deux ans, le buste-reliquaire de saint Candide était exposé au Louvre, quittant pour la toute première fois l’abbaye de Saint-Maurice. « C’était également la dernière fois », déclare Olivier Roduit, chanoine depuis 35 ans. « En effet, les châsses, l’aiguière d’or dite « de Charlemagne » ou encore le reliquaire de la Sainte Épine appartiennent à ces lieux et pas ailleurs. » Le reliquaire avait pu être prêté au 94 Coopération N°48 du 29 novembre 2016 Louvre parce que le monastère rénovait sa salle du trésor à l’occasion de son 1500 e anniversaire, et ne pouvait donc pas l’exposer. Sur le tombeau de saint Maurice Une exposition parisienne a été consacrée à l’abbaye et à son trésor. Le monastère comptait parmi les plus importants du royaume de Bourgogne. En 515, le roi Sigismond fonda l’abbaye de Saint- Maurice, à proximité du tombeau du martyr égyptien Maurice d’Agaune  : vers la fin du III e siècle, ce commandant de la légion de Thèbes, son premier lieutenant, Candide, et leurs 6666 compagnons avaient été passés au fil de l’épée sur ordre de l’empereur romain pour avoir refusé d’abandonner leur foi chrétienne. Tout ce qui restait sur le site du massacre ainsi que leurs dépouilles furent alors enfouis sur place. Ce tout
Photos Thomas Andenmatten, Abbaye de Saint-Maurice Archéotech, gsk.ch Le crâne de saint Candide est posé sur les g reliques Pierre Alain Mariaux, professeur d’histoire de l’art z premier martyr noir fut ensuite déclaré saint et on bâtit une église sur son tombeau, suivie plus tard du monastère augustinien. Remontant à 1501 ans, il s’agit du plus ancien monastère chrétien de l’Occident ayant existé sans interruption. C’est un lieu de pèlerinage qui fut autrefois le théâtre de guérisons miraculeuses et qui demeure encore saisissant de nos jours. L’abbatiale avait initialement été érigée si près de l’imposante paroi rocheuse qu’elle a souvent été endommagée par des chutes de pierres et devait être à chaque fois reconstruite. Olivier Roduit raconte  : « Ce n’est qu’au bout de mille ans qu’on décida de construire une nouvelle église, un peu plus en retrait. » Les fondations des anciennes églises sont désormais accessibles… sous un couvert protecteur. Un buste de saintes reliques La basilique actuelle est intéressante, mais ce qui vaut vraiment le détour à Saint-Maurice, c’est la salle du trésor abritant de précieux dons de nombreux visiteurs de haut rang. Le professeur d’histoire de l’art Pierre Alain Mariaux la connaît mieux que quiconque. Ses yeux pétillent lorsqu’il détaille la fabrication complexe du buste-reliquaire de saint Candide. Ce reliquaire en bois sculpté et creux date du XII e siècle. Il renferme les reliques, enveloppées de tissu, et leur description sur des bandelettes de parchemin. « Le crâne du saint est posé dessus », explique Pierre Alain Mariaux. L’ensemble est recouvert d’argent et de cuivre, puis orné d’or et de pierres pré- Le chanoine Olivier Roduit à côté des fondations de l’église désormais couvertes. TOURISME Le vase de sardonyx bleu brillant date du I er siècle avant Jésus-Christ. Le pied et le col en or incrusté de pierres précieuses ont été ajoutés plus tard à ce mystérieux objet. O F,1"O 121 CD I- t- 0- 0" Le vase de sardonyx cieuses. C’est un véritable chef-d’œuvre. Les reliques du corps de saint Maurice reposent, elles, dans une grande châsse que les moines transportent à travers les rues de la petite ville lors de la procession annuelle du 22 septembre. Deux vases à l’origine mystérieuse viennent s’ajouter à l’atmosphère solennelle qui règne dans la salle du trésor. On dit qu’ils seraient un don de saint Martin à l’abbaye. Tous deux contiennent de la terre mêlée de sang séché que saint Martin aurait recueillie sur le lieu même où Maurice et ses compagnons ont Coopération N°48 du 29 novembre 2016 95



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 1Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 2-3Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 4-5Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 6-7Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 8-9Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 10-11Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 12-13Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 14-15Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 16-17Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 18-19Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 20-21Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 22-23Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 24-25Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 26-27Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 28-29Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 30-31Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 32-33Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 34-35Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 36-37Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 38-39Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 40-41Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 42-43Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 44-45Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 46-47Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 48-49Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 50-51Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 52-53Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 54-55Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 56-57Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 58-59Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 60-61Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 62-63Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 64-65Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 66-67Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 68-69Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 70-71Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 72-73Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 74-75Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 76-77Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 78-79Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 80-81Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 82-83Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 84-85Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 86-87Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 88-89Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 90-91Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 92-93Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 94-95Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 96-97Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 98-99Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 100-101Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 102-103Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 104-105Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 106-107Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 108-109Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 110-111Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 112-113Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 114-115Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 116-117Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 118-119Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 120-121Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 122-123Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 124-125Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 126-127Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 128-129Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 130-131Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 132-133Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 134-135Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 136-137Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 138-139Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 140-141Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 142-143Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 144